Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire Flash : 2 décembre - François Fillon veut six fois moins de communes et zéro départements Lire
Accueil Actualité
Brèves

« Un nouveau moment impérial »

La rédaction
visites
705

Parallèlement aux préparatifs politiques, militaires et de renseignement destinées à provoquer un « changement de régime » en Irak, certains éléments dirigeants de l’establishment américain affirment de plus en plus ouvertement que la politique des Etats-Unis devrait être impérialiste. Prenons par exemple la livraison de mars-avril 2002 de Foreign Affairs, l’organe du Council on Foreign Relations (CFR) de New York, la principale « La guerre à la terreur : où allons-nous à partir de là ? » Le principal article de ce dossier, rédigé par le chroniqueur d’origine britannique du Washington Post, Sebastian Mallaby, s’intitule : « Le temps d’un nouvel impérialisme américain ? »

Mallaby insiste sur le fait que les Etats-Unis et leurs alliés n’ont pas d’autres choix que d’adopter une politique impériale pour s’occuper des « Etats en échec » et des endroits ingouvernables du monde. « Les Etats-Unis seront [un] (...) impérialiste à contrecoeur. Mais voici venu un nouveau moment impérial et, en vertu de son pouvoir, l’Amérique est tenue de jouer le premier rôle. La question n’est pas de savoir si les Etats-Unis chercheront à remplir le vide créé par la fin des empires européens, mais s’ils admettront ouvertement que c’est ce qu’ils sont en train de faire. Leur réponse ne sera cohérente que si Washington reconnaît cette tâche. »

On trouve un autre exemple dans les textes de Robert D. Kaplan. Au milieu des années 1990 déjà, Kaplan avait publié The Coming Anarchy, où il annonçait une ère de guerre perpétuelle, à l’image des empires romain et britannique. Fin 2001, Kaplan a écrit un article dans le magazine Atlantic Monthly, reprenant un entretien qu’il avait eu avec Samuel P. Huntington, dans lequel il dépeignait ce concepteur de la politique de « choc de civilisation » comme l’un des plus grands penseurs et stratèges de la période qui a suivi la Deuxième Guerre mondiale.

Kaplan vient juste de publier un nouveau livre intitulé Warrior Politics : Why Leadership Demands a Pagan Ethos, qui a été porté aux nues par le Washington Post les 17 et 21 février. Le Washington Post s’est réjoui de la manière dont Kaplan avait été invité à la Maison Blanche quelque peu avant le 11 septembre et avait présenté au président Bush ainsi qu’à ses conseillers ses objectifs impérialistes pour les Etats-Unis. Le livre de Kaplan voue un culte au héros des empires romain et britannique. Il proclame que le comportement des êtres humains et des Etats repose sur l’aspiration à dominer les autres, ce qui conduit inévitablement à l’instabilité politique et à la guerre.

Dans son édition de mars 2002, le magazine Atlantic Monthly a publié un article de Kaplan, « The World in 2005 », où l’on peut lire qu’en dehors des pays développés, il y aura des « turbulences politiques et économiques » auxquelles s’ajouteront une démographie croissante et des pressions quant à la disponibilité des ressources. « Il y aura une hausse du nombre de jeunes au Proche-Orient, la plus critique se situant au Yémen, en Arabie saoudite, à Oman, à Gaza et en Cisjordanie. En Egypte également, le pourcentage de garçons entre 15 et 21 ans - le groupe d’âge qui déclenche généralement les troubles - sera dangereusement élevé en 2020. Entre-temps, la quantité d’eau disponible par tête diminuera presque de moitié dans de nombreuses parties du Proche-Orient durant les vingt prochaines années (...). En Afrique, la vague de jeunes garçons sera encore plus forte qu’au Proche-Orient (...) » En réponse, la politique de l’Amérique deviendra plus « impitoyable » - nécessitant une « éthique païenne » et des « politiques de guerrier ».

Contactez-nous !