Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire Flash : 2 décembre - François Fillon veut six fois moins de communes et zéro départements Lire
Accueil Actualité

Faute de personnel, Deutsche Bahn réduit le service

La rédaction
visites
511
JPEG - 64.6 ko

Des trains ponctuels, un service parfait, tant pour les passagers que pour le fret, des conditions de travail idéales pour les cheminots : telle était la réputation de la Deutsche Bahn, la société nationale du chemin de fer allemand.

Ceci n’est hélas plus qu’un lointain souvenir, depuis la privatisation rampante et le démantèlement de l’entreprise imposé par la directive de l’Union européenne de 1991, sur la dérégulation du rail en Europe.

Sur les 430 000 employés que comptait la Deutsche Bahn au moment de la réunification allemande en 1990, il n’en reste plus que 280 000 aujourd’hui, alors qu’un grand nombre d’entre eux doivent d’ici peu prendre leur retraite, sans qu’ils ne soient remplacés... avant 2020 !

Au moins 6000 des 32 000 km de voies ont un besoin urgent de maintenance ; des centaines, sinon des milliers de ponts doivent être remplacés ; le service dans les régions isolées s’est fortement dégradé, certaines d’entre elles sont même entièrement coupées du reste du pays.

Les responsables de la gestion du trafic sont si peu nombreux que pour maintenir le service, ils ont accumulé un million d’heures supplémentaires de travail, une situation qui ne changera pas avant plusieurs années, jusqu’à ce que mille nouvelles recrues soient formées pour rejoindre les postes de contrôle.

La direction a répondu il y a quelques mois qu’elle entendait créer des équipes mobiles d’urgence pouvant se déplacer [en vélo, en voiture ou en avion ? elle n’a pas précisé] dans tout le pays et intervenir au besoin. Mais cette approche a ses limites, car chacun des 3 392 postes d’aiguillage (dont 415 gérés électroniquement) est différent des autres et nécessite une formation spécifique. Ni la direction ni les syndicats n’envisagent de faire appel à du personnel d’une autre région pour remédier à la pénurie locale.

Faute de moyens, on gère les risques. Et le résultat ne surprendra personne : en ce doux mois d’août, la situation en gare de Mayence (point cardinal de correspondance vers la France) est infernale, où tous les voyages en soirée et de nuit ont été annulés jusqu’à la fin du mois, ainsi que plusieurs trains de jour...

Contactez-nous !