www.solidariteetprogres.org | BP27 92114 Clichy cedex | 01 76 69 14 50

Accueil >Actualité >Espace

Alors que l’OTAN s’oriente vers la guerre, la Russie, la Chine et l’Europe se tournent vers l’espace

La rédaction
1424 visites

Demain, le 15 avril, le ministre des affaires étrangères Sergeï Lavrov se rendra en Chine pour préparer la visite du président russe Vladimir Poutine du 20 mai. Au centre du rapprochement sino-russe qui s’annonce, une coopération renforcée dans le domaine spatial.

Déjà, à l’occasion de la Journée mondiale de l’astronautique le 12 avril commémorant le premier vol habité dans l’espace par Youri Gagarine en 1961, le Premier ministre adjoint russe Dimitri Rogozine a présenté les plans de son pays en matière d’exploration spatiale.

Signant un article dans le journal officiel Rossiyskaya Gazeta, Rogozine, connu comme un partisan de la création d’une Initiative de défense terrestre, a expliqué que le programme spatial russe pour la période 2016-2025 s’articulera autour d’un plus grand nombre de projets de recherche, impliquant une collaboration plus étroite entre l’agence spatiale russe Roscosmos, l’Académie russe des sciences et Rosatom, le constructeur public de centrales nucléaires.

L’objectif est d’étendre le domaine d’activité de l’agence spatiale russe, « afin d’intégrer les développements dans la construction de réacteurs nucléaires, la conversion d’énergie en plasma, les biotechnologies, la robotique et les nouveaux matériaux », écrit-il.

Alors que les efforts se multiplient pour la conception des futurs lanceurs lourds et des véhicules de transfert interorbitale, sans lesquels l’exploration de la Lune et d’autres planètes serait impossible, d’importants progrès restent à faire dans l’électronique, le point faible de la Russie, explique-t-il. Celle-ci est dépendante des importations pour satisfaire ses besoins dans ce domaine. Ainsi, révèle-t-il, la « commission des affaires militaires et industrielles a demandé à l’Agence spatiale fédérale d’agir comme intégrateur systémique et puissance contractante pour la production domestique de composants électroniques de base capables de résister aux radiations dans l’espace », a ajouté Rogozine.

Alors que le directeur de la NASA tente désespérément de préserver le minimum de coopération avec la Russie (notamment pour garder un accès à la station spatiale internationale) en dépit des sanctions décrétées par l’administration Obama, l’Agence spatiale européenne (ESA) refuse de rompre sa coopération avec la Russie et cherche plutôt à intensifier la coopération entre les agences spatiales russes et européennes. C’est ce que rapporte l’agence de presse russe Ria Novosti, citant à cet égard le directeur-adjoint de Roscomos Sergeï Saveliev pour qui le modèle initié par le programme ExoMars, qui a pour objectif d’envoyer deux missions vers la planète rouge en 2016 et 2018, devrait également être étendu à la coopération spatiale entre la Russie et la Chine.

L’idée est de « diviser, dans le cadre d’un programme conjoint, les responsabilités, chaque partenaire finançant la partie qu’il est en train de développer. Et les résultats peuvent être utilisés sans restriction des deux côtés ».

  • 2525€
  • 5050€
  • 100100€
  • 250250€
  • 500500€
  • 10001000€
  • 20002000€
 

Écrire un commentaire

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Notez que votre message n'apparaîtra qu'après avoir été validé par notre équipe.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Vous pouvez utiliser les boutons pour enjoliver votre texte. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Déplier les commentaires||Replier les commentaires

« Le parti a pour objet de combattre, en France et dans le monde, pour la paix par le développement économique et l'égalité des chances et contre l'usure financière et les idéologies du sol, du sang et de la race. Il défend pour chacun et entre les peuples le progrès matériel, intellectuel et moral. A cet effet, il participe à la vie politique de notre pays, notamment lors des échéances électorales. Il peut apporter son soutien politique et financier à des partis et associations dont l'objet concorde avec celui-ci. »

Extraits des statuts - Article 2 - Objet