Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire Flash : 2 décembre - François Fillon veut six fois moins de communes et zéro départements Lire
Accueil Actualité

« Alerte au Glass-Steagall ! » : Wall Street se mobilise à nouveau

La rédaction
visites
371

Un élu local américain a confirmé auprès de nos collègues du Comité d’action politique de l’économiste américain Lyndon LaRouche (LPAC) avoir reçu une lettre de l’American Bankers Association (ABA) en prévision de la prochaine conférence nationale des parlementaires d’Etat américains (NCSL), qui commence cette semaine à Washington. Objectif de la missive : empêcher coûte que coûte que les élus adoptent lors de leur réunion une résolution en faveur du rétablissement de la Loi Glass-Steagall qui exige une séparation stricte entre les banques.

Reprenant les habituelles litanies sur l’inutilité d’une séparation bancaire, et reconnaissant avoir violé la loi plusieurs années avant son abrogation en 1999, les banquiers de Wall Street étalent malgré eux, dans cette lettre qui a probablement été envoyée à tous les élus locaux, leur inquiétude croissante de voir l’incessante campagne du LPAC déboucher sur l’adoption d’une loi de séparation bancaire.

Ainsi, selon eux, « réinstaurer Glass-Steagall 14 ans après son abrogation aurait des effets perturbateurs sur les marchés, l’industrie (sic !) financière et les régulateurs, qui se sont tous adaptés aux changements survenus suite à l’abrogation de la loi en 1999. Cela déstabiliserait également les business modèles des emprunteurs, des prêteurs et des investisseurs. »

Et ce alors que les chiffres officiels confirment que les banques prêtent moins qu’en 2008, en dépit des milliers de milliards de dollars en assouplissement quantitatif injectés dans les banques par la Réserve fédérale américaine.

La lettre affirme également que Glass-Steagall « diminuerait la confiance dans la finance américaine (sic !), et inaugurerait une période de mise en conformité et d’ajustement coûteuse et non nécessaire ». Autrement dit : laissez-nous jouer et nous en mettre plein les poches et contentez-vous de nous renflouer lorsqu’on vous le demande...

Pas sûre qu’une telle hystérie puisse réellement retenir les élus d’adopter la résolution.

Combattez ici pour couper les banques en deux !

Contactez-nous !