Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 8 décembre - Référendum en Italie : une nouvelle claque pour l’UE Lire Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire
Accueil Actualité
Brèves

Un universitaire russe pousse les Etats-Unis vers un bouclier conjoint

La rédaction
visites
970
commentaire

« George Bush veut-il ‘booster’ le complexe militaro-industriel russe ? » C’est la question que se pose, dans un encart payant publié aujourd’hui dans le Washington Times, le président de l’Université Américaine à Moscou

10 juillet (LPAC) « George Bush veut-il ‘booster’ le complexe militaro-industriel russe ? » C’est la question que se pose, dans un encart payant publié aujourd’hui dans le Washington Times, le président de l’Université Américaine à Moscou, Edward Lozansky.
L’universitaire y affiche d’abord son soutien enthousiaste pour la politique de concertation entre les Etats-Unis et la Fédération de Russie dans la mise en place du bouclier anti-missile esquissé à Kennebunkport. Il dit : « Chaque fois que russes et américains étaient du même coté, on a eu des bons résultats, comme durant la deuxième guerre mondiale, en Afghanistan en 2001, dans l’exploration de l’espace, ou dans d’autres domaines. Par contre, si nous commençons à considérer le monde comme un jeu d’échecs où l’on veut battre l’autre, nous perdons tous les deux. »

Mais, avertit Lozansky, tandis que Bush semblait être en accord avec la proposition sur la défense anti-missile conjointe, le président étasunien affirmait à Poutine qu’il n’avait pas l’intention de changer ses plans pour l’installation du dispositif anti-missile en Pologne et en République Tchèque. Lozansky se demande ensuite pourquoi l’on voudrait d’un système à coût si élevé, d’une piètre performance, et dirigé contre des menaces qui sont peut-être inexistantes, et qui vont éloigner un allié aussi fiable dans la guerre contre le terrorisme. Il note que le NMB de Bush n’est pas très bien accueilli au Sénat et au Congrès ; que le projet aura un effet contre-productif à l’OTAN, et qu’il exacerbera les sentiments anti-américains en Europe centrale et de l’est. Et, surtout, le projet donnera un vaste élan [boost] à l’expansion du secteur de défense russe, d’où le titre de l’encart : « George Bush veut-il ‘booster’ le complexe militaro-industriel russe ? »

Contactez-nous !

Don rapide