Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire Flash : 2 décembre - François Fillon veut six fois moins de communes et zéro départements Lire
Accueil Actualité
Brèves

Zapad 99 : les plus grandes manoeuvres russes depuis la guerre froide

La rédaction
visites
1095

Les manoeuvres militaires russo-biélorusses du 21 au 26 juin (Zapad 99) ont été les plus importantes manoeuvres russes depuis1985. A l’époque soviétique, la fameuse série « Zapad » s’est déroulée de 1981 à 1985 sous la direction de feu le maréchal Ogarkov.

Depuis la dissolution du Pacte de Varsovie, ce sont les premières manoeuvres internationales à se dérouler sous direction russe. Elles reflètent l’état d’esprit de l’élite russe, notamment militaire, qui se sent de plus en plus humiliée par l’Ouest.

Zapad99 était composé d’exercices terrestres, aériens et navals et d’exercices de commandement au plus haut niveau. Y ont participé quelque 50 000 soldats au sol dans les districts militaires de St-Pétersbourg, Moscou, Volga-Oural, Nord-Caucase et du territoire de Biélorussie, ainsi que des unités de l’armée de l’Air et de la Défense aérienne et des unités navales de la Flotte du Nord, de la Baltique et de la Mer Noire.

Initié par l’état-major russe, Zapad 99 s’insère dans le cadre de la même stratégie déployée lors de l’action russe surprise au Kosovo et de la prise de contrôle de l’aéroport de Pristina. Ces manoeuvres ont été annoncées le 22 juin par le général Iouri Balouievski, premier chef d’état-major adjoint et chef du Principal directoire des opérations. C’est également sous sa direction et avec son équipe que l’envoi des parachutistes de la SFOR russe à l’aéroport de Pristina a été planifié dans ses moindres détails. Concernant ces manoeuvres, le général Balouievski a précisé qu’elles n’étaient pas une réponse directe aux événements des Balkans, mais « avaient été décidées en décembre 1998. (...) Cependant, les événements en Yougoslavie ont certainement été pris en compte dans la planification. »

L’un des objectifs déclaré des exercices était d’amener les forces militaires de St-Pétersbourg et de Moscou à l’état de préparation dit Condition1. Ces forces comprennent les divisions aéroportées basées à Pskov et Tula, dont certaines unités seront affectées au Kosovo. Le général Nikolaï Staskov, commandant des troupes aéroportées, a déclaré que ces dernières, qui ont été réduites ces dernières années de 46 000 à 32 000, seraient augmentées de 5600, total qui correspond en gros aux troupes aéroportées envoyées en Bosnie et au Kosovo. Le ministre de la Défense Igor Sergeiev a fait une tournée d’inspection pour vérifier que les troupes avaient bien atteint la « Condition1 ».

Enfin, les exercices simulaient une « agression » contre la Biélorussie et la Russie menée depuis l’ouest et marquée par un blocus de l’enclave de Kaliningrad, puis une opération militaire russe destinée à « repousser l’agression » et briser le blocus.

Contactez-nous !