Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 8 décembre - Référendum en Italie : une nouvelle claque pour l’UE Lire Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire
Accueil Actualité
Brèves

Union européenne : forte hausse du déficit commercial

La rédaction
visites
683
commentaire

Il ne fait aucun doute que l’Europe sera fortement perturbée par l’atterrissage en catastrophe de l’économie américaine et d’autres désordres financiers comme la crise turque.

Selon les chiffres publiés par le bureau européen des statistiques Eurostat, le déficit commercial des 15 pays de l’Union européenne a plus que quadruplé en l’an 2000, atteignant 82 milliards d’euros, alors qu’il n’était que de 19 milliards d’euros l’année précédente. A noter que cette aggravation de la balance commerciale européenne s’est produite alors que les exportations se trouvaient encore à des niveaux record, 21 % plus élevés qu’en 1999.

En décembre cependant, les exportations ont commencé à diminuer. Les importations ont augmenté encore plus rapidement (+27 %) et vont sans doute continuer dans cette voie, vu la hausse des prix à l’importation. En outre, le ralentissement de l’économie américaine se traduira par une réduction des exportations européennes et, partant, un accroissement du déficit commercial européen.

En outre, l’on assiste à une dangereuse crise de liquidités sur le marché européen : les taux sur les prêts à 24 heures sont montés à 5,5 %, alors que ceux de la Banque centrale européenne (BCE) sont restés à 4,75 %. Selon la rumeur, plusieurs grandes banques européennes n’ont plus assez de titres de haute qualité, du type utilisé comme nantissement pour des crédits à court terme de la BCE, et dépendent donc de prêts à court terme de la part d’autres banques. On estime à 50 milliards d’euros le manque de liquidités sur le marché européen. Ceci aggrave bien sûr le problème dans le secteur des télécommunications, où les grandes sociétés ont besoin de 100 milliards d’euros d’ici la fin avril.

Contactez-nous !

Don rapide