Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire Flash : 2 décembre - François Fillon veut six fois moins de communes et zéro départements Lire
Accueil Actualité

Curiosity confirme l’existence d’un environnement favorable à la vie sur Mars

La rédaction
visites
782

Selon les dernières analyses envoyées par Curiosity et étudiées par les scientifiques, les principaux ingrédients chimiques nécessaires à la vie ont été présents à la surface de la planète rouge. Le laboratoire d’analyse chimique du Rover a collecté un tout petit échantillon de roche, dans lequel il a identifié des atomes de souffre, d’azote, d’hydrogène, de phosphore et de carbone.

Le rover a exploré la Baie de Yellowknife, située à l’extrémité d’un ancien système fluvial et qui a peut-être même été, par intermittence, le lit d’un lac. Contrairement à d’autres régions explorées, notamment par Opportunity, le cratère de Gale où se trouve Curiosity semble avoir été marqué par un environnement chimiquement neutre et non pas acide, et par conséquent plus hospitalier pour la vie. Les sédiments examinés par Curiosity sont formés d’argiles, des minéraux faisant partie des phyllosilicates et se formant dans un environnement relativement neutre. Les scientifiques estiment que ces argiles contiennent jusqu’à 20 ou 30 % de molécules d’eau.

Pour Jean-Pierre Bibring, chercheur de l’Institut d’Astrophysique Spatiale (Orsay, Université Paris-Sud et CNRS), les recherches in situ de Curiosity confirment les analyses de l’instrument Omega à bord de la sonde Mars Express lancée par l’Agence spatiale européenne (ESA) en 2003.

L’un des scientifiques responsables du projet à la NASA, John Grotzinger, interrogé lors d’une conférence de presse de décrire l’eau telle qu’elle existait à l’époque où les minéraux ont été formés, a répondu qu’on aurait pu la boire. Il a rappelé le fait, même si Curiosité doit, dans les mois à venir, concentrer ses efforts pour trouver des composés organiques, constitués de carbone et d’hydrogène, qu’il existe plusieurs formes de vie sur Terre qui ne requièrent pas de composantes organiques pour exister.

Il faut garder l’esprit totalement ouvert à la découverte, remarquent tous les les scientifiques impliqués dans le projet.

Contactez-nous !