www.solidariteetprogres.org | BP27 92114 Clichy cedex | 01 76 69 14 50

Accueil >Actualité

L’Afrique, colonie du premier président noir-américain ?

1741 visites | 1 commentaire

Ou comment Obama amplifie les politiques de Bush et Cheney

Tout commence une nuit de novembre 2003, la lune est presque pleine, les citoyens européens et américains dorment pour la plupart paisiblement. C’est alors qu’un submersible des forces spéciales de la marine des Etats-Unis (les SEALs, acronyme pour Sea, Air and Land – Mer, Air, Terre) s’approche de la côte somalienne, pour une opération contre un pays avec lequel ils ne sont pas même en guerre. Pourquoi ?

SPECIAL : Les assassinats ciblés et la dangereuse militarisation du régime Obama


Les Etats-Unis sont en guerre en Afghanistan depuis 2 ans, où ils ont capturé un certain Ali Abdul Aziz al-Fakhri, directeur d’un camp d’entraînement en Afghanistan pour Al-Qaida. Suite à un interrogatoire dans la tristement célèbre prison de Bagram, il déclare que le réseau terroriste, s’il est chassé d’Afghanistan, cherchera à reconstruire ses bases au Yémen et en Somalie [1]. C’est suite à ces renseignements que se déroulera l’opération des forces spéciales américaines en Somalie. Le but de cette opération : installer des caméras, qui ressemblent à des pierres ou des ananas (!) dans les ports de Kismaayo, de Merka ou dans certains endroits spécifiques où sont censés s’entraîner des groupes islamistes comme Al-Shabbaab.

Avant le lancement de cette opération de remilitarisation du continent africain par les Donald Rumsfeld & Cie, c’est depuis les Seychelles, que des drones décollent pour des missions de surveillance, et c’est du Koweït qu’une couverture militaire par avion d’attaque au sol AC-130, est déployée en cas de problèmes. Ajoutons à cela le soutien considérable, depuis l’opération « Liberté immuable » de 2001, fourni par le Camp Lemonnier, la base militaire américaine à Djibouti. C’est également des opérations comme celle de « l’initiative transsaharienne contre le terrorisme », qui ont permis, sous prétexte de guerre globale au terrorisme, d’envoyer des troupes américaines au Tchad, en Tunisie, en Mauritanie, au Maroc, au Mali et autres, ainsi que dans la corne de l’Afrique.

Alors, nous pourrions dire, c’est normal, c’était l’ère Bush & Cheney, l’ère des néo-conservateurs, et la France, en s’opposant à la guerre d’Irak, s’était opposée en partie à cette politique d’occupation militaire du Moyen-Orient et de l’Afrique. Or l’heure de ces fantasmes européens est terminée, avec la récente politique de changement de régime qui a été montrée dernièrement en Libye, sans mandat explicite ni de l’ONU, ni des parlements français ou anglais, ou du congrès américain. C’est donc une politique pire que celle de Bush & Cheney dont sont aujourd’hui auteurs le valet Nicolas Sarkozy et l’empereur Barack Obama.

Preuve en sont les récentes déclarations du général Carter F. Ham, commandant en chef de l’AFRICOM, le commandement des Etats-Unis pour l’Afrique (basé en Allemagne à Stuttgart), s’inquiétant de la fusion du groupe islamiste du Nigéria, le Boko Haram, avec Al Qaida au Maghreb Islamique (AQMI) en Afrique du Nord et le groupe Al-Shabbaab en Somalie. C’est contre cette soi-disant menace qu’en juin 2011, le gouvernement Obama a fourni 45 millions de dollars d’équipement militaire aux 9000 soldats de l’Ouganda et du Burundi, afin de combattre les ennemis de la liberté à Mogadiscio, capitale de la Somalie. Et enfin ce sont encore 24 millions de dollars qui ont été donnés au Kenya, permettant aux troupes kényanes d’envahir au mois d’octobre la partie sud de la Somalie et d’y combattre les militants d’Al-Shabbaab. Rappelons que c’est aussi en Somalie qu’avait eu lieu en 2009 l’opération d’assassinat de Saleh Ali Saleh Nabhan [2].

C’est aujourd’hui l’intégrité de la Somalie qui est en jeu, puisque les troupes ougandaises, burundaises et kényanes, armées par les Etats-Unis, contrôlent déjà une partie du sud de la Somalie.

Le 14 octobre dernier, l’empereur Obama a décrété l’envoi de 100 conseillers militaires de ces fameuses forces spéciales, afin d’aider l’Ouganda à capturer le chef de guerre Joseph Kony, sous le coup d’un mandat d’arrêt de la Cour pénale internationale, qui vit aujourd’hui avec ses combattants dans les forêts d’Afrique centrale. Dans sa lettre au Congrès américain, cité sur le site du Figaro [3], Obama dit avoir « autorisé un petit nombre de soldats américains équipés pour le combat à se déployer en Afrique centrale pour aider les forces de la région œuvrant à faire quitter le champ de bataille à Joseph Kony ». Sous prétexte des atrocités commises par l’Armée de résistance du seigneur, LRA, en Centrafrique, Ouganda, République Démocratique du Congo et au Sud-Soudan, ce sont donc les forces spéciales de l’armée américaine qui s’installent dans toute l’Afrique centrale.

Soutien militaire plutôt qu’alimentaire

L’espoir qu’avait suscité l’élection de Barack Obama en Afrique a fait pschitt ! Les fantasmes ont disparu et laissent place aujourd’hui à une colère grandissante des populations africaines, qui attendaient un changement de politique. Au lieu de quoi elles se retrouvent envahies par les forces spéciales de l’armée américaine, pour lesquelles le gouvernement dépense des millions de dollars qui auraient dû servir, par exemple, dans la corne de l’Afrique, à une aide alimentaire, au moment où plusieurs millions d’enfants sont en train de mourir de faim. En Europe l’heure des fantasmes doit être remplacée par l’heure des grands projets [4] que le continent attend depuis des décennies ; la mise en place de grands projets comme le projet Transaqua pour le lac Tchad, le projet de canal du Jonglei, le projet pour le désenclavement de la RDC, ainsi qu’une politique continentale d’autosuffisance alimentaire, en remplacement des folies imposées par le FMI depuis les années 70 du XXe siècle.


[3Voir la dépêche Afrique : les USA traquent Joseph Kony et la lettre d’Obama (en anglais) publiée par foxnewsinsider.com.

[4Voir notre dossier et notre vidéo Afrique : l’heure des grands projets est venue.

  • 2525€
  • 5050€
  • 100100€
  • 250250€
  • 500500€
  • 10001000€
  • 20002000€
 
Notre dossier éducation, en vente ici Au Yémen, on assassine les hommes et leur mémoire. La France complice. terrorisme / 11 septembre, les 28 pages qui démasquent... La mer, avenir de l’homme Présidentielle 2017
Autres articles
Plus d'articles

Voir le commentaire

Vos commentaires

  • Le 15 novembre 2011 à 13:23
    par petite souris

    J’ai lu trois fois cet article, pour être sûre d’avoir bien vu et lu.
    Et là, je suis au delà de la révulsion et de l’écœurement !!!
    Je ne suis même pas étonnée !!!

    Tout cela est moche, pervers dégueulasse, inhumain etc...

    Je me répète, lezélites responsables de ce qu’il se passent en afrique devraient répondre au tribunal de La Haye pour association de malfaiteurs, incitation à la haine, pillage et crime contre l’humanité.

    Place aux hommes de bonne volonté qui veulent agir pour le bien commun et la paix par le développement mutuel

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Notez que votre message n'apparaîtra qu'après avoir été validé par notre équipe.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Vous pouvez utiliser les boutons pour enjoliver votre texte. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Déplier les commentaires||Replier les commentaires

« Le parti a pour objet de combattre, en France et dans le monde, pour la paix par le développement économique et l'égalité des chances et contre l'usure financière et les idéologies du sol, du sang et de la race. Il défend pour chacun et entre les peuples le progrès matériel, intellectuel et moral. A cet effet, il participe à la vie politique de notre pays, notamment lors des échéances électorales. Il peut apporter son soutien politique et financier à des partis et associations dont l'objet concorde avec celui-ci. »

Extraits des statuts - Article 2 - Objet