www.solidariteetprogres.org | BP27 92114 Clichy cedex | 01 76 69 14 50

Accueil >Actualité >Industrie

Alstom, patriotisme économique : enfin le coup de clairon de la cavalerie ?

771 visites | 2 commentaires
JPEG - 482.1 ko
La turbine nucléaire à vapeur Arabelle d’Alstom, équipée des ailettes les plus longues du monde, devra notamment équiper les EPR en Finlande, en Chine et en France.
Crédit : www.alstom.com

Dix jours avant le scrutin européen et sous la menace d’apparaître comme appartenant à un gouvernement ayant fait, comme en 1940, « le choix de la défaite », le ministre de l’Économie Arnaud Montebourg et le Premier ministre Manuel Valls ont décidé de signer un décret élargissant à cinq nouveaux secteurs (l’approvisionnent en énergie et en eau, l’exploitation des réseaux et des services de transport, communications électroniques et santé publique) l’autorisation préalable du gouvernement aux investissements étrangers en France. Celui de 2005 se cantonnait jusqu’ici aux activités de la défense et à la sécurité. Partisans de Sully, de Jean-Baptiste Colbert et de Charles de Gaulle, nous disons « enfin ! » tout en attendant la suite.

C’est « la fin du laisser-faire », explique Montebourg pour qui l’heure du « patriotisme économique » a sonné. « Alstom entre dans le champ de ce décret comme d’autres entreprises stratégiques », estime M. Montebourg qui rappelle que cette entreprise « est un maillon essentiel de notre indépendance énergétique ».

Ce décret, voté à minuit moins une, offre enfin à l’État la capacité de bloquer des cessions ou d’exiger des contreparties. « La France ne peut pas se contenter de discours quand les autres États agissent », précise Montebourg.

En gestation depuis plusieurs mois, l’adoption de ce décret a été brutalement accélérée avec la révélation, fin avril, des négociations secrètes entamées par le PDG d’Alstom Patrick Kron et l’américain General Electric pour le rachat des activités énergie, qui, présentées par la presse comme une « filiale », représentent plus de 70 % de ses activités ! Alors qu’on nous vend la fable qu’Alstom n’a pas de « masse critique », il ne s’agit, de la part des actionnaires, nullement d’une ambition industrielle, mais d’une opération purement financière.

Les banques, notamment BNP Paribas, après la gamelle prise par leur client Bouygues dans les télécoms, ont mis ce dernier au pied du mur pour trouver du cash. C’est alors que Bouygues a accéléré son projet de vendre à la découpe Alstom dont il est le principal actionnaire. Officiellement, on annonce qu’Alstom, qui ne « pèse que » 20 milliards d’euros, manque de « taille critique » (pour pouvoir enrichir qui ?) alors que General Electric (146 milliards) ou Siemens (78 milliards) sont supposés l’avoir. Visiblement, ce n’est pas Alstom mais ses dirigeants qui manquent singulièrement de jugement critique !

Attendons de voir si le gouvernement utilisera son nouveau décret autrement que pour faire semblant de se défendre. Serons-nous capables de nouer des alliances industrielles avec les pays de l’Eurasie où nos productions seraient utiles ?

Pour conclure, soulignons que le choix de vendre ce fleuron de notre industrie ne fait que mettre un peu plus en lumière la philosophie de nos banques universelles pour qui l’industrie, et ceux qui les font tourner, pas assez rentable à court terme, ne sont qu’un fardeau dont il faut se débarrasser au plus vite. Avec l’argent gagné en Bourse, on achètera toujours ce qu’il nous faut, mais produit ailleurs et moins cher !

A vous citoyen de vous équiper intellectuellement pour le combat en vous procurant notre dernier dossier à mettre entre toutes les mains : « Une nouvelle ère industrielle pour la France. »

  • 2525€
  • 5050€
  • 100100€
  • 250250€
  • 500500€
  • 10001000€
  • 20002000€
 
Notre dossier éducation, en vente ici Au Yémen, on assassine les hommes et leur mémoire. La France complice. terrorisme / 11 septembre, les 28 pages qui démasquent... La mer, avenir de l’homme Présidentielle 2017
Le choix de l'auteur
Autres articles
Plus d'articles

Voir les 2 commentaires

Vos commentaires

  • Le 21 mars 2015 à 16:18
    par arroseur arrosé

    Encore un commentaire tardif.

    J’étais d’accord sur l’article "L’industrie française s’effondre"
    pour le constat d’échec, mais accuser la finance est un peu facile.
    Surtout dans un pays qui vit à crédit depuis 30 ou 40 ans.

    Quand à Colbert, c’est une calamité selon moi.
    Que serait la France aujourd’hui si un "corrompu" comme Fouquet
    n’avait pas été embastillé en 1661 avec la bénédiction de Colbert ?

    L’élite genevoise en Suisse existerait-elle aujourd’hui
    sans l’élimination du protestantisme en 1685,
    au bénéfice du colbertisme centralisateur ?

    Et si l’assistanat chronique et le dirigisme typiquement hexagonal
    fonctionnent vraiment, pourquoi la planète n’est-t-elle pas déjà
    convertie aux grands projets pharaoniques et à l’économie planifiée ?

    Enfin, au moment même où les Calvinistes étaient persécutés,
    Colbert achevait son fameux "code noir" qui a instauré aux Antilles
    l’esclavagisme le plus brutal (cf. mortalité élevée et insurrection à Haïti).

    Répondre à ce message

  • Le 17 mai 2014 à 15:02
    par YvesGilbert

    Si des dizaines de milliards sont trop peu pour faire partie de l’économie mondiale, alors il n’y a aucune place pour les débutants ni les jeunes.
    Tel est le véritable visage de la bourse.
    Il nous faut donc la chasser du pouvoir et tout ce qu’elle a mis en place dans son sillage : la mondialisation, l’Europe de Maastricht et l’Euro.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Notez que votre message n'apparaîtra qu'après avoir été validé par notre équipe.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Vous pouvez utiliser les boutons pour enjoliver votre texte. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Déplier les commentaires||Replier les commentaires

« Le parti a pour objet de combattre, en France et dans le monde, pour la paix par le développement économique et l'égalité des chances et contre l'usure financière et les idéologies du sol, du sang et de la race. Il défend pour chacun et entre les peuples le progrès matériel, intellectuel et moral. A cet effet, il participe à la vie politique de notre pays, notamment lors des échéances électorales. Il peut apporter son soutien politique et financier à des partis et associations dont l'objet concorde avec celui-ci. »

Extraits des statuts - Article 2 - Objet