www.solidariteetprogres.org | BP27 92114 Clichy cedex | 01 76 69 14 50

Accueil >Actualité >Glass-Steagall

Chypre : après le bankrun, Glass-Steagall plus que jamais à l’ordre du jour

793 visites | 3 commentaires
JPEG - 50.1 ko

En marge du sommet de l’UE à Bruxelles la semaine dernière, les ministres des Finances de la zone euro et le FMI ont infligé vendredi soir un plan d’aide à Chypre. Nicosie avait demandé dès juin 2012 une aide financière à l’UE ainsi qu’au FMI, pour pouvoir renflouer ses deux principales banques, victimes de la crise grecque et de la restructuration imposée aux créditeurs privés.

Les bailleurs de fonds de Chypre ont renoncé à un effacement de dette, qui aurait fait subir de lourdes pertes aux créanciers privés (ce qui fut pourtant fait en Grèce au printemps 2012).

Ainsi, avec la bénédiction de nos dirigeants, en échange d’une aide maximale de 10 milliards d’euros, le patron de l’Eurogroupe Jeroen Dijsselbloem, a imposé une taxe exceptionnelle sur les dépôts bancaires, de 6,75% en deçà de 100000 euros et de 9,9% au-delà.

Le gouvernement chypriote promet de compenser les taxes et les prélèvements par la distribution d’actions, a indiqué le ministre des Finances, Michalis Sarris, prétendant que les mesures prises permettent d’éviter « des coupes dans les salaires et les pensions ». A cela s’ajouteront de nouvelles privatisations et une hausse de l’impôt sur les sociétés qui passera de 10 à 12,5%.

Sur place, dès que la nouvelle était connue samedi matin, des dizaines de Chypriotes et d’étrangers, très nombreux sur l’île, se sont rués sur les banques pour retirer de l’argent des distributeurs automatiques.

Pour endiguer ce qui devenait un véritable bank run digne des années 1930, les autorités chypriotes ont bloqué les comptes et imposé la fermeture des agences bancaires. « Pour autant, ce n’est que reculer le moment où les déposants viendront retirer leurs dépôts, en affaiblissant ainsi davantage le secteur bancaire du pays », commente un analyste. « C’est l’élément qu’il faudra suivre dans les jours et les semaines à venir pour savoir si la solution retenue n’est qu’un événement ponctuel ou le retour dans une phase aiguë de la crise européenne », ajoute-t-il.

Alors que le Parlement chypriote doit se réunir mardi pour accepter ou refuser la ratification de ce plan, la directrice du FMI, Christine Lagarde, dont l’institution devrait participer au plan d’aide chypriote, a quant à elle déclaré : « La solution présentée est durable, pérenne et dans l’intérêt de l’économie chypriote. »

Même du point de vue de ceux qui veulent « sauver les banques », il s’agit d’une erreur monumentale.

D’abord sur le fond : comment peut-on rétablir la confiance dans le système bancaire si l’on ponctionne d’office les dépôts des citoyens pour renflouer des banques qui ont spéculé ? Ceux qui faisaient de la création d’une Union bancaire d’une Europe solidaire y sont pour leurs frais, car plus personne ne peut croire que les Etats soient réellement les garants des dépôts.

Ensuite sur la forme : on a signifié aux Chypriotes que c’était cela ou se voir expulsé de la zone euro sans ménagement ni accompagnement. Alors que Chypre aurait pu et aurait dû opter pour la deuxième option, il a cédé au chantage.

Maintenant que l’affaire chypriote plombe tous les marchés, certains essayent, tout en refusant de faire marche arrière, « d’accompagner » les effets du crime.

Le ministre des Finances chypriote et le gouverneur de la banque centrale, Panicos Demetriades, ont expliqué qu’ils étudiaient une formule de taxation des dépôts bancaires moins sévère pour les petits déposants. « Avec la banque centrale, nous discutons d’une reconfiguration des taux d’imposition pour rapprocher de zéro ceux des comptes en dessous de 100 000 euros », en augmentant parallèlement le taux sur les plus grosses fortunes, a précisé M. Sarris.

Le gouvernement français a également versé sa larme de crocodile. « Si Chypre choisissait, tout en respectant l’enveloppe globale de sa contribution au plan, une répartition différente pour mieux protéger les petits dépôts, il faut l’écouter et à mon sens l’entendre », a fait savoir Pierre Moscovici, ministre de l’Economie.

En tout cas, l’affaire chypriote révèle un tournant décisif. Comme le précise l’économiste Jacques Sapir : « Alors que la confiance des épargnants dans la solidité de leurs banques est relativement faible dans une bonne partie de l’Europe du Sud, cette mesure revient à agiter un chiffon rouge devant leurs yeux. Le risque est donc que l’on assiste à une contagion qui toucherait d’abord la Grèce, puis l’Espagne et enfin l’Italie. »

En 1933, par le Banking Act, le Président Roosevelt avait créé le Fonds de garantie des dépôts américain (FDIC). En échange de cette garantie, l’Etat américain imposa la séparation stricte entre banques normales (dépôts et crédit) et banques d’affaires spéculatives.

L’affaire chypriote révèle une fois de plus, que sans cette séparation stricte du type Glass-Steagall, aucun Etat ne peut garantir la sécurité des dépôts. Si le gouvernement français persiste à ne pas séparer les banques, il devrait avoir l’honnêteté de reconnaître qu’il ne peut garantir nos dépôts bancaires. Car, vu l’état de nos banques, nous sommes tous des Chypriotes !


Signez sans tarder l’Appel à un Glass-Steagall global

  • 2525€
  • 5050€
  • 100100€
  • 250250€
  • 500500€
  • 10001000€
  • 20002000€
 

Voir les 3 commentaires

Vos commentaires

  • Le 24 mars 2013 à 12:44
    par walter benjamin

    Le Glass steagall act ne suffira pas cette fois : il avait tenu 60 ans depuis 1932 mais avec l’informatique les bulles spéculatives se reconstituent très vite,en quelques années .Aujourd’hui il faut interdire toute spéculation ,et interdire aux banques tout trafic avec les "paradis fiscaux" sous peine de retrait des licences (proposition de Merkel paniquée en 2008 !) Lisez le blog de Paul Jorion

    Répondre à ce message

  • Le 19 mars 2013 à 15:08
    par christian procquez

    L’apathie du Peuple Francais donne le pouvoir à Hollande et ses Ministres de se transformer en criminels. En urgence Peuple de France réveillez vous avant la prochaine guerre dans vous serez les responsables. Merci aux resistants, et M Cheminade et ses Collaborateurs.

    Répondre à ce message

  • Le 18 mars 2013 à 18:26
    par petite souris

    "Ils" osent appeler cela un plan d’aide !
    Il s’agit d’un hold up
    Les criminels sont à poursuivre en justice ..............

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Notez que votre message n'apparaîtra qu'après avoir été validé par notre équipe.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Vous pouvez utiliser les boutons pour enjoliver votre texte. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Déplier les commentaires||Replier les commentaires

« Le parti a pour objet de combattre, en France et dans le monde, pour la paix par le développement économique et l'égalité des chances et contre l'usure financière et les idéologies du sol, du sang et de la race. Il défend pour chacun et entre les peuples le progrès matériel, intellectuel et moral. A cet effet, il participe à la vie politique de notre pays, notamment lors des échéances électorales. Il peut apporter son soutien politique et financier à des partis et associations dont l'objet concorde avec celui-ci. »

Extraits des statuts - Article 2 - Objet