www.solidariteetprogres.org | BP27 92114 Clichy cedex | 01 76 69 14 50

Accueil >Actualité

Décès de Primakov, père du triangle stratégique eurasiatique

525 visites
JPEG - 160.7 ko
Le président russe Vladimir Poutine assiste à une cérémonie de deuil pour l’ancien Premier ministre Evgueni Primakov, dont le corps repose à Moscou.
Crédit : Keystone

Par Rachel Douglas de l’Executive Intelligence Review (EIR)

Le célèbre orientaliste russe Yevgeni Maximovich Primakov, ancien directeur de l’Institut des études orientales de l’Académie russe des sciences, chef du Renseignement étranger, ancien ministre des Affaires étrangères et Premier ministre, et président de la Chambre de commerce et de l’industrie russe, est décédé le 26 juin à l’âge de 85 ans, après avoir lutté pendant deux ans contre le cancer.

Primakov participait jusqu’à tout récemment aux délibérations sur la politique de son pays en dépit de son état de santé. Il avait présenté un mémoire à la séance d’avril du Club Mercure de la Chambre de commerce et de l’industrie (CCI), intitulé : « Quatre erreurs dans notre politique économique. »

En raison de sa longue carrière en tant que spécialiste du Moyen-Orient, Primakov connaissait parfaitement les opérations des agences de renseignement britanniques et américaines dans la région. Il était également un économiste hors pair ; son point de gloire a été son arrivée au gouvernement au lendemain de la première décennie désastreuse de la période post-soviétique.

JPEG - 25.9 ko
Primakov parlant à l’ONU.

Nommé Premier ministre par le Président Boris Eltsine, suite à la cessation de paiements sur les obligations russes en août 1998 (on dit que le poste lui avait été offert suite au refus de Youri Maslyoukov, un spécialiste de l’industrie qui avait toutefois accepté d’être son adjoint), Primakov a réussi, au cours de ses huit mois en tant que Premier ministre, à mettre un terme au long processus de destruction de l’industrie russe.

Comme il est rapporté dans le rapport spécial de l’Executive Intelligence Review La Nouvelle route de la soie devient le Pont terrestre mondial, « les mesures prises par le gouvernement Primakov-Maslyoukov pour sauver l’économie réelle de la Russie sont celles dont a hérité Vladimir Poutine. (…) Elles ont créé un cadre, au sein duquel les décisions en faveur du développement du continent eurasiatique ont pu être considérées sérieusement. »

Un autre élément d’importance stratégique a été l’engagement diplomatique marquant de son gouvernement en faveur d’une idée entièrement nouvelle : « Lors d’une visite en Inde en décembre 1998, Primakov a proposé de former un ’’triangle stratégique entre la Russie, l’Inde et la Chine. La coopération entre ces trois puissances eurasiatiques a vu le jour un an plus tard, suite à de nombreuses rencontres entre académiques et diplomates. Suite à un parcours sinueux, le triangle ’’RIC’’ forme aujourd’hui le coeur de l’alliance appelée BRICS. »

Les éloges de Primakov, formulées en ces termes exactement, pleuvent aujourd’hui en Russie. L’analyste Kirill Benediktov, dans un commentaire pour le site Izvestia, écrit ainsi :

L’idée de Primakov de créer un Grand triangle Moscou-Delhi-Beijing prend forme sous nos propres yeux et est devenue un édifice politique en dépit des cris d’orfraie des libéraux. Yevgeni Maximovich a présenté pour la première fois l’idée du Grand triangle lors de sa visite à Delhi en 1998. Nombreux sont ceux parmi nous qui se souviennent des conditions dans lesquelles se trouvait la Russie à cette époque : écrasée d’un point de vue politique et économique, ayant survécu de justesse à la cessation de paiements d’août, et commençant à peine à trouver la porte de sortie de cette crise profonde dans laquelle elle s’était trouvé plongée par la faute des ’’jeunes réformateurs’’ alliés aux membres corrompus de la famille Eltsine.

Et voilà que le nouveau Premier ministre d’un pays que tout le monde croyait incapable de se remettre debout, proposait à ses partenaires en Inde et en Chine de former un triangle stratégique, Moscou-Delhi-Beijing. (... ) A peine sept ans après la visite de Primakov à Delhi, la Chine et l’Inde se félicitaient d’être devenues « de bons voisins et amis », et Beijing annonçait en 2012 que les relations sino-indiennes pourraient s’avérer le partenariat bilatéral le plus important du siècle. Suite à l’« isolement » par l’Occident de la Russie, il est devenu évident que le ralliement de Moscou à cette alliance des grandes nations eurasiatiques, telle qu’elle était en train d’émerger, était la seule voie à suivre pour préserver sa souveraineté politique et économique.

Le président Poutine et le ministre des Affaires étrangères Lavrov ont eux aussi fait une vibrante éloge de Primakov, de sa vie et de son œuvre. Il a été enterré le 29 juin au cimetière Novodevichy de Moscou.

  • 2525€
  • 5050€
  • 100100€
  • 250250€
  • 500500€
  • 10001000€
  • 20002000€
 
Pages spéciales
Notre avenir est avec les BRICS

Cette nouvelle dynamique des BRICS est le fruit d’un combat international pour le droit au développement mené par Solidarité et progrès en France et l’Institut Schiller à l’international.

En savoir plus
Institut Schiller : La France donne la parole aux BRICS

Les 13 et 14 juin, d’éminents représentants de trois des cinq pays composant les BRICS et des pays qui leur sont associés, étaient les hôtes à Paris d’une conférence internationale exceptionnelle de l’Institut Schiller.

En savoir plus
Le choix de l'auteur
Autres articles
Plus d'articles

Écrire un commentaire

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Notez que votre message n'apparaîtra qu'après avoir été validé par notre équipe.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Vous pouvez utiliser les boutons pour enjoliver votre texte. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Déplier les commentaires||Replier les commentaires

« Le parti a pour objet de combattre, en France et dans le monde, pour la paix par le développement économique et l'égalité des chances et contre l'usure financière et les idéologies du sol, du sang et de la race. Il défend pour chacun et entre les peuples le progrès matériel, intellectuel et moral. A cet effet, il participe à la vie politique de notre pays, notamment lors des échéances électorales. Il peut apporter son soutien politique et financier à des partis et associations dont l'objet concorde avec celui-ci. »

Extraits des statuts - Article 2 - Objet