Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 8 décembre - Référendum en Italie : une nouvelle claque pour l’UE Lire Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire
Accueil Actualité
Brèves

Vers la démission de Greenspan ?

La rédaction
visites
688
commentaire

La décision prise par la Réserve fédérale, le 24 août dernier, traduit le dilemme insoluble dans lequel se trouve Alan Greenspan . Il est confronté à une monstrueuse inflation des actifs, donnant lieu à une bulle boursière de 16 000 milliards de dollars aux Etats-Unis, qu’il cherche à dégonfler lentement sans qu’elle n’éclate.

En idéologue monétariste, Greenspan pense que seul l’instrument de la hausse des taux pourra résoudre ce dilemme, des taux qu’il avait pourtant baissés à l’automne dernier pour éviter un effondrement du système financier international.

Avec les mêmes simagrées qu’à la dernière réunion de la Fed, fin juin, Greenspan a annoncé une hausse de 0,25% des taux d’intérêts américains. Depuis, le système financier international a été secoué par une série de variations en montagnes russes sur les marchés des actions et des obligations, la quasi-faillite de grands hedge funds, les pertes massives des grandes banques sur leurs paris spéculatifs, tout cela dans un contexte de fortes fluctuations monétaires et de nouvelles crises sur les marchés émergents d’Asie et d’Amérique latine.

Le patron de la Fed a beau avoir l’esprit tortueux, il est suffisamment lucide pour savoir qu’il ne pourra pas éternellement gagner du temps . Selon certaines sources dignes de foi, Greenspan envisagerait de démissionner bien avant la fin de son mandat à la mi-2000. Il ne faut pas oublier, à cet égard, que le récent scandale de blanchiment d’argent russe par la Bank of New York implique Greenspan en personne. Il est inconcevable que la Fed n’ait pas été au courant des transactions financières de plusieurs milliards de dollars organisées par la Bank of New York et ses filiales.

On note par ailleurs une vague de démissions des cadres dirigeants de grandes institutions financières, qui refusent de collaborer plus avant à des activités financières « psychotiques » qu’ils décrivent comme étant à la frontière de « l’activité criminelle ».

Contactez-nous !

Don rapide