Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 8 décembre - Référendum en Italie : une nouvelle claque pour l’UE Lire Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire
Accueil Actualité
Brèves

Yvon Gattaz, ancien patron du Medef : supprimons les syndicats !

La rédaction
visites
2287
commentaires

4 septembre 2010 (Nouvelle Solidarité) – Certains rêvent aujourd’hui des recettes fascistes et synarchistes de l’entre deux guerres. Rappelons qu’en 1922, Mussolini fit interdire les syndicats et que dès mai 1933, l’une des premières mesures prises par Hitler fut de les dissoudre.

Or, à quelques jours de la grande mobilisation du 7 septembre contre la « réforme » des retraites, parlant devant un parvis de chefs d’entreprises réunis à HEC pour l’université du Medef, un orateur vient de lancer de la tribune cette citation : « De façon sociétale, les syndicats ont été nécessaires au XIXe siècle, utiles puis abusifs au XXe. Inutiles et nuisibles au XXIe, ils doivent disparaître. » Ces paroles ont immédiatement fait un tabac dans la salle tandis que l’auditoire, composé de responsables territoriaux de l’organisation patronale, jubile et applaudit chaleureusement la revendication.

D’où sort cette citation ? De la revue Commentaire, fondée par le très néo-conservateur Raymond Aron, dont la dernière livraison (N° 130 du juin-juillet-août 2010) publie une longue diatribe écrite par Yvon Gattaz, qui fut président du CNPF, ancien nom du Medef, entre 1981 et 1986, intitulée « La fin des syndicats est-elle souhaitable ? »

De toute façon, pour le néo-thatchérien décomplexé Gattaz, les syndicats ont perdu toute légitimité et « ne doivent leur survie qu’aux deux fils d’araignée incroyablement résistants qui les soutiennent encore, politiques et médias ».

Exit donc toute idée de concertation sociale, puisque « les performances des entreprises sont inversement proportionnelles à leur taux de syndicalisation ». Il en découle « logiquement » qu’en ce qui concerne les syndicats, « l’élimination s’impose donc économiquement ».

Notons qu’Yvon Gattaz est toujours membre de l’Académie des sciences morales et politiques (Institut de France), qu’il a même présidé en 1999.

Dans un entretien commun accordé aux Echos, Bernard Thibault et François Chérèque ont interpellé timidement la présidente du Medef : « Laurence Parisot doit condamner l’antisyndicalisme actuel ».


Téléchargez notre tract pour le 7 septembre :
Retraites : pas de chantage, priorité au travail humain !


Voir les 4 commentaires

  • arcane • 06/09/2010 - 16:12

    L’utilité des syndicats est tres relative, c’est un peu comme tous ces partis politiques, ils ont ete mis en place par toujours les memes, ceux qui ont divisé la société en de multiples courrants afin que les peuples aient des exutoires pour leur colère.
    La gauche permet de faire croire que l’on s’occupe de la repartition des richesses, la droite pour la protection de nos propriétés et punir les vilains voyous ou terroristes, les syndicats canalisent les injustices du monde du travail, ainsi tout ce joli monde contient nos débordements et nous obligent à passer par eux pendant que notre olligarchie met ses plans de gouvernance en place.

    Mr GATTAZ le sait et il est pressé avec la franc maçonnerie et divers clubs ou tout ce beau monde se cotoie pour l’avenement d’un ordre et d’une monnaie mondiale.

    Les quelques voix qui s’élèvent pour demasquer cette mascarade, ont du mal à trouver un echo dans les populations qui croient que pour la centieme fois, la gauche viendra leur apporter la délivrance sur la droite et inversement.
    Théatre ! ne parle t’on pas de la scene politique ?

    Nous ne pouvons plus faire l’economie de notre engagement au quotidien il faut se debarrasser du complexe, je n’en suis pas capable, je n’y peux rien. c’est justement ce que ces élites font, nous maintenir dans la cupabilité et l’incapacité d’agir.

    Osons etre ce que nous sommes, des créateurs libres.
    Nul besoin d’etre des experts en quoi que ce soit pour etre.

    Répondre à ce message

  • petite souris • 04/09/2010 - 19:28

    Yvon Gattaz a largement dépassé l’âge de la retraite même de la nouvelle !!!! puisqu’il est né en 1925 !

    Veut-il reproduire ce qu’il a connu ?

    C’est au peuple de France de décider.

    • Volapuk • 06/09/2010 - 09:58

      C’est un peu comme Dassault qui affirme que manifester ne sert à rien, que les Français devraient prendre exemple sur les chinois, qu’il doivent dormir dans les usines et qu’ils doivent s’assoir sur leurs congés payés pour travailler 7/7 jours à 12h/jours. À partir de là, nous commencerions à être compétitfif... la question qui me vient à l’esprit est de savoir comment ces "gens" peuvent vivre dans le même monde que nous et comment il peuvent respirer le même air ?

    • ? • 06/09/2010 - 13:48

      la question qui me vient à l’esprit est de savoir comment ces "gens" peuvent vivre dans le même monde que nous et comment il peuvent respirer le même air ?

      Tu ne croyez peut-être pas si bien dire Volapuk ou, peut-être, prennent-ils leur Mal en patience en attendant leur Terre promise ?

      En tout cas, question prospérité économique, Mr Gattaz est un vrai boulet.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Déplier les commentaires||Replier les commentaires
Contactez-nous !

Don rapide