www.solidariteetprogres.org | BP27 92114 Clichy cedex | 01 76 69 14 50

Accueil >Actualité

Une députée islandaise : « Si on a terrassé Goliath, vous le pouvez aussi ! »

La rédaction
3014 visites | 5 commentaires

Dans une interview avec nos camarades danois du Schiller Institutten, la députée islandaise Birgitta Jónsdóttir a appelé les peuples d’Europe et du monde à s’unir contre la finance folle pour mettre fin aux politiques de renflouement et rétablir la souveraineté des peuples. Elle fonde son appel sur le combat victorieux des citoyens islandais contre le renflouement des intérêts financiers de la City de Londres, lors du referendum du 9 avril dernier. Extraits.

« C’est une des choses magnifiques que les gens peuvent apprendre de l’Islande : lorsque le parlement a approuvé le renflouement des créanciers internationaux de la banque Icesave, nous avons lancé une pétition citoyenne signée par 70 000 personnes [soit un quart de la population du pays - ndlr] demandant au Président Grimsson de ne pas promulguer la loi. Lorsque le Président a constaté la rupture entre le Parlement et la Nation, il nous a écoutés et a soumis la décision finale au verdict des urnes.

« Nous espérons que cela inspirera les peuples à travers le monde, comme l’ont fait les Egyptiens et les Tunisiens. C’est un appel aux peuples d’Europe, qui se soulèvent d’ailleurs un peu partout ; mais ces nouvelles ne sont pas très diffusées, il ne faut pas se reposer sur les médias dominants pour se faire une image du monde.

« Les citoyens dans chaque pays doivent trouver des moyens pour mettre la pression car s’il n’y a pas une reprise de contrôle citoyenne, ça ne pourra que se reproduire et empirer, comme on le voit déjà avec la hausse des prix alimentaires et les gens qui se révoltent car ils ne peuvent plus nourrir leur famille.

« On nous a dit que l’Islande sombrerait si nous refusions l’austérité et les renflouements, que nous serions rejetés par l’Europe, mais ce n’est pas arrivé. Les pays d’Europe doivent travailler ensemble, car même si la situation de chacun est différente, le problème de fond reste le même : ce système bancaire est inacceptable ; il détient bien trop de pouvoir et les banques sont bien trop grosses. Il ne faut absolument pas accepter que les structures de la société puissent être détruites pour protéger les intérêts de ceux qui sont coupables de cette crise. On doit s’assurer qu’ils soient punis ; les nations ne doivent plus payer.

« Mais de partout en Europe ces gens continuent d’investir car ils procèdent à travers le système offshore. Je ne le savais pas avant, mais le plus grand et le plus influent des paradis fiscaux au monde est la City de Londres ! Et ce sont les britanniques qui nous ont poursuivis le plus ardemment pour qu’on les renfloue ! Et les gens qui sont responsables de la faillite d’Icesave ont tous leur siège à la City !

« Je pense qu’il faut voir et dire les choses telles qu’elles sont et ne plus avoir peur du politiquement correct et de ce que nous réserve l’avenir. Ils ont recouru à toutes les techniques d’intimidation imaginables contre nous ; alors mon message c’est de ne jamais céder à leur chantage et de ne jamais se soumettre. On avait tout le monde contre nous : le gouvernement, les syndicats, la banque centrale, les médias ; tous nous disaient que si l’on votait non, tout s’effondrerait, que les agences de notation nous descendraient, mais rien de tout cela n’est arrivé. Je suis fière que les gens aient eu le courage de dire non malgré toute cette propagande. Ils l’ont fait parce qu’au fond d’eux, ils savent que ce renflouement était injustifiable. C’est une réalité qui rassemble au delà des clivage politiques et sociaux habituels. Même la population britannique et hollandaise est de notre côté ; nulle part les peuples ne soutiennent les politiques de renflouement. Puis de toute façon, on peut pas payer, alors...

« Il faut s’inspirer de ce qu’ont fait les nations d’Amérique latine pour se sortir des griffes du FMI. Tous les pays d’Europe menacés par le FMI devraient se réunir, au Portugal par exemple.

« Je soutiens totalement le projet de loi Glass-Steagall poussé par LaRouche et introduit au Congrès des Etats-Unis. De toute façon il n’y a pas de grand débat à avoir ; le rétablissement de la séparation entre banque et finance relève du bon sens et doit se faire ici aussi. C’est possible d’y parvenir et de toute façon il n’y a pas d’autre solution pour régler le problème de fond. La situation que vit l’Europe actuellement est le bon moment pour mettre la pression et faire adopter Glass-Steagall.

« Vous savez, les britanniques sont même allés jusqu’à recourir aux lois antiterroristes pour nous menacer : si on ne payait pas, ils nous priveraient d’importer notre nourriture et nos médicaments. On était vraiment dans la peau de David face à Goliath. Ca doit être une motivation pour les autres peuples. Et je ne veux plus jamais entendre dire : ’oui mais ça pourra jamais être comme ça dans mon pays’ ; c’était pas comme ça chez nous non plus, les gens n’avaient jamais montré un tel courage, excepté peut-être pendant la Guerre de la morue. Si on a gagné, vous le pouvez aussi. »


Lire aussi :


  • 2525€
  • 5050€
  • 100100€
  • 250250€
  • 500500€
  • 10001000€
  • 20002000€
 
Notre dossier éducation, en vente ici Au Yémen, on assassine les hommes et leur mémoire. La France complice. terrorisme / 11 septembre, les 28 pages qui démasquent... La mer, avenir de l’homme Présidentielle 2017
Autres articles
Plus d'articles

Voir les 5 commentaires

Vos commentaires

  • Le 27 avril 2011 à 10:59
    par Hu Jinsheng

    Je ne comprends pas pourquoi vous donnez de l’écho à cette activiste proche du Dalaï Lama, ce monstre à face humaine, mais au coeur d’animal, cet agitateur séparatiste au Tibet.

    Solidarité & Progrès avait jusqu’ici montré plus de sagesse sur cette question.

    Birgitta Jonsdottir a peut être des choses intéresssantes à dire sur le combat contre les banques, mais son activisme pro-séparatistes la disqualifie. L’interviewer pourrait être perçu comme une attaque directe contre la Chine.

    Jinsheng

    • Le 27 avril 2011 à 14:47
      par Bertrand Buisson

      Si vous êtes venu pour faire du chantage, vous êtes au mauvais endroit.

      Bertrand Buisson
      Responsable de la rédaction

    Répondre à ce message

  • Le 23 avril 2011 à 15:00
    par olivier

    Le bon sens
    voilà une vraie qualité qui fait beaucoup défaut de nos jours...
    Pour soutenir et amener le débat, la prise de conscience, j’ai tapé sur mon clavier : "tee-shirt" sur un moteur de recherche.
    J’ai ensuite personnalisé ce tee-shirt avec trois mots sur la poitrine et au dos : Glass-Steagall Act
    cela m’a coûté 18 euros

    Répondre à ce message

  • Le 23 avril 2011 à 14:04
    par edith

    Le peuple Islandais petit ,par le nombre mais grand par le courage, a donné une bonne leçon à la city.Avons nous en France 2 ou 3 députés du même genre, j’en doute,mais l’écheance de la réalitè arrive cet été ,donc tout espoir
    n’est pas perdu,"il n’est jamais trop tard pour bien faire". Le courage va revenir par obligation et non pas par vanite,du moins c’est mon souhait !

    Répondre à ce message

  • Le 22 avril 2011 à 22:18
    par petite souris

    Lorsque le Président a constaté la rupture entre le Parlement et la Nation, il nous a écouté et a soumis la décision finale au verdict des urnes.nous dit Birgitta Jónsdóttir.

    Voilà un pays tout à fait démocratique !

    En France, lorsque le résultat d’un réferendum ne plaît pas à nozélites, le texte passe en force par le parlement !!!!

    ... cela nous prendra donc beaucoup plus de temps et aussi la forme sera moins douce .....

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Notez que votre message n'apparaîtra qu'après avoir été validé par notre équipe.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Vous pouvez utiliser les boutons pour enjoliver votre texte. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Déplier les commentaires||Replier les commentaires

« Le parti a pour objet de combattre, en France et dans le monde, pour la paix par le développement économique et l'égalité des chances et contre l'usure financière et les idéologies du sol, du sang et de la race. Il défend pour chacun et entre les peuples le progrès matériel, intellectuel et moral. A cet effet, il participe à la vie politique de notre pays, notamment lors des échéances électorales. Il peut apporter son soutien politique et financier à des partis et associations dont l'objet concorde avec celui-ci. »

Extraits des statuts - Article 2 - Objet