Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 11 décembre - Miracle économique chinois : l’importance de la séparation stricte des banques Lire Flash : 8 décembre - Référendum en Italie : une nouvelle claque pour l’UE Lire Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire
Accueil Actualité
Brèves

Vers l’état d’urgence alimentaire en Amérique Centrale

La rédaction
visites
1240
commentaire

10 avril 2008 (Nouvelle Solidarité) — Il y a quelques jours, les ministres de l’Agriculture de l’Amérique Centrale se sont retrouvés à San José au Costa Rica pour étudier des mesures d’urgence qui permettraient d’augmenter la production régionale de céréales. Selon José Grazianao, dirigeant régional de la Food and Agriculture Organization (FAO) des Nations Unies, des millions d’habitants de l’Amérique Centrale sont menacés par des pénuries et des prix très élevés. Il a avertit que les choses iraient en s’aggravant ; la famine risque de s’intensifier au Guatemala, au Nicaragua, au Honduras et à El Salvador parce que ces pays n’ont ni les moyens de produire assez de nourriture, ni l’argent pour payer des produits importés dont les prix s’envolent.

Tandis que le ministre guatémaltèque de l’Agriculture souligne la folie qui consiste à nourrir les voitures en produisant des biocarburants au lieu de nourrir les hommes, ses collègues affirment qu’ils ont bêtement suivi les conseils des agences de prêt internationales qui avaient préconisé de réduire la taille des terres cultivables. Un économiste de l’Association des centres de recherche et d’études du Guatemala (ASIES) a dit que le Guatemala se trouvait « sans défense » devant la montée du prix des denrées alimentaires qui composent le panier mensuel de la ménagère qui a augmenté de 22 quetzales depuis le mois de janvier.

Le responsable du programme alimentaire mondial au Salvador, Carlos Scaramella, a averti que la population de ce pays risque de perdre rapidement « l’accès » à la nourriture. Suite à des augmentations du prix du lait, des légumes, du bœuf, du poulet et de l’huile alimentaire, une grève générale a éclaté le 9 avril en République Dominicaine pour protester contre la cherté des prix de l’alimentation et du carburant et pour réclamer des augmentations immédiates de salaires.

Haïti, un pays que Franklin Delano Roosevelt avait réussi à rendre autosuffisant sur le plan alimentaire en 1941, est également secoué depuis plusieurs jours par des émeutes de la faim. Depuis le début des émeutes, au moins cinq personnes ont été tuées par balle et on compte une quarantaine de blessés. Ce pays est devenu le pays le plus pauvre des Amériques, 80% de ses habitants gagnent moins de 2 dollars par jour et ne peuvent pas faire face au doublement des prix du riz, de l’huile, des haricots et des céréales, pourtant des produits qui sont la base de leur régime alimentaire. Le Brésil vient d’annoncer qu’il enverra 14 tonnes de nourriture pour aider Haïti à calmer la crise.

La situation est tellement instable dans toute la région que les ministres des Affaires étrangères de l’Amérique Centrale ont décidé de se retrouver le 19 avril pour faire le point sur la situation.

Contactez-nous !

Don rapide