Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 8 décembre - Référendum en Italie : une nouvelle claque pour l’UE Lire Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire
Accueil Actualité
Brèves

Un ex-responsable de l’Onu pour le Darfour s’en prend à la CPI

La rédaction
visites
1357
commentaires

5 mars 2009 (Nouvelle Solidarité) – L’ancien chef de la Commission d’enquête des Nations-Unies sur le Darfour, Antonio Cassese, a déclaré hier sur les ondes italiennes que le mandat d’arrêt contre Omar el-Béchir, le président du Soudan, est une opération politique. Il a donné trois raisons pour lesquels la décision de la Cour Pénale Internationale (CPI) le laisse perplexe :

  1. Le procureur de la CPI aurait pu émettre une simple assignation à comparaître, permettant à Béchir de répondre à ses questions et de se défendre contre ses allégations.
  2. La demande de mandat d’arrêt, déposée le 14 juillet 2008, devait rester secrète mais elle a été rendue public. Il a ensuite fallut 7 mois pour qu’il entre en vigueur. Un mandat d’arrêt est efficace s’il est délivré au bon moment, car il permet d’éviter que le suspect s’échappe ou détruise des pièces à conviction, mais ce n’est absolument pas le cas ici.
  3. Le mandat va être envoyé à la police soudanaise, qui devra arrêter son président. Evidemment cela n’arrivera pas. Ni le Soudan, ni aucun autre pays ne fera appliquer ce mandat. Aucun gouvernement n’invitera Béchir s’il y a un risque qu’il soit arrêté.

« Ce mandat crée évidemment un effet politico-médiatique car il délégitime politiquement un chef d’Etat. Il en résultera une tension politico-diplomatique et l’Afrique, dans son ensemble, se sent offensée. Ils disent que les crimes occidentaux ne sont jamais jugés devant la CPI, c’est vrai et c’est un argument très convaincant. La CPI applique une justice à deux vitesses. » Antonio Cassese, qui par ailleurs ne soutient pas Béchir, a expliqué qu’il serait désormais quasi-impossible de le poursuivre sérieusement pour ses crimes.

Voir les 2 commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Déplier les commentaires||Replier les commentaires
Contactez-nous !

Don rapide