Solidarité & progrès

Le parti du travail humainTel. 01 76 69 14 50

AccueilActualité
Brèves

Wolfowitz à la porte de la Banque Mondiale

La rédaction

Le 17 mai 2007, le Washington post rapportait que l’administration Bush cherchait à faire un compromis pour que le Conseil exécutif de la Banque Mondiale fasse une déclaration stipulant que Wolfowitz a mal géré l’augmentation substantielle des rémunérations

(EIRNS) Le 17 mai 2007, le Washington post rapportait que l’administration Bush cherchait à faire un compromis pour que le Conseil exécutif de la Banque Mondiale fasse une déclaration stipulant que Wolfowitz a mal géré l’augmentation substantielle des rémunérations de sa petite amie, mais que le Comité d’éthique de la banque était en partie à blâmer pour ne pas lui avoir donné des conseils clairs. Suite à cela, il quitterait la Banque dans quelques mois.

Par l’intermédiaire de son avocat, il a déclaré que cette solution était inacceptable ; il réclame une déclaration disant qu’il n’a rien fait de mal.

Le Conseil exécutif de la banque a lui aussi rejeté la proposition en insistant que Wolfowitz devait faire face aux conséquences de ses actes puisqu’il a brisé les règles d’éthique et a entaché la réputation de la banque. Le conseil a ajourné la séance avant le vote.

Wolfowitz a annulé un voyage en Slovénie en attendant une décision finale.
Le soir même à 18h, Paul Wolfowitz démissionnait de la présidence de la Banque Mondiale.

Vous avez adoré cet article ? Rejoignez-nous !

La chronique du 23 février le monde
en devenir

Don rapide