www.solidariteetprogres.org | BP27 92114 Clichy cedex | 01 76 69 14 50

Accueil >Actualité >Empire britannique

Amérique du Sud : le FBI mène la chasse aux sorcières contre les alliés des BRICS

La rédaction
4095 visites
JPEG - 107.2 ko
Dilma Rousseff (à droite) lorsqu’elle fut reçue par la présidente de l’Argentine Christina Kirchner en 2011.
Crédit : Wikipedia

Suite à la décision du Sénat brésilien d’ouvrir une procédure de destitution contre la présidente Dilma Rousseff, celle-ci a été suspendue de ses fonctions pour 180 jours, la durée de la procédure. Elle a donc remis le pouvoir à son vice-président Michel Temer et au ministre des Finances désigné par lui, Henrique Meirelles, un ancien président de la banque FleetBoston Global Bank.

La présidente brésilienne a souligné qu’elle n’avait commis aucun crime ni cédé à aucun chantage, mais qu’elle avait bel et bien été chassée de ses fonctions par un « coup d’État » politique mené par ses opposants, dans le but d’annuler les résultats des élections d’octobre 2014 qui l’avaient reconduite au pouvoir. En effet, le seul grief qui lui est fait est d’avoir eu recours à des « astuces » comptables pour masquer l’ampleur du déficit budgétaire brésilien, un motif pour lequel la quasi totalité des gouvernements d’Amérique du Sud (et bien au-delà) pourrait être renversée, comme beaucoup l’ont fait remarquer.

Rousseff provisoirement écartée et Temer dirigeant le pays, les vautours du système financier transatlantique qui ont orchestré cette mascarade s’apprêtent à sortir le Brésil des BRICS, en recourant à des enquêtes sur la corruption (surnommées « opération lavage express ») pour démanteler les capacités scientifiques, technologiques et industrielles du pays. Parmi leurs cibles immédiates se trouvent le programme brésilien d’énergie nucléaire, le secteur du bâtiment, facteur déterminant pour de nombreux projets d’équipements, et la grande banque publique pour le développement économique et social national (BNDES), qui fournit du crédit pour l’infrastructure ainsi que pour la plupart des nouveaux accords avec la Chine.

Les enquêtes sont dirigées par le juge Sergio Moro, sur le modèle explicite de l’opération « Mains propres » menée en Italie pendant les années 90, qui, sous prétexte de lutter contre les pots-de-vin et dessous-de-table dans le monde politique, a en réalité discrédité tout le système politique et démantelé les partis.

Appuyé par des équipes de la CIA et du FBI américain, Moro a beaucoup de pouvoir, grâce à ses sponsors au sein des grandes banques internationales. Il aurait obtenu la plupart de ses « pistes » à partir d’écoutes pratiquées par la NSA à l’insu de politiciens et d’entrepreneurs brésiliens – pratiques dénoncées par Edward Snowden en 2013. Aujourd’hui, pas moins de 65 % des sénateurs ayant voté en faveur de la destitution de Dilma Rousseff le 12 mai font l’objet d’enquêtes ou ont déjà été mis en examen, beaucoup d’entre eux dans le cadre de l’opération « Car Wash ».

Rousseff et les forces patriotiques qui l’entourent n’abandonnent pas le combat. Dans toute l’Amérique du sud, l’opposition à ce putsch grandit, en particulier en Argentine, où il est dénoncé par des associations liées à l’ancienne présidente Cristina Fernandez de Kirchner, une proche de Rousseff. Par ailleurs, les dirigeants russes et chinois, conscients que la véritable cible de l’opération est le groupe des BRICS, suivent la situation de près.

Inculpée pour avoir défendu la devise nationale !

En Argentine, Cristina Fernandez de Kirchner et d’autres membres de son gouvernement ont été inculpés le 13 mai pour « gestion inappropriée au détriment de l’administration publique », portant sur les échanges sur les futurs libellés en dollars. Le juge a également ordonné un gel à hauteur de 15 millions de pesos (environ 1 million de dollars) de leurs actifs.

Fernandez est accusée d’avoir ordonné, au cours des derniers mois de son mandat, à la banque centrale argentine d’intervenir sur le marché à terme pour défendre le peso argentin contre les pressions extérieures. Lorsque Mauricio Macri a accédé à la présidence le 10 décembre 2015, il a très vite décrété des mesures ayant conduit à une dévaluation de 40 %. Il a été révélé plus tard, que plusieurs personnalités de son gouvernement et membres de sa famille en ont largement profité, aux dépens du Trésor argentin.

La manœuvre ici est similaire à l’opération contre Dilma Rousseff : on utilise le système judiciaire pour punir des dirigeants politiques de « malfaisance administrative ». En Argentine, les opposants de Fernandez espèrent la faire condamner pour lui interdire tout poste officiel à l’avenir.

  • 2525€
  • 5050€
  • 100100€
  • 250250€
  • 500500€
  • 10001000€
  • 20002000€
 
Pages spéciales
Notre avenir est avec les BRICS

Cette nouvelle dynamique des BRICS est le fruit d’un combat international pour le droit au développement mené par Solidarité et progrès en France et l’Institut Schiller à l’international.

En savoir plus
Guerre mondiale, il est minuit moins cinq

La City et Wall-Street fomentent la guerre pour éviter la refonte des institutions financières. Il nous faut changer la donne afin d’empêcher que la situation dégénère en catastrophe nucléaire.

En savoir plus
Le choix de la rédaction
Autres articles
Plus d'articles

Écrire un commentaire

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Notez que votre message n'apparaîtra qu'après avoir été validé par notre équipe.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Vous pouvez utiliser les boutons pour enjoliver votre texte. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Déplier les commentaires||Replier les commentaires

« Le parti a pour objet de combattre, en France et dans le monde, pour la paix par le développement économique et l'égalité des chances et contre l'usure financière et les idéologies du sol, du sang et de la race. Il défend pour chacun et entre les peuples le progrès matériel, intellectuel et moral. A cet effet, il participe à la vie politique de notre pays, notamment lors des échéances électorales. Il peut apporter son soutien politique et financier à des partis et associations dont l'objet concorde avec celui-ci. »

Extraits des statuts - Article 2 - Objet