www.solidariteetprogres.org | BP27 92114 Clichy cedex | 01 76 69 14 50

Accueil >Actualité >Agriculture

Crise alimentaire : pour l’administration Obama, pas besoin d’intervenir

La rédaction
636 visites | 1 commentaire

L’administration Obama a décrété le 4 octobre que les gouvernements du monde ne devaient PAS intervenir pour contrer la crise alimentaire qui se profile à l’horizon en raison de la sécheresse de l’été dernier et de la spéculation sur les denrées alimentaires stimulée par les liquidités injectées dans les marchés financiers par les autorités monétaires.

Le département de l’Agriculture américain a pourtant reconnu dans un récent rapport que les réserves de céréales détenues par les agences publiques et privées (surtout les grands cartels céréaliers) dans le monde entier sont en baisse.

Les ministres de l’Agriculture du monde doivent se rencontrer à Rome le 16 octobre pour discuter de la situation, et le Comité sur la sécurité alimentaire mondiale de la FAO doit faire de même entre les 15 et 20 octobre à Rome. Mais l’administration Obama a instruit les dirigeants de ces instances de ne pas intervenir pour mettre fin à la crise.

Le décret américain publié le 4 octobre dernier se lit en effet comme suit :

En tant que dirigeants de l’AMIS, le groupe "Système d’information sur les marchés agricoles du G-20", les Etats-Unis, ont consulté le G-20 et d’autres experts lors de la réunion régulière de l’AMIS les 3 et 4 octobre derniers à Rome. Ils partagent l’avis des représentants de l’AMIS, qui estiment que selon les informations disponibles aujourd’hui, les marchés de denrées agricoles fonctionnent, et qu’une réunion du Forum d’intervention rapide (Rapid Response Group) n’est pas nécessaire à l’heure actuelle.

Les gouvernements du monde, y compris ceux des grands pays exportateurs au sein du G-20, ont fait preuve de prudence et de responsabilité dans leurs choix politiques, évitant notamment les interdictions à l’exportation qui ont été à l’origine de la volatilité de 2007 et 2008.

  • 2525€
  • 5050€
  • 100100€
  • 250250€
  • 500500€
  • 10001000€
  • 20002000€
 
Notre dossier éducation, en vente ici Au Yémen, on assassine les hommes et leur mémoire. La France complice. terrorisme / 11 septembre, les 28 pages qui démasquent... La mer, avenir de l’homme Présidentielle 2017
Le choix de la rédaction
Autres articles
Plus d'articles

Voir le commentaire

Vos commentaires

  • Le 16 octobre 2012 à 22:50
    par petite souris

    De deux choses l’une, ou bien Obama ne connait pas les conséquences d’un manque de nourriture, ou bien il les connait.
    Dans les deux cas il n’est plus digne d’être au poste qu’il occupe.
    Ou bien parcequ’il est incompétent, ou bien parcequ’il décide de la mort de milliers ou millions de personnes à terme.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Notez que votre message n'apparaîtra qu'après avoir été validé par notre équipe.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Vous pouvez utiliser les boutons pour enjoliver votre texte. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Déplier les commentaires||Replier les commentaires

« Le parti a pour objet de combattre, en France et dans le monde, pour la paix par le développement économique et l'égalité des chances et contre l'usure financière et les idéologies du sol, du sang et de la race. Il défend pour chacun et entre les peuples le progrès matériel, intellectuel et moral. A cet effet, il participe à la vie politique de notre pays, notamment lors des échéances électorales. Il peut apporter son soutien politique et financier à des partis et associations dont l'objet concorde avec celui-ci. »

Extraits des statuts - Article 2 - Objet