Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire Flash : 2 décembre - François Fillon veut six fois moins de communes et zéro départements Lire
Accueil Actualité

Belgique : les Flamands séduits par le triage des malades

visites
696

D’après SenNetMagazine, un nombre croissant de Flamands veut économiser sur les malades en phase terminale ou dans le coma et sur les personnes âgées de plus de 85 ans.

Selon une étude commanditée par les Mutualités Socialistes et réalisée par la VUB (Université Libre de Bruxelles néerlandophone), quatre Flamands sur dix considèrent qu’il ne faut plus faire bénéficier d’interventions médicales supérieures à 50000 euros des personnes âgées de plus de 85 ans, à moins qu’ils n’en aient personnellement les moyens.

La majorité de la population flamande considère en outre qu’il faut restreindre l’accès aux soins de santé aux personnes malades en phase terminale, à celles qui sont dans le coma ou qui mènent un mode de vie malsain. Il faudrait ainsi cesser de perdre de l’argent pour la santé de personnes qui n’en vaudraient plus la peine, c’est l’opinion majoritaire en Flandre.

L’on comprend mieux à quel électorat la N-VA (séparatistes conservateurs) fait appel avec son programme dans un pays qui vient d’étendre l’euthanasie aux mineurs...

Cette enquête a été réalisée sous la direction du Professeur Mark Elchardus auprès de 3000 Flamands âgés de 18 à 75 ans. Le Professeur s’émeut des résultats de cette enquête et dénonce une stigmatisation de groupes sans défense.

Pour le site belgicatho :

On trouve ici une illustration concrète et inquiétante de cette "culture du déchet" dénoncée à plusieurs reprises par le pape François. Malheureusement, elle semble bien implantée chez nous (...). Le lien avec la banalisation de l’euthanasie s’impose, car de la restriction ou du refus de soins considérés comme coûteux à l’élimination du patient considéré comme incurable, le pas n’est-il pas vite franchi ?

Contactez-nous !