www.solidariteetprogres.org | BP27 92114 Clichy cedex | 01 76 69 14 50

Accueil >Actualité >UE/BCE/Euro

Zepp-LaRouche : en Allemagne un référendum sur le traité de Lisbonne s’impose

La rédaction
929 visites

1er septembre 2009 (Nouvelle Solidarité) — Le 26 août, le Bundestag a commencé sa première lecture de la loi d’accompagnement du traité de Lisbonne, révisée suite à la décision de la Cour constitutionnelle allemande du 30 juin, qui déclare inconstitutionnelle la loi initiale dans la mesure où elle ne protège pas la souveraineté allemande.

Les partis politiques en place ont réagi à ce verdict en tentant de faire adopter à la hâte une nouvelle loi qui reconnaît formellement la décision de la Cour mais bloque par ailleurs tout débat en profondeur sur la question ; ainsi, ils entendent légitimer le vote — anticonstitutionnel — des 515 parlementaires qui avaient adopté le traité en avril 2008.

La faction pro-Lisbonne espère faire adopter cette nouvelle loi au Bundestag (la chambre) le 8 septembre et au Bundesrat (le sénat) le 18 septembre – soit quelques jours avant les élections fédérales du 27 septembre et avant le second référendum irlandais sur le traité de Lisbonne le 2 octobre.

En outre, la classe politique allemande promeut une lettre ouverte rédigée par une trentaine d’experts en droit constitutionnel, critiquant la décision du 30 juin de la Cour et appelant à une réduction des pouvoirs de la Cour qualifiée désormais d’« obstacle »à la supranationalisation de l’Europe.

Il faut noter que cette initiative inquiétante émane des deux professeurs qui représentaient le gouvernement Merkel à la Cour constitutionnelle, Ingolf Pernice et Franz Mayer.

Le 28 août, dans un communiqué à la presse, Helga Zepp-LaRouche, présidente de notre parti frère le Büso (Mouvement des droits civiques Solidarité), qui fait campagne contre le traité de Lisbonne depuis sa signature par les 27 gouvernements de l’UE, en décembre 2007, a dénoncé ces méthodes.

Vu le peu de confiance que les Allemands accordent à leur classe politique, Mme LaRouche pense que, par respect pour la Constitution, l’organisation d’un référendum populaire sur le traité de Lisbonne en Allemagne s’impose. Enfin, elle propose au gouvernement d’avoir recours au droit légitime de l’Allemagne de sortir de tous les traités de l’UE, parce que « la poursuite de politiques néolibérales est incompatible avec l’intérêt fondamental propre à notre pays ».

Helga Zepp-LaRouche avertit aussi que, malgré les illusions, le traité de Lisbonne ne protègerait aucunement l’UE des conséquences d’une faillite d’Etat des Etats-Unis.

Si l’UE s’en tient à sa politique actuelle, elle verra s’effondrer son propre empire monétariste régional et sera frappée par une vague de soulèvements sociaux, à l’instar de la révolte populaire qui se développe aux Etats-Unis. « Cette révolte de la population américaine est actuellement le facteur le plus marquant de la politique mondiale, écrit Mme LaRouche. Si ce mouvement réussit à chasser du gouvernement les représentants de Wall Street et (...) certains économistes comme Ezekiel Emanuel et Peter Orszag, et à mettre à l’ordre du jour la politique rooseveltienne de Lyndon LaRouche, alors il sera possible de créer une nouvelle architecture financière à l’échelle internationale. »

Article : Traité de Lisbonne : la Cour constitutionnelle allemande exige des garanties

Helga Zepp-LaRouche : refaisons de l’Allemagne le pays des poètes et des penseurs

  • 2525€
  • 5050€
  • 100100€
  • 250250€
  • 500500€
  • 10001000€
  • 20002000€
 

Écrire un commentaire

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Notez que votre message n'apparaîtra qu'après avoir été validé par notre équipe.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Vous pouvez utiliser les boutons pour enjoliver votre texte. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Déplier les commentaires||Replier les commentaires

« Le parti a pour objet de combattre, en France et dans le monde, pour la paix par le développement économique et l'égalité des chances et contre l'usure financière et les idéologies du sol, du sang et de la race. Il défend pour chacun et entre les peuples le progrès matériel, intellectuel et moral. A cet effet, il participe à la vie politique de notre pays, notamment lors des échéances électorales. Il peut apporter son soutien politique et financier à des partis et associations dont l'objet concorde avec celui-ci. »

Extraits des statuts - Article 2 - Objet