Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire Flash : 2 décembre - François Fillon veut six fois moins de communes et zéro départements Lire
Accueil Actualité

Belgique : mobilisation populaire pour scinder les banques

La rédaction
visites
842
JPEG - 79.9 ko

par Guillaume Dubost,
Président d’Agora Erasmus

Alors que le sujet mobilise le gouvernement, et que le ministre des Finances doit bientôt présenter son projet de loi de réforme bancaire, plusieurs associations (Réseau Financement Alternatif, FairFin et le collectif Roosevelt.be) ont pris l’initiative de mobiliser la population en lançant une pétition sur le site www.scinderlesbanques.be qui compte rassembler 100 000 signatures en faveur d’une scission stricte des banques de dépôt des banques d’affaires, sur le modèle de la Loi Glass-Steagall du président américain Franklin Roosevelt.

L’initiative s’inscrit dans le cadre de la campagne européenne de Finance Watch Changer la Finance et vient en écho de la campagne lancée depuis plus d’un an par le mouvement Agora Erasmus. Les militants du courant LaRouche en Belgique ont distribué plus de 12 000 tracts dans tout le pays pour appuyer les déclarations du Premier ministre Elio Di Rupo qui s’était déclaré favorable à une telle scission bancaire. Cet été, Agora Erasmus a également dénoncé publiquement le blocage systématique de la Banque nationale de Belgique (BNB) sur ce sujet.

Plus récemment, en réponse aux courriers d’Agora Erasmus, le Premier ministre réaffirma sa position, tandis que le député Dirk Van der Maelen (Sp.a) et Bruno Tobback, le président du Sp.a, écrivaient aux membres du Congrès américain pour apporter leur soutien à la proposition de loi Warren/McCain, intitulée « Le Glass-Steagall du XXIe siècle ».

La pétition lancée ce weekend vient donc à point nommé. Elle a été annoncée sur les sites web de nombreux médias belges, et a déjà recueilli plus de 2500 signatures. Bernard Bayot, directeur du Réseau Financement Alternatif a bien raison lorsqu’il constate que « cinq ans après que les pouvoirs publics ont sauvé trois des quatre plus grandes banques belges, on n’a toujours pas pris les mesures nécessaires pour éviter que ça recommence ». Michel Cermak, porte-parole du collectif Roosevelt.be, marque aussi un point lorsque, en parlant du projet que prépare le ministre des Finances Koen Geens, il met en garde contre « une loi inopérante dictée par les lobbies bancaires comme on l’a vu en France ».

La Belgique a déjà su couper les banques en deux en 1934, elle doit donner l’exemple aujourd’hui. Soyez donc nombreux à rejoindre Agora Erasmus et à signer la pétition !

PETITION

A Elio Di Rupo, Premier ministre, Koen Geens, Ministre des finances de Belgique, ainsi qu’aux ministres et députés belges :

Nous, citoyens belges, vous demandons de protéger notre épargne contre la spéculation des banques, et de protéger l’argent de nos impôts et nos services publics. Après la crise financière de 2008, nous avons entendu de belles promesses concernant la régulation de la finance. Mais aujourd’hui les banques sont toujours autorisées à spéculer avec notre argent et si demain cela les menait à nouveau au bord de la faillite, l’Etat belge les sauverait à nouveau avec l’argent de nos impôts. Nous vous demandons, d’adopter un projet de loi qui sépare totalement les métiers bancaires, imposant une séparation légale entre les activités de spéculation financière, d’une part, et les banques de dépôt, d’autre part. Cette séparation stricte, à travers le Glass-Steagall Act a fait ses preuves pendant plus de 50 ans aux Etats-Unis.

Elle permettra que les activités de dépôts et de crédits soient plus sûres et ne soient pas liées aux activités de marché et que le contribuable ne doive supporter directement ou indirectement les risques liés à ces activités de marché.

Pour signer, cliquez ICI

Contactez-nous !