www.solidariteetprogres.org | BP27 92114 Clichy cedex | 01 76 69 14 50

Accueil >Actualité >Glass-Steagall

Elizabeth Warren : les élus doivent représenter les citoyens, et non pas les banques !

La rédaction
735 visites
JPEG - 126.7 ko
La sénatrice démocrate Elizabeth Warren, partisane d’un Glass-Steagall du XXIe siècle.
Dans un discours prononcé le 10 décembre, le jour avant l’odieux vote du Congrès américain qui a rétabli la protection de l’État américain sur les activités spéculatives des banques de Wall Street, la sénatrice Elizabeth Warren, farouche partisane d’une séparation stricte des banques sur le modèle de Glass-Steagall, a appelé la Chambre des représentants à rejeter tout compromis avec Wall Street.

Cette clause (article 716), qui vient d’être abrogée, était le seul élément à peu près valable de la loi Dodd-Franck (adoptée en fanfare au lendemain de la crise financière de 2008) qui jusqu’ici a surtout servi pour écarter la nécessité d’un nouveau Glass-Steagall.

Extraits :

M. le Président [du Sénat], je prends la parole devant vous aujourd’hui pour poser une question fondamentale : Pour qui travaille donc le Congrès ? Est-il au service des millionnaires, des milliardaires, des sociétés géantes et de leurs armées de lobbyistes et d’avocats ? Ou travaille-t-il pour nous tous ? (…)

Et maintenant, la Chambre des représentants est sur le point de nous montrer le pire de ce qu’est un gouvernement au service du riche et du puissant. La Chambre est sur le point de voter pour une loi budgétaire, une entente négociée dans les coulisses et qui intègre insidieusement une clause qui permettrait aux traders de produits dérivés à Wall Street de parier avec l’argent du contribuable et de se faire renflouer par l’État lorsque leurs paris risqués menacent de faire sauter notre système financier.

Ce sont là les mêmes banques qui ont presque détruit notre économie en 2008, et détruit des millions d’emplois. Les mêmes banques qui ont été renflouées par le contribuable et qui engrangent aujourd’hui des profits records. Les mêmes banques qui consacrent une grande partie de leur temps et argent dans des tentatives pour influencer le Congrès, pour qu’il infléchisse les règles à leur avantage.

Vous entendez beaucoup de gens dire que la règle qui sera abrogée dans le projet de loi est technique et compliquée, et qu’il ne faut pas s’en inquiéter parce que les gens intelligents qui en savent plus que vous sur les questions financières savent que ce n’est pas une chose si importante. Ne les écoutez pas.

A l’heure actuelle, la règle est assez simple. Voici comme elle s’intitule, cette règle que le Congrès est sur le point d’abroger, et je cite le texte de la Loi Dodd-Frank : « Interdiction du renflouement des activités de swaps par le gouvernement fédéral. » De quoi s’agit-il ? La clause qui est sur le point d’être abrogée exige que les banques gardent séparément une partie clé de leurs activités spéculatives risquées sur Wall Street de manière à ce qu’aucune assurance de l’État ne puisse couvrir cette partie de leurs activités. (…)

Cette règle a été mise en place après l’effondrement du système financier parce que nous espérions réduire le risque que les paris casse-cou sur Wall Street ne viennent plus jamais menacer les emplois et le niveau de vie de la population américaine. Nous avons mis cette règle en place parce que les gens de toute sensibilité politique étaient dégoûtés par la possibilité d’autres renflouements à venir. Et aujourd’hui, aucun débat, aucune discussion, les républicains à la Chambre des représentants menacent de fermer le gouvernement s’ils n’ont pas la possibilité d’abroger cette règle. [Rappelons que cette clause d’abrogation a été insidieusement insérée dans la loi sur le budget de l’État fédéral, sachant qu’un vote contre la loi dans son ensemble provoquerait une suspension des services gouvernementaux, comme cela s’est déjà produit à quelques occasions par le passé,ndlr.] (...)

Wall Street consacre beaucoup de temps et d’argent sur le Congrès. Selon les associations Public Citizen et le Center for Responsive Politics, dans la période précédant l’adoption de la loi Dodd-Franck, l’industrie financière a employé 1447 anciens salariés de l’État fédéral pour faire du lobbying auprès du Congrès, incluant 73 anciens députés et sénateurs. (…) Beaucoup d’anciens employés de l’État fédéral – ainsi que des députés et sénateurs – sont dépêchés auprès du Congrès pour faire en sorte que les banques soient entendues. Il n’y a rien de surprenant dans le fait que l’industrie financière dépense plus d’un million de dollars par jour pour faire pression sur le Congrès au sujet des réformes financières. (…)

Et nous voyons le fruits de leurs efforts. (…) Selon des documents examinés par le New York Times, la clause original qui a été incorporée dans la loi budgétaire qui sera soumise au vote de la Chambre aujourd’hui a été littéralement rédigée par des lobbyistes de Citigroup, qui ont « réécrit » le projet de loi, « effaçant certaines phrases et en insérant d’autres ». (…)

Cette clause va trop loin. Citigroup est une grande banque, et elle est puissante. Mais elle reste une simple entreprise privée. Elle ne devrait pas tenir tout le gouvernement en otage, en menaçant une interruption des services gouvernementaux, afin d’obtenir des concessions sur des mesures importantes visant à protéger notre économie. Nous sommes en démocratie, et le peuple américain ne nous pas élus pour défendre les intérêts de Citigroup. Il nous a élus pour défendre l’intérêt de tous.

Je prie donc mes collègues de la Chambre, en particulier mes collègues démocrates, dont le vote est essentiel pour obtenir la passage de cette loi, de retenir leur soutien jusqu’à ce que cette concession risquée soit retirée du projet de loi. Nous devons tous faire le nécessaire et lutter contre cette concession aux banques les plus puissantes de ce pays.

  • 2525€
  • 5050€
  • 100100€
  • 250250€
  • 500500€
  • 10001000€
  • 20002000€
 

Écrire un commentaire

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Notez que votre message n'apparaîtra qu'après avoir été validé par notre équipe.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Vous pouvez utiliser les boutons pour enjoliver votre texte. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Déplier les commentaires||Replier les commentaires

« Le parti a pour objet de combattre, en France et dans le monde, pour la paix par le développement économique et l'égalité des chances et contre l'usure financière et les idéologies du sol, du sang et de la race. Il défend pour chacun et entre les peuples le progrès matériel, intellectuel et moral. A cet effet, il participe à la vie politique de notre pays, notamment lors des échéances électorales. Il peut apporter son soutien politique et financier à des partis et associations dont l'objet concorde avec celui-ci. »

Extraits des statuts - Article 2 - Objet