Solidarité&progrès

Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

Flash : 7 avril - Jacques Cheminade au Liban reçu par le Président Michel Aoun Lire Flash : 1er avril - A Bondy, Jacques Cheminade engage un dialogue citoyen sur les banlieues Lire Flash : 1er avril - Devant la FNSEA réunie à Brest, Cheminade présente sa vision de l’agriculture du futur Lire
AccueilActualité

L’Asie donne la priorité au financement des infrastructures

La rédaction
visites
1836
commentaire
JPEG - 39.3 ko
Le Président chinois Xi Jinping entouré de ses invités.
Crédit : Reuters

Le 24 octobre, des représentants de 21 pays d’Asie, réunis à Beijing, ont signé un protocole établissant la Banque asiatique d’investissement dans les infrastructures (BAII). Le but explicite de la banque est de financer les projets d’infrastructure en Asie, une approche que la Banque mondiale et la Banque asiatique de développement, toutes deux sous l’emprise de l’Occident, ont refusé d’adopter.

Le capital autorisé de la BAII est de 100 milliards de dollars, et le capital initial souscrit sera vraisemblablement de 50 milliards, avec un taux de versement de 20 %. Les membres fondateurs devraient achever la signature et la ratification des documents requis d’ici la fin 2015, permettant l’établissement formel de la banque.

Les 21 États membres fondateurs sont : Bangladesh, Brunei, Cambodge, Chine, Inde, Kazakhstan, Koweït, Laos, Malaisie, Mongolie, Myanmar, Népal, Oman, Ouzbékistan, Philippines, Qatar, Singapour, Sri Lanka, Thaïlande, Vietnam. Les autorités chinoises ont souligné que la nouvelle banque est également ouverte à d’autres participants.

Au moins pour l’instant, le Japon, l’Indonésie et la Corée du sud, sous forte pression de Washington, n’ont pas accepté l’invitation. Cependant, la Corée du Sud, en dépit des « carottes » tendues par le gouvernement Obama, pourrait la rejoindre dès que les structures de la BAII seront mieux définies.

Quant à l’Australie, le gouvernement Obama, en la personne du secrétaire d’Etat John Kerry, a fini par « persuader » le Premier ministre d’annuler la signature prévue de longue date du protocole. Des sources à la Maison Blanche ont confirmé que l’AIIB, de concert avec les répercussions des BRICS et l’Organisation de coopération de Shanghai, devrait affaiblir l’emprise du « consensus de Washington », par lequel les banques centrales transatlantiques et le FMI imposent une quasi-dictature financière mondiale.

Toutefois, le président chinois Xi Jinping ne rentre pas dans la polémique. Il a déclaré à des délégués à la suite de la cérémonie :

En Chine, nous avons un dicton qui dit que si vous voulez devenir riche, il faut commencer par construire des routes ; et je pense que c’est là une description frappante de l’importance de l’infrastructure pour le développement économique.

Il a ajouté que la BAII respecterait les règles et les procédures multilatérales, et « apprendrait des bonnes pratiques de la Banque mondiale, de la Banque asiatique de développement et d’autres institutions multilatérales de développement ».

Écrire un commentaire

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Déplier les commentaires||Replier les commentaires
Vous avez adoré cet article ? Rejoignez-nous !

Cette nouvelle dynamique des BRICS est le fruit d’un combat international pour le droit au développement mené par Solidarité et progrès en France et l’Institut Schiller à l’international.

En savoir plus

Don rapide