Solidarité&progrès

Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

Flash : 20 janvier - Étude : la pratique musicale favorise l’apprentissage du langage Lire Flash : 20 janvier - NS N°1/2017 - 2017, quatre principes pour une sortie de crise Lire Flash : 19 janvier - Radio S&P 19 janvier 2017 - L’UE est morte, vive l’Europe ! Lire
AccueilActualité

28 août 2007 (LPAC) - Le sénateur italien Mario Baldassarri, vice-ministre de l’Economie et des finances de 2001 à 2006, a affirmé dans une interview avec l’Executive Intelligence Review (EIR), que la vraie crise va bien au delà de la question des hypothèques, et a à voir avec la structure-même de l’économie réelle. Baldassarri a dit que « les hypothèques à haut risque dont tout le monde parle sont seulement la partie émergée de l’iceberg, car le vrai problème est le déséquilibre américain, le déséquilibre de l’économie globale ».

Montrant du doigt le déficit des comptes courants américains comme étant « la source de tous les problèmes », qui existe encore seulement parce que la Chine le finance, le Sénateur a ajouté qu’en plus de l’intervention des banques centrales, « la vraie solution, en termes d’intervention gouvernementale, serait un réajustement de l’économie globale. (...) Apparemment, l’Amérique est en croissance, la Chine aussi, et l’Europe est en train de dormir. Mais cette croissance a des pieds d’argile. Nous devons renverser la situation. (...) L’Amérique a besoin de croissance, l’Asie a besoin de croissance, et l’Europe encore plus, en se basant sur un système monétaire international et un système d’échanges qui soit compatible et reflète les performances de l’économie réelle ».

Par rapport à la proposition de Lyndon LaRouche pour un Nouveau Bretton Woods, Baldassarri a dit : « Nous avons besoin d’une nouvelle gouvernance. Appelez ça Nouveau Bretton Woods ou n’importe quoi d’autre. Le monde a changé, et nous ne pouvons plus avoir au niveau international des institutions monétaires et financières qui relètent le vieux monde qui n’existe plus. »

Vous avez adoré cet article ? Rejoignez-nous !

Don rapide

Suivez nos campagnes, abonnez-vous !

Ce formulaire est anonyme, c’est à dire que l’identité de l’utilisateur n’est pas enregistrée.