Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire Flash : 2 décembre - François Fillon veut six fois moins de communes et zéro départements Lire
Accueil Actualité
Brèves

Russie : retour en force des oligarques et des libéraux

La rédaction
visites
989

La nouvelle équipe gouvernementale du Premier ministre Sergueï Stépachine est composée de personnes proches du FMI et de l’oligarchie financière. C’est l’entourage du président Elstine qui l’a choisie.

Commençons par les trois vice-premiers ministres :

1) Nikolaï Aksionenko, ancien ministre des Chemins de fer, est connu comme l’instrument du financier Berezovski et de Roman Abramovitch, directeur de la compagnie pétrolière Sibneft. Ces deux derniers exercent une importante influence financière et personnelle sur le clan Eltsine, à commencer par la fille du président, Tatiana Diatchenko.

2) Mikhaïl Zadornov, ancien ministre des Finances, aujourd’hui officiellement en charge des négociations avec les institutions financières internationales.

3) Viktor Khristenko, ancien vice-ministre des Finances auprès de Zardonov et protégé d’Anatoli Tchoubaïs, l’architecte des désastreuses privatisations.

Le clan Eltsine, Berezovski, Abramovitch et leurs agents au sein du gouvernement précédent sont à l’origine du renvoi de Primakov le 12 mai dernier. Leur fief, le ministère des Finances, s’est toujours opposé aux tentatives de Maslioukov de réduire le pouvoir du FMI sur la Russie. Ce groupe avait initialement été mis en place par le Premier ministre de l’époque Viktor Tchernomyrdine, avant que celui-ci ne soit remercié en mars 1998. Sous Kirienko et Primakov, il formait un genre de bureaucratie permanente « technocratique ».

Outre Khristenko et Zadornov, mentionnons Mikhaïl Kasianov, qui passe du poste de vice-ministre des Finances à celui de ministre des Finances. Complétant le tableau, deux protégés de Tchoubaïs font leur entrée. Ilia Klebanov, nommé au nouveau poste de vice-premier ministre en charge de l’Industrie de la défense, se trouvait en 1992 à la tête d’une grande société de Saint-Pétersbourg qui, en 1997, avait licencié 60% de son personnel. La même année, Klebanov est devenu vice-gouverneur de la région de Saint-Pétersbourg d’où il pouvait conclure des marchés lucratifs. Le deuxième protégé est Ilia Ioujanov, nommé à la tête du Comité anti-monopole d’Etat. En 1991, Ioujanov avait commencé sa carrière au Département du développement économique de Saint-Pétersbourg. L’année suivante, il était nommé vice-président du comité exécutif de la ville avant de devenir, en 1993, vice-président local du Comité de la propriété d’Etat, à l’époque dirigé par Tchoubaïs. Au milieu des années 90, Ioujanov a continué sa carrière sous la houlette de Tchoubaïs, du directeur du Comité russe de la propriété d’Etat, Alfred Koch, et du directeur de la privatisation à Saint-Pétersbourg, Mikhaïl Manevitch, assassiné en août 1997. En mai 1997, il a été nommé directeur du Comité d’Etat russe des ressources foncières.

Contactez-nous !