Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire Flash : 2 décembre - François Fillon veut six fois moins de communes et zéro départements Lire
Accueil Actualité
Brèves

Une vision russe de l’Afghanistan et de l’Irak

La rédaction
visites
1159

Le 12 mars, un document sur les tendances politiques mondiales après les attentats du 11 septembre a été présenté à Moscou par un groupe de stratèges et d’experts en science politique. RIA Novosti rapporte que lors de cet événement, Alexander A. Konovalov, président de l’Institut d’évaluations stratégiques, a donné des aperçus intéressants de l’attitude des élites russes vis-à-vis de la situation en Afghanistan et de l’attaque militaire américaine qui se profile contre l’Irak.

Selon Konovalov, « L’euphorie qui règne aux Etats-Unis sur le brillant succès remporté en Afghanistan » passera. En fait, il n’y a pas eu de brillants succès militaires en Afghanistan. » Pour lui, la position de la Russie dans la « guerre au terrorisme » en Afghanistan se base sur son intérêt national : « Nous avons soutenu et rejoint l’opération anti-terroriste, non pas pour gagner les bonnes grâces de l’Amérique, mais pour liquider Al-Qaida à nos frontières. Et pour la première fois, la Russie ne s’est pas comportée comme un fantassin de l’Europe et de l’Occident, donnant de son sang pour atteindre ses buts politiques. Au contraire, nous avons promu nos propres objectifs et intérêts nationaux avec l’argent des contribuables américains, qui a servi à acheter les bombes larguées sur ces cibles [en Afghanistan], et avec l’aide de l’Alliance du Nord, que nous avons soutenue et approvisionnée en armes (...). »

A propos de l’Irak, Konovalov a dit : « Je pense que les Etats-Unis essaient, à défaut d’obtenir le soutien de la communauté internationale, de découvrir si une telle action [militaire contre l’Irak] provoquerait une explosion dans le monde arabe. C’est ce que fait le vice-président américain Cheney dans sa tournée (...). Je pense que l’opinion publique américaine est déjà prête à mettre en oeuvre une opération contre l’Irak, quoi qu’il arrive, avec ou sans la bénédiction de la communauté internationale. Il y a aux Etats-Unis un consensus bipartisan sur la question - il faut punir l’Irak. »

Konovalov a recommandé à la Russie de rester à l’écart de toute attaque contre l’Irak et de concentrer ses efforts diplomatiques sur le Conseil de sécurité des Nations unies pour la recherche d’une solution non militaire. Cependant, si les Etats-Unis décident d’attaquer l’Irak, la Russie pourrait voir s’ouvrir des opportunités politiques et stratégiques en Europe et dans le monde arabo-musulman. Il a aussi fait remarquer que les Etats-Unis avaient écarté l’OTAN de leur « guerre au terrorisme ».

« Je pense que si les Américains vont en Irak malgré la volonté de la communauté internationale, ce sera l’une des plus grandes stupidités de leur part », a dit Konovalov. Mais dans ce cas, « nous devons nous tenir à l’écart et laisser la situation se développer selon son propre scénario. (...) Il n’y aura pas de victoire rapide en Irak - la victoire est un terme plutôt relatif ici - comme en Afghanistan (...) Il n’y a pas d’Alliance du nord en Irak et il serait peu sage de compter sur les Kurdes communistes comme source de main-d’oeuvre pour combattre le régime de Saddam Hussein, ou de penser que le monde arabe ne répondra pas ou n’explosera pas et que tout cela n’affectera pas la situation en Israël. »

Konovalov en tire la conclusion suivante : « En d’autres termes, le prix que les Américains doivent payer [pour cette attaque contre l’Iran] sera incomparablement plus élevé que celui qu’ils ont payé pour l’Afghanistan. J’ai de sérieux doutes que cela soit justifié. Mais je répète que, s’ils font une chose aussi stupide, nous ne devons pas y participer ni devenir hystériques à cause de cela. »

Contactez-nous !