Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire Flash : 2 décembre - François Fillon veut six fois moins de communes et zéro départements Lire
Accueil Actualité

Attentats terroristes de Volgograd : la piste saoudienne

La rédaction
visites
1375

Pour la deuxième journée consécutive hier, un attentat à la bombe a été perpétré contre un trolleybus à Volgograd, en Russie, tuant 14 personnes et en blessant 27 autres. Dans la gare centrale de Volgograd la veille, un attentant avait causé la mort de 17 autres personnes et 40 blessés.

Tandis que les médias occidentaux se concentrent sur les jeux olympiques de Sotchi de février prochain, la réalité est, comme la fait remarquer l’économiste américain Lyndon LaRouche, que la Russie est la cible d’une tentative de déstabilisation et de provocation de guerres ethniques pouvant conduire à une guerre thermonucléaire généralisée. Au moins 32 attentats graves ont été commis dans le pays au cours de l’année 2013. Les autorités russes concentrent leur enquête sur les centres de recrutement et d’entraînement wahhabites (tous reliés au royaume wahhabite d’Arabie saoudite) au Daguestan et en Abkhazie, dans le Caucase.

Cette région est pénétrée de toute part par les réseaux djihadistes financés par l’Arabie saoudite, comme l’a laissé entendre le Prince Bandar lui-même, le chef des services de renseignement saoudiens, selon les rapports de sa réunion avec le Président Poutine du 30 juillet dernier.

Lors de cette rencontre, Bandar, en vrai mafieux, avait offert à Poutine une « protection » contre le terrorisme en Russie en échange de son soutien au projet de renversement du régime syrien de Bashar al-Assad. Le quotidien libanais As-Safir fournit quelques détails croustillants des propos de Bandar :

A titre d’exemple, je peux vous offrir une garantie de protection des Jeux olympiques d’hiver de Sotchi qui aura lieu sur la mer Noire la prochaine année. Nous savons que les groupes tchétchènes menacent la sécurité des Jeux, nous les contrôlons, ils ne se rendent en Syrie qu’après coordination avec nous. Ces groupes ne nous font pas peur. Nous les utilisons en face du régime syrien, ils n’auront aucun rôle ou influence dans l’avenir politique de la Syrie.

Un communiqué du ministère russe des Affaires étrangères dénonce « les attaques criminelles à Volgograd qui, comme les attaques terroristes aux Etats-Unis, en Syrie, en Irak, en Libye, en Afghanistan, au Niger et dans d’autres pays sont organisées selon le même modèle et inspirées depuis les mêmes cercles ». Le communiqué fait ensuite allusion à l’alliance entre certaines puissances occidentales, sans les nommer, pour qui il y aurait un bon terrorisme (comme celui appuyé par les occidentaux contre le régime syrien) et un mauvais, selon les objectifs géopolitiques poursuivis.

Un commentateur russe, Maxim Shevchenko, écrit dans le quotidien Zavtra, qu’au niveau géopolitique, les liens entre la Russie et les autres nations eurasiatiques sont ciblées par ces attaques. La région de la Volga, où se situe Volgograd, est l’une des principales artères de communication avec l’Iran, et constitue l’un des points centraux du triangle Moscou-Téhéran-Beijing. La création d’un centre terroriste wahhabite (et par conséquent anti-chiite et donc anti-iranien) le long de la Volga vise à radicaliser la région et à créer un terrain fertile pour le recrutement sur place de terroristes.

Un autre analyste, Sergey Strokan, écrit dans Kommersant que Volgograd, anciennement Stalingrad, est un endroit « sacré » pour les Russes, en raison de la résistance de la ville face à l’invasion nazie au cours de la célèbre bataille de Stalingrad.

Contactez-nous !