Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 8 décembre - Référendum en Italie : une nouvelle claque pour l’UE Lire Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire
Accueil Actualité
Brèves

Une candidate larouchiste au coeur de la bataille pour la NASA

La rédaction
visites
1271
commentaires
JPEG - 117.6 ko

22 février 2010 (Nouvelle Solidarité) — Le 23 janvier, le président Barack Obama, obéissant en réalité aux exigences du directeur de l’agence du Budget, Peter Orszag, lui-même un valet de Wall Street, annonçait sa décision d’annuler le programme Constellation, lancé il y a six ans par son prédécesseur et qui prévoyait le retour des Américains sur la Lune en 2020, avant une expédition vers Mars. Or, Constellation devait offrir de nouveaux moyens pour aller dans l’espace, après le déclassement des navettes spatiales initialement prévu pour 2010.

En présentant ces nouvelles orientations, Charlie Bolden, l’administrateur de l’agence spatiale américaine (NASA), confirmait l’arrêt du développement des futurs lanceurs Ares 1 et Ares 5, ainsi que de la capsule habitable Orion, les trois éléments clés de Constellation. De plus, pour faire des économies, la NASA fera désormais appel à des sociétés privées pour transporter à moindre coût les astronautes dans l’espace. Ce matin, on apprend même qu’elle compte vendre les beaux restes de quelques navettes spatiales afin de trouver de l’argent…

Ainsi, ce peuple américain, si impatient de retrouver un peu de dignité après s’être débarrassé de la dynastie Bush, passe de la déception à la rage en découvrant chaque jour les choix calamiteux d’un président pourtant si souriant en apparence et si brillant en paroles.

JPEG - 56.9 ko

Hypnotisés par les promesses électorales d’un Obama qui jurait de relancer l’exploration spatiale, plusieurs astronautes n’avaient pas hésité à célébrer sa victoire en défilant en janvier 2009 sur Pennsylvanie Avenue à Washington, devant la Maison Blanche. On comprend mieux pourquoi le sentiment de trahison domine aujourd’hui.

Cependant, l’Amérique réagit et le 12 février, vingt-sept membres de la Chambre des représentants, toutes tendances confondues, ont adressé une lettre très ferme à Charlie Bolden. Bien sûr, ils représentent le Texas, la Californie, l’Alabama, la Floride et d’autres États directement concernés par des milliers d’emplois hautement qualifiés, mais ils captent le sentiment de tout le pays. Ils avertissent le patron de la NASA que le démantèlement du programme Constellation frôle l’illégalité.

Car aux Etats-Unis, c’est le président qui propose et c’est le Congrès qui décide, rappellent-ils. Par conséquent, l’arrêt des programmes et l’attribution des budgets alloués à Constellation à d’autres projets de la NASA, sans consultation et sans l’aval des élus, sont illégaux. « Comme vous le savez sans doute, l’ensemble des contrats nécessaires au maintien de programmes tels qu’Ares ou Orion, nécessite des engagements parfois 36 mois à l’avance. L’interruption de ces contrats peut donc légitimement être considérée comme la fin du programme », disent-ils. Les auteurs de la lettre somment ensuite Bolden d’envoyer au plus vite une circulaire à tous les directeurs des programmes de la NASA pour leur signifier qu’il n’y a ni arrêt ni gel du programme. Ils lui donnent jusqu’au 1er mars pour s’exécuter.

Pour le représentant républicain de Floride Bill Posey, « la décision unilatérale de l’Administration de résilier certains contrats du programme Constellation, sans l’aval du Congrès, est une violation directe du droit et des droits du Congrès ». Comme sur la réforme de la santé ou la question du déficit budgétaire, Obama choisit, à l’instar de ses lamentables prédécesseurs Cheney et Bush, de gouverner à coups de décrets et d’ordonnances. La représentante démocrate de l’Arizona, Gabrielle Giffords, dont le mari est un astronaute de la navette spatiale, estime pour sa part que faire appel à des sociétés privées pour transporter les astronautes pose un risque à la sécurité nationale. Thomas Buffenberger, le président du syndicat des travailleurs du secteur spatial (IAM), a vertement critiqué la décision d’Obama. Pour lui, la NASA a toujours été une formidable locomotive pour l’innovation scientifique et technologique et rien ne prouve que sa privatisation créera des milliers de nouveaux emplois. « Puisqu’il n’y a aucune preuve pour étayer ces affirmations [de l’Office of Management and Budget], nous sommes forcés d’assumer qu’il s’agit d’une foi aveugle dans les marchés privés ».

En France, si l’astronaute français Patrick Baudry a qualifié la décision d’Obama d’« épouvantable gâchis », Jean-Loup Chrétien estime bêtement que « le recours au privé est incontournable (…) S’il veut se développer, le spatial ne peut rester indéfiniment entre les mains des militaires ou des administrations ». Pour le PDG d’Arianespace, Jean-Yves Le Gall, qui rêve d’accéder à « un nouveau marché », il s’agit même « d’un retour au bon sens. Les lanceurs comme Atlas 5 de Boeing et le Delta 4 de Lockheed Martin ont fait la preuve de leur fiabilité. Il ne reste plus qu’à les "humaniser" pour leur permettre de transporter aussi un équipage. Tout cela peut se faire très vite et à moindre coût ».

Pour Lyndon LaRouche, la coupe est plus que pleine. Après avoir longtemps hésité, il estime aujourd’hui qu’autant Nixon méritait la destitution pour avoir décapité le programma Apollo, Obama, rien que pour sa politique de santé qui réduit les dépenses médicales au détriment des malades, mérite plus que jamais la destitution.

Dans cette ambiance électrique, les électeurs américains s’ouvrent de plus en plus au message de Kesha Rogers, candidate larouchiste aux primaires démocrates qui se tiendront le 1er mars dans le 22e district du Texas, où se trouve le siège de la NASA. Le 17 février, Kesha Rogers a planté une immense bannière à l’entrée d’une réunion organisée par le candidat républicain, qui tente de capter le ferment de « grève de masse » qui secoue les Etats-Unis. Prenant la parole dans la salle, une représentante larouchiste leur a lancé un défi en affirmant que défendre le programme Constellation, c’était fort bien mais totalement insuffisant à l’heure actuelle. A ce stade, on « ne peut sauver la NASA qu’en arrêtant le renflouement inconditionnel des banques ». Cette intervention a immédiatement changé la donne, la curiosité des participants se tournant alors vers Kesha Rogers.

Comme l’a commenté Jacques Villain, membre de l’Académie de l’air et de l’espace (France), « l’histoire retiendra que c’est un président démocrate qui a lancé la conquête de la Lune, mais que c’est un autre président démocrate qui y a mis fin ». Car sans une mission explicite en vue d’établir une base lunaire et, au-delà, martienne, à quoi serviront les longs séjours dans la Station spatiale internationale (International Space Station). Pour beaucoup d’astronautes, avec Obama, on ne retournera pas dans l’espace, « on n’ira nulle part ».


Vidéo de Kesha Rogers devant le centre de la NASA à Houston, Texas.

Article :
Lyndon LaRouche : L’impératif de l’exploration spatiale

Vidéo de la NASA : Constellation


Voir les 5 commentaires

  • Patrick Baudry • 23/02/2010 - 17:19

    Patrick Baudry a qualifié la décision d’Obama d’« épouvantable gâchis », Jean-Loup Chrétien estime bêtement que « le recours au privé est incontournable"
    Evidemment que c’est un gachis. Ca ne veut pas dire que c’est une mauvaise decision.
    Quant au fait que la reflexion de Jean Loup Chretien est bete, vous nous laisserez juge de cela.

    • ? • 23/02/2010 - 19:16

      Il me semble que les élus, partout, ne veulent plus servir de boucs émissaires : l’armée privatisée, le système de la maladie privatisé, la connaissance privatisée, l’exploration spaciale privatisée, la Cour Suprême US qui avalise les contributions du citoyen corporatif aux caisses électorales, la socialisation des dettes des banksters commerciaux blanchisserie des économies sous-terraines, bénédiction de l’Église pour le N.W.O., toutes ces flèches visent la même cible :fin avouée de l’illusion république démocratique. Tellement mieux articulé par Christine Bierre,Platon contre Aristote : la République contre l’Olygarchie, Solidarité & Progrès, 2007.

    • R.B • 25/02/2010 - 13:45

      Un "épouvantable gâchis" qui ne serait pas une mauvaise décision ? Je reste songeur. Oh, bien sûr, l’argent qui pourrait servir à poursuivre ces projets va très très certainement être employé pour une meilleure cause ! La bêtise approche à grand pas quoiqu’on s’en défende. Ou alors seconde alternative : un comportement lâche et démissionnaire assassin qui va nous faire croire sur un ton péremptoire que oui, c’est un fait il faut gâcher le spatial ? Si ce n’est pas par bêtise et par incompréhension des véritables tenants et aboutissants que l’on fait ce genre de commentaires sur le spatial, ce sont des termes bien plus graves qu’il faudrait employer. Le propos de J-L Chrétien est juste suiveur et sans intention. On se croit malin avec un discours d’ouverture, vers le privé, ça fait croire qu’on veut aller de l’avant et on se donne une bonne image. De toute façon, le privé a toujours largement coopéré à l’effort spatial en partenariat avec les agences spatiales. On veut nous faire croire qu’ils étaient exclus ? En revanche, une politique privée du spatial non merci. Quelle fadeur simplificatrice en tout cas que ce propos cité de J-L Chrétien, pour ne pas dire bête car pour se donner des airs, on doit rester nuancé n’oublions pas !

    Répondre à ce message

  • Bob Sinc • 23/02/2010 - 17:13

    Vous ecrivez :
    "Ce matin, on apprend même qu’elle compte vendre les beaux restes de quelques navettes spatiales afin de trouver de l’argent…"
    cela presage mal du reste de votre ecrit : cela fait deja plusieurs annees que la NASA a prevu de vendre les 3 navettes.
    Au moins ca leve un doute : vous n’etes pas specialiste du probleme, et par consequent vous faites plus dans l’emotionnel que dans le rationnel.

    • Bertrand Buisson • 23/02/2010 - 18:00

      Mais les experts n’ont pas le monopole de la raison, mon cher.

      En être rationnel que vous êtes, on est en droit d’attendre de vous un avis plus poussé et construit sur le sujet de cet article.

      Toutefois vous voilà déjà titulaire d’un bon point pour avoir déniché LE point de détail fondamental dans l’article.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Déplier les commentaires||Replier les commentaires
Contactez-nous !

Don rapide