Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire Flash : 2 décembre - François Fillon veut six fois moins de communes et zéro départements Lire
Accueil Actualité
Brèves

Vers un choc pétrolier artificiel ?

La rédaction
visites
611

Le prix international du brut fixé par West Texas Intermediate (WTI), référence tarifaire pour la majeure partie du pétrole et du gaz naturel d’Europe continentale, grimpe en flèche. Le 25 novembre, le WTI a passé la barre des 27 dollars le baril, ce qui représente un triplement des prix en moins de 10 mois.

La cause immédiate de la dernière hausse en date est l’annonce par le gouvernement irakien de son intention de suspendre ses exportations de 2,2 millions de barils par jour, autorisées dans le cadre du programme onusien de pétrole contre nourriture ; annonce toutefois démentie par la suite. Au même moment, les pays de l’OPEP confirmaient qu’ils maintiendraient les limites sur la production de pétrole au moins jusqu’en mars prochain. Pour l’Arabie Séoudite, la récente hausse du cours est due « à la spéculation », comme le déclarait un haut fonctionnaire le 24 novembre à l’agence Reuters.

Indirectement, la hausse du prix de l’or noir encourage aussi la hausse des cours du gaz naturel en Europe continentale. Des craintes allant dans ce sens se répandent déjà en Allemagne, où l’on reconnaît le risque d’une suspension des livraisons de gaz naturel en provenance de Sibérie cet hiver. Ruhrgas et BASF-Win Gas cherchent fébrilement à stocker des réserves d’urgence dans le nord de l’Allemagne. De même, Siemens a remplacé les puces informatiques dans la partie du système de gazoduc sibérien qu’elle a équipée dans les années 80, afin de parer à un éventuel blocage dû au bogue de l’an 2000. Mais selon nos sources, la principale menace pesant sur l’approvisionnement en gaz naturel russe viendrait d’une intensification des conflits internes en Russie ou bien d’une saisie des avoirs russes par les créanciers occidentaux de la Russie.

En tout état de cause, la hausse des prix du pétrole et du gaz naturel n’est aucunement due à des problèmes objectifs de livraison, vue l’abondance de ces ressources dans le monde. Il faut plutôt craindre une crise « artificiellement » provoquée pour des raisons politiques ou financières - ou les deux, comme ce fut le cas en 1973 et 1979.

Contactez-nous !