Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire Flash : 2 décembre - François Fillon veut six fois moins de communes et zéro départements Lire
Accueil Actualité
Brèves

Une aide alimentaire d’urgence pour Herman Van Rompuy !

visites
981
PDF - 374.6 ko

20 juillet 2011 (Nouvelle Solidarité) — Simple coïncidence du calendrier ou indignation partagée, le fait est, que, à peine quelques jours après la diffusion d’un tract (ci-dessus) d’Agora Erasmus aux abords du bâtiment de la Commission européenne à Bruxelles, quelques politiques se sont réveillés.

Ainsi, le vendredi 15 juillet, le député européen belge Marc Tarabella (PS), accompagné de sa collègue Kathleen Van Brempt (PS) ainsi que le secrétaire d’Etat belge à l’intégration sociale Philippe Courard (PS) se sont rendus au bureau du Président du Conseil européen Herman van Rompuy pour lui offrir quelques denrées alimentaires de première nécessité (pain, lait, pâtes).

Loin d’être un simple gag, il s’agissait de contester la décision délirante de la Commission européenne de réduire de 80% la subvention européenne aux banques alimentaires en charge de secourir les citoyens les plus démunis. « Coluche doit se retourner dans sa tombe ! » avait déclaré Marc Tarabella à l’annonce de l’amputation des 400 millions d’Euros alloués à ce programme. Une lettre signée par tous les Eurodéputés socialistes belges, du Nord comme du Sud du pays, a également été remise.

La Commission européenne, au lieu de faire opposition, ne fait que traduire en actes un arrêt de la Cour de justice de l’UE suite à une plainte déposée par cinq pays membres (Allemagne, Royaume Uni, Suède, Danemark et Pays-Bas).

Les populations les plus fragiles de l’Europe de l’Est et ceux de tous les pays soumis à une austérité draconienne pour « sauver l’euro » sont en première ligne, notamment la Grèce où de plus en plus de personnes survivent — pour l’instant — grâce à la soupe populaire. Le Secrétaire d’Etat belge Philippe Courard, quant à lui, a précisé qu’il a aussi « pris l’initiative d’adresser au Président de la Commission européenne, José Manuel Barroso, et au Commissaire européen Laszlo Andor, ainsi qu’à Herman Van Rompuy, un courrier cosigné par les différents ministres régionaux compétents en matière de pauvreté en Belgique pour demander à l’Europe de dégager d’urgence des pistes d’actions budgétaires pour compenser la réduction du budget de l’aide alimentaire, en insistant sur les conséquences désastreuses qu’entraînerait une telle diminution, qui mettrait en jeu la crédibilité de l’Europe ».

« En effet, au cours de l’Année européenne de Lutte contre la Pauvreté et l’Exclusion sociale, en 2010, l’Europe a pris des engagements clairs afin de sortir 20 millions de citoyens européens de la pauvreté ou de l’exclusion sociale d’ici 2020. Dès lors, diminuer l’aide alimentaire constituerait un pas en arrière inacceptable. »

« 2010 était l’année de lutte contre la pauvreté, il ne faudrait pas que 2011 devienne celle de l’exclusion... » conclut Marc Tarabella.

Contactez-nous !