Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire Flash : 2 décembre - François Fillon veut six fois moins de communes et zéro départements Lire
Accueil Actualité

Canal interocéanique du Nicaragua : l’optimisme des BRICS souffle sur l’Amérique centrale

La rédaction
visites
1834
JPEG - 63.7 ko

Une mobilisation nationale est en cours au Nicaragua pour rallier l’ensemble de la population au Projet de canal inter-océanique. Des responsables du gouvernement, ainsi que de l’entreprise chinoise HKND qui a obtenu la concession pour la construction et l’opération du canal, ont participé à une douzaine de réunions à travers le pays au cours du mois de juillet, pour informer des milliers de gens, de chefs d’entreprises et de responsables locaux sur les plans et perspectives entourant ce vaste projet.

Le processus de recensement des terres et des populations affectées par le projet a commencé cette semaine, en vue des premiers travaux qui doivent débuter en décembre prochain.

Contrairement à ce qu’affirment certains médias concernant le « côté mystérieux » de la société HKNC responsable du projet, cette dernière est loin d’être la dernière venue dans la construction d’infrastructures de ce type. Ses partenaires sont certaines des entreprises les plus expérimentées dans le domaine de l’eau, du transport ferroviaire, de l’aviation civile et de la conception d’installations portuaires opérant en Chine.

La conception du tracé du canal a été confiée par exemple à l’Institut de géodésie, de planification, de conception et de recherche de Changjiang, qui est rien de moins que l’entité responsable de la conception du Barrage des Trois-gorges, et qui s’occupe à l’heure actuelle du Grand projet de transfert d’eau enter le Sud et le Nord en Chine ; le China Railway Siyuan Survey and Design Group est le principal prestataire pour le projet HKND, et est également responsable de la partie routière du projet nicaraguayen ; La Civil Aviation Engineering Consulting Company of China est chargée de la conception des installations aéroportuaires ; et CCCC Second Harbor Consultants doivent s’occuper de la partie portuaire.

L’enthousiasme se développe lentement dans toute l’Amérique centrale et fur et à mesure que le projet prend forme, même si certaines inquiétudes sont ressenties au Panama en raison d’une possible « concurrence » au projet d’expansion du canal historique.

Le journaliste cubain Rene Tamayo a souligné le 8 août dans le quotidien Juventud Rebelde que l’ensemble du bassin formé par l’Amérique centrale et les Caraïbes serait transformé, grâce à la cohabitation des deux canaux, en un carrefour de dimension internationale pour le développement économique. Lorsque les deux canaux seront terminés dans la prochaine décennie, fait-il remarquer, la croissance du commerce dans les deux directions entre l’Asie, les Amériques, l’Atlantique et l’Europe « produira un changement radical dans la structure économique du bassin caribéen. Et ce ne sera pas seulement dans le passage par les ports, aéroports et réseaux routiers, mais aussi dans la production manufacturière pour l’exportation et les importations de substitution, l’agriculture, le tourisme et les nouvelles technologies », écrit-il.

Des pays comme Cuba, avec sa Zone de développement spécial Mariel et l’accord de la Chine pour la construction d’un terminal multifonction au port de Santiago de Cuba, sont sur le point de connaître un nouvel essor. Le même processus est à l’œuvre dans une demi-douzaine de mégaports de la région. Le Mexique et la Colombie, et les pays d’Amérique centrale qui les relient, sont tous en train de planifier la construction de « canaux secs » (routes ou chemins de fer) pour traverser l’isthme. Ce processus générera un développement régional de l’industrie, de l’agriculture et des services qui sera bénéfique au peuple et à l’économie, « un panorama encourageant », conclut-il.

Concernant les discussions à caractère géopolitique se déroulant en coulisse, Tamayo répond :

La Chine est le principal investisseur, la Russie participera, et les Etats-Unis sont aussi intéressés. Je pense que ces trois pays, lorsque le temps viendra, diront : ’’Ceci n’a rien de personnel, ce sont les affaires.’’ Les alarmistes doivent en tenir compte.

Contactez-nous !