Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 8 décembre - Référendum en Italie : une nouvelle claque pour l’UE Lire Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire
Accueil Actualité
Brèves

United Airlines se débarrasse de ses responsabilités en matière des retraites

La rédaction
visites
740
commentaire

Après son dépôt de bilan, le géant aérien United Airlines se retrouve en redressement judiciaire. Dans ce contexte, le juge compétent a décidé le 10 mai que le PBGC, l’organisme public chargé de garantir les allocations-retraite, devait reprendre à sa charge les quatre régimes de retraite de la société - auxquels il manque déjà 9,8 milliards de dollars. Selon United Airlines, cette mesure est nécessaire pour lui permettre de surmonter, éventuellement, son insolvabilité. Cela accroît de 5 milliards de dollars les engagements du PBGC, alors qu’il accuse déjà un déficit de 23 milliards de dollars. Il s’agit du plus grand renflouement de l’histoire du PBGC, le record précédent ayant été établi par Bethlehem Steel avec 3,6 milliards de dollars.

Du coup, de nombreux salariés d’United Airlines verront leur retraite sabrée ; pour les pilotes, stewards et hôtesses de l’air, la réduction pourrait atteindre 50%. En échange de ce renflouement, United Airlines a offert au PBGC pour 1,5 milliard de dollars de ses propres actions, pouvant être revendues après redressement. Le syndicat du personnel de vol envisage de faire appel de cette décision et les mécaniciens menacent de faire grève. On estime que les plans retraite des entreprises aux Etats-Unis ont un trou de 450 milliards de dollars.

Evidemment, la faillite du géant de l’air porte un nouveau coup dur au projet de privatisation des retraites de George Bush : le secteur privé paraît moins attractif que jamais.

Contactez-nous !

Don rapide