Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire Flash : 2 décembre - François Fillon veut six fois moins de communes et zéro départements Lire
Accueil Actualité
Brèves

Un « scientifique » vert se prend pour l’avocat du diable !

La rédaction
visites
1294

10 mai 2011 (Nouvelle Solidarité) – C’est lui, le professeur allemand Hans Schellnhuber, conseiller de Deutsche Bank et Commandeur de l’ordre de l’Empire britannique, qui vient de recommander au gouvernement Merkel d’imposer un « nouveau contrat social » pour sauver la planète. Lors d’une réunion de préparation au Sommet de Copenhague en mars 2009, il s’était littéralement fait l’avocat du diable en laissant transparaître ses fantasmes de voir la population mondiale réduite.

Alors qu’il lavait le cerveau de l’assistance en extrapolant sur les répercussions d’une hausse moyenne des températures de 5 degrés celcius, Schellnhuber s’est exclamé : « De manière cynique, c’est un triomphe pour la science car au moins nous sommes parvenus à stabiliser quelque chose ; à savoir, l’estimation de la capacité de charge de la planète, c’est-à-dire un milliard de personnes. Quel triomphe. D’un autre côté, voulons-nous en arriver là ? Je pense que l’on peut faire bien mieux. »

Évidemment, il n’est pas le premier à dire « on est trop sur terre », mais à la différence de votre ami ou de votre voisin, lui l’exprime de manière tout à fait scientifique et rationnelle. Dans son «  contrat social pour une grande transformation » remis au gouvernement allemand début avril et qui se veut être une base pour la prochaine conférence de l’ONU sur le climat, Schellnhuber propose de sortir du nucléaire, du pétrole, du gaz et du charbon pour arriver en 2050 au 100% renouvelable. De son propre aveux, c’est équivalent au passage de l’ère agraire à l’ère industrielle, mais dans le sens inverse, ce qui implique fatalement une baisse du potentiel de densité démographique puisque ce dernier dépend entièrement des technologies et des principes scientifiques découverts et appliqués par l’homme. Comment faire accepter ce « nouveau contrat social » à l’humanité alors que les peuples n’hésitent pas à descendre dans la rue à l’annonce de la moindre politique d’austérité ? Schellnhuber propose une « architecture de gouvernance mondiale » au delà des souverainetés, tout en se servant des pouvoirs nationaux comme courroies de transmission, appelant les politiciens à « rendre la transition voulue agréable à la vaste majorité, (…) obtenir leur consentement et inviter leur coopération » .


Lire aussi :


Contactez-nous !