Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire Flash : 2 décembre - François Fillon veut six fois moins de communes et zéro départements Lire
Accueil Actualité
Brèves

Une banque de l’état allemand renflouée pour 23 milliards de dollars

La rédaction
visites
1498

Vendredi, peu après la clôture des marchés, la presse a révélé que l’autorité monétaire allemande aurait orchestré le renflouement de la banque LandesBank Sachsen

18 août 2007 (LPAC) - Vendredi, peu après la clôture des marchés, la presse a révélé que l’autorité monétaire allemande, le Bundesanstalt für Finanzdienstleistungsaufsicht (BaFin), aurait orchestré le renflouement de la banque LandesBank Sachsen, une banque gérée par le Land (région) de Saxe. L’association allemande des caisses d’épargnes aurait rendu disponible un crédit de 17,3 milliards d’euros (23 milliards de dollars) pour secourir les opérations de la banque, rapporte le quotidien allemand Sächsische Zeitung.

Il y a encore deux jours, LB Sachsen disait haut et fort que son Ormond Quay Fund, un de ses fonds basé en Irlande et investi pour plus de 82 % sur le marché américain des crédits hypothécaires à haut risque « subprime », n’avait aucune difficulté, puisque la plupart de ses prêts (exclusivement des ABS) étaient cotés AAA. Mais l’AAA en question s’avère en réalité sans valeur. La somme des 17,3 milliards d’euros injecté correspond à l’exposition totale d’Ormond Quay.

Dans un développement similaire, la compagnie d’assurance Atradius avertit que les sociétés allemandes qui ont été prises sous contrôle des fonds d’investissements, représentent un plus haut risque de défaut de paiement. Le responsable d’Atradius Peter Ingenlath, interrogé par le Süddeutsche Zeitung, souligne que c’est par ce lien que les sociétés allemandes sont prises en otage par la crise du crédit hypothécaire américain.

Brève contenue dans : Le Krach d’août 2007 : pendant les vacances, le système financier se désintègre

Contactez-nous !