Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire Flash : 2 décembre - François Fillon veut six fois moins de communes et zéro départements Lire
Accueil Actualité

Assad dénonce la « tradition d’intimidation et d’hégémonie » britannique

La rédaction
visites
412

Dans une interview au journal Sunday Times publiée le 3 mars, le président syrien Bashar al-Assad s’en prend à l’Empire britannique en dénonçant son rôle moteur dans l’actuelle guerre régionale en Asie du Sud-Ouest : « Comment peut-on imaginer demander à la Grande-Bretagne de jouer un rôle [dans les négociations de paix, ndlr] alors qu’elle est déterminée à militariser le problème ? (…) Vous ne pouvez pas séparer le rôle que quelqu’un peut jouer de sa crédibilité, et vous ne pouvez pas séparer la crédibilité de l’histoire de ce pays. »

« Pour être franc, a-t-il ajouté, la Grande-Bretagne a joué, et ceci est largement reconnu, un rôle non-constructif dans notre région à plusieurs égards, sur plusieurs décennies et certains disent mêmes “siècles”... Je pense qu’ils travaillent contre nous, et qu’ils travaillent contre l’intérêt de la Grande-Bretagne elle-même. (…) Le problème avec le gouvernement britannique, est que leur ombre et leur rhétorique immature ne fait que mettre en lumière cette tradition d’intimidation et d’hégémonie. »

La couverture médiatique de l’interview mentionne généralement le fait que ces remarques surviennent au moment où le nouveau Secrétaire d’Etat américain John Kerry a annoncé offrir 60 millions de dollars en aide « non-léthale » à l’opposition syrienne, et où le gouvernement britannique a fait savoir qu’il ne s’interdisait pas d’aider directement (militairement) l’opposition à l’avenir.

Contactez-nous !