www.solidariteetprogres.org | BP27 92114 Clichy cedex | 01 76 69 14 50

Accueil >Actualité

Vers un retour au système de crédit public

La rédaction
1135 visites | 1 commentaire

Les excès hyperinflationnistes des banques centrales américaine et européenne depuis le début de l’effondrement du système financier, et qui nous précipitent vers une catastrophe économique majeure, soulèvent le débat du nécessaire retour à une émission monétaire publique destinée à financer massivement les investissements d’avenir.

Selon un universitaire américain et un membre de la communauté du renseignement contactés par nos confrères du magazine international EIR, plusieurs officiels de la Réserve fédérale envisagent sérieusement d’utiliser la banque centrale américaine comme l’instrument d’une émission monétaire orientée vers les investissements productifs. Il s’agirait de permettre à chacune des 12 branches de la Fed d’ouvrir une fenêtre d’escompte dédiée à ce type d’investissements. Pour l’heure, l’escompte de la banque centrale américaine est contrôlé depuis Washington et Wall Street, donnant la maîtrise de l’émission de crédit aux intérêts financiers. Monopolisant le crédit à leurs propres fins spéculatives, ces derniers risqueraient la mort en perdant le contrôle de l’émission monétaire. Bien que limitée, cette proposition représente un premier pas vers le rétablissement d’une banque nationale hamiltonienne, nationalisant l’émission monétaire et organisant l’investissement dans les secteurs clés capables d’assurer croissance physique et progrès social.

A la Libération en France, le gouvernement provisoire issu du CNR avait mis en place un tel système de crédit. Il disparut progressivement entre 1971 et 1984, sous le coup de boutoir des milieux financiers et de leurs courroies de transmission que furent Valéry Giscard d’Estaing, Michel Pébereau et François Mitterrand. Pour revenir au plein emploi et bâtir un avenir commun, nous devons rétablir ce système, sans quoi, l’austérité meurtrière et la haine s’imposeront inévitablement.


L’alternative :


  • 2525€
  • 5050€
  • 100100€
  • 250250€
  • 500500€
  • 10001000€
  • 20002000€
 

Voir le commentaire

Vos commentaires

  • Le 2 août 2010 à 14:51
    par petite souris

    Lorsque Giscard a été élu président en 1974, je me souviens que les vrais gaullistes : résistants de tous poils, compagnons de la Libérations ainsi les barons et les gaullistes de gauche, bref tous ces gens qui s’étaient battus appelaient Valéry Giscard d’Estaing, en privé et dans certains médias, l’homme du parti de l’étranger !

    On sait que Mitterand a eu la Francisque pas en tant que véritable résistant !

    Alors faut pas s’étonner que c’est sous leurs "règnes" respectifs que le système financier a pris en France le tournant qui a détruit le pays et les hommes !

    .... et ce n’est pas Sarkozy qui va rendre son honneur, sa liberté et sa capacité à la fraternité par l’égalité à la France !!!

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Notez que votre message n'apparaîtra qu'après avoir été validé par notre équipe.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Vous pouvez utiliser les boutons pour enjoliver votre texte. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Déplier les commentaires||Replier les commentaires

« Le parti a pour objet de combattre, en France et dans le monde, pour la paix par le développement économique et l'égalité des chances et contre l'usure financière et les idéologies du sol, du sang et de la race. Il défend pour chacun et entre les peuples le progrès matériel, intellectuel et moral. A cet effet, il participe à la vie politique de notre pays, notamment lors des échéances électorales. Il peut apporter son soutien politique et financier à des partis et associations dont l'objet concorde avec celui-ci. »

Extraits des statuts - Article 2 - Objet