Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire Flash : 2 décembre - François Fillon veut six fois moins de communes et zéro départements Lire
Accueil Actualité

Chercher à quitter la zone euro est aussi dangereux que vouloir quitter la mafia

visites
590

Le 4 avril, lors d’un débat dans le cadre du Forum Eco organisé par Libération en partenariat avec Science-Po, plusieurs orateurs prestigieux se sont succédés à la tribune rue Saint-Guillaume à Paris pour conjecturer sur le thème : « l’Euro et le bonheur ».

On put entendre Benoît Coeuré, membre du directoire de la BCE, défendre la nouvelle politique de renflouements internes par la confiscation des dépôts bancaires (bail-in) ainsi qu’Emmanuel Macron, secrétaire général de l’Elysée, promettre un avenir radieux à cette merveilleuse invention qu’est notre monnaie unique.

Vint ensuite le tour à Pierre-Olivier Gourinchas, professeur d’économie de Berkeley et professeur invité à Science-Po. Ce dernier, lorsque quelqu’un dans la salle suggéra que le bonheur ne reviendrait en France que lorsque nous aurions quitté la zone euro, eut une réponse d’une rare franchise.

Partagé entre ironie et cynisme, il répliqua :

Ecoutez, je crois que déjà, devenir membre de la zone euro, c’est un peu comme rejoindre la mafia : dès le début, ce n’est pas forcément une très bonne idée. Ensuite, vouloir la quitter, c’est une idée bien pire, car ils viendront la nuit vous casser les deux jambes avec des barres de fer… ».

C’est dit.

Contactez-nous !