Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire Flash : 2 décembre - François Fillon veut six fois moins de communes et zéro départements Lire
Accueil Actualité
Brèves

Un proche d’Obama : « Son obsession narcissique dépasse tout ce qu’on peut imaginer »

La rédaction
visites
4430

24 août 2011 (Nouvelle Solidarité) – Dans le proche entourage d’Obama, certains prennent très au sérieux l’analyse dramatique faite par Lyndon LaRouche de la crise stratégique actuelle et du besoin urgent de mettre Obama hors-jeu. Dans la publication du troisième volet d’une interview réalisée avec un insider de la Maison-Blanche, le blogger Ulsterman (www.newsflavor.com) révèle la folie mentale de Barack Obama. L’insider y dépeint un président Obama prêt à déclencher des émeutes à travers les Etats-Unis, s’il voyait s’amenuiser ses chances de réélection. Sans invoquer directement Hitler ou l’empereur Néron – les qualificatifs employés dès avril 2009 par LaRouche –, l’insider de la Maison-Blanche dresse un profil effrayant et réaliste du Président Obama.

Alors qu’Ulsterman s’étonne de ses avertissements sur le fait qu’Obama soit prêt à provoquer un chaos social et racial aux Etats-Unis, l’insider rétorque :

«  Vous, et beaucoup trop de satanés Américains ne côtoient pas Barack Obama, et ne voient donc pas que la situation sent vraiment très mauvais. Vous savez, d’autres leaders mondiaux le voient. Poutine, Sarkozy, Merkel. Harper… Barack Obama est incapable de faire preuve de quoi que ce soit qui ressemble de près ou de loin à un leadership, mais il est en même temps parfaitement capable d’afficher la même arrogance dangereuse dont ont fait preuve les pires dirigeants de l’Histoire.  »

L’insider continue en décrivant comment Obama ne travaille même plus dans le bureau ovale, lui préférant un bureau à l’étage, à côté de celui de Valerie Jarrett (son amie et mentor issue de la bande de Chicago), où il peut s’habiller en short et T-shirt. Une télévision grand écran est toujours allumée – sur ESPN (la chaîne de sport) ou Fox News (la chaîne d’info conservatrice), et son bureau est couvert de magazines populaires comme Rolling Stone ou People – tous ouverts aux pages qui évoquent le Président. «  Si ça parle de lui, il va les lire. Que ce soit du bon ou du mauvais – ça n’a aucune importance. Si quelqu’un parle de lui, il le lit. Il le regarde. Qu’importe. L’obsession narcissique de ce gars dépasse tout ce qu’on peut imaginer.  »

Alors qu’Ulstermann critique le portrait dévastateur qui est fait d’Obama, l’insider explose : «  J’essaye de vous montrer les fondations psychologiques de ce fils de pute. Vous pensez que les gens voudraient savoir qui est véritablement cet homme ? Tout ce qui tourne autour de lui – l’image qui lui est taillée sur mesure… c’est du n’importe quoi. C’est un mensonge. Il m’a trompé – il en a trompé beaucoup parmi nous. Et il a peur à chaque heure de chaque jour que le pays découvre la vérité. Mais cette image fabriquée de A à Z, cette petite part de conscience d’Obama, est en train d’être démolie par l’absolue arrogance de ce type et, si nécessaire, sa volonté d’exercer un pouvoir allant au-delà d’une autorité exécutive acceptable… On est en train de parler de jusqu’où il pourrait aller conserver cette image, hein ? Jusqu’où il ira, et qui il sacrifiera le moment voulu ? Qui peut être sacrifié pour maintenir le mensonge total que représente Barack Obama ? Pour éviter tout scandale ? Pour que les gens restent tranquilles ? Pour conserver l’outil entre les mains de ceux qui tirent les ficelles ?  »

Sa conclusion : «  Si nous sommes trop stupides, en tant que pays, pour régler ce problème… alors qu’il en soit ainsi. C’est terminé. L’Amérique qu’on connaît, l’Amérique qu’on a connue – c’est terminé. Rideau. Et les seuls auxquels il faudra s’en prendre… c’est nous-mêmes.  »

Contactez-nous !