www.solidariteetprogres.org | BP27 92114 Clichy cedex | 01 76 69 14 50

Accueil >Actualité >Guerre

Des responsables russes préviennent du danger de conflit mondial

La rédaction
1028 visites | 2 commentaires

Le Président russe Vladimir Poutine a personnellement supervisé les premiers essais d’une telle ampleur de la triade nucléaire (commande et contrôle de l’arsenal nucléaire stratégique sur terre, sur mer et dans le ciel) effectués depuis l’effondrement de l’Union soviétique.

Ceci survient dans le contexte d’une nouvelle ronde d’avertissements sérieux lancés par des responsables russes, à propos de la politique de changements de régime promue par l’administration Obama et de l’érection du système de défense antimissile de l’OTAN en Europe et au Moyen-Orient. Ces deux politiques sont en train de conduire le monde à un « affrontement global ».

Les essais russes visent à renforcer leur capacité de dissuasion stratégique, potentiellement mise à mal par le déploiement annoncé par les américains de quatre de leurs destroyers à partir du port de Rota, en Espagne. Rogozine avait récemment souligné que ces vaisseaux équipés du système antimissile avancé Aegis posaient une menace directe à l’équilibre nucléaire global. Ils pourraient être facilement déplacés, avait-t-il fait remarquer, dans l’Atlantique Nord près du territoire russe, afin d’intercepter des missiles stratégiques armés de têtes nucléaires tirés en représailles contre une première frappe américaine. Ceci, avait-t-il prévenu, modifie tout le système de dissuasion stratégique actuel et pose une menace existentielle à la Russie – une menace qui ne sera pas ignorée.

Un député un vue du parlement russe et membre du parti de Poutine, Yevgeny Fyodorov, a déclaré la semaine dernière que la promotion par l’administration Obama des guerres de changement de régime est elle aussi en train de conduire le monde vers une guerre mondiale. Il a accusé l’administration Obama de poursuivre une voie qui mène le monde à « une déstabilisation complète ».

Le conflit à la frontière de la Turquie, un Etat membre de l’OTAN, et la Syrie, s’amplifie en effet de jour en jour. Au cours de la semaine dernière, les échanges transfrontaliers de tirs d’artillerie entre les deux pays ont repris de plus belle, l’artillerie lourde turque ciblant les positions militaires syriennes dans le nord de la Syrie. Le magazine britannique The Economist a appelé les Etats-Unis à s’ingérer directement en établissant une zone d’exclusion aérienne au Nord de la Syrie, afin de créer un havre à partir duquel les rebelles anti-Assad pourront opérer en toute liberté, en dépit de la ferme opposition des Russes.

Jusqu’ici, grâce à l’opposition tenace de l’état-major américain et de l’ancien secrétaire à la Défense Robert Gates, l’administration Obama s’est retenue de transformer la guerre par procuration en Syrie en opération de changement de régime semblable à celui qui a été fait en Libye. Le Président Obama a toutefois dit clairement à ses proches conseillers que s’il était réélu le 6 novembre prochain, il accélérerait rapidement la cadence, peu importe les conséquences stratégiques.

Même si les Russes ont raison de souligner qu’une telle politique américaine pousse le monde vers un conflit mondial – comme l’a explicité également Lyndon LaRouche lors de sa conférence du 19 octobre sur internet –, la réalité plus fondamentale est que la politique américaine est dictée par les forces géopolitiques de l’Empire britannique, qui contrôle sa marionnette Obama d’une main de fer.

  • 2525€
  • 5050€
  • 100100€
  • 250250€
  • 500500€
  • 10001000€
  • 20002000€
 
Page spéciale
Guerre mondiale, il est minuit moins cinq

La City et Wall-Street fomentent la guerre pour éviter la refonte des institutions financières. Il nous faut changer la donne afin d’empêcher que la situation dégénère en catastrophe nucléaire.

En savoir plus
Le choix de la rédaction
Autres articles
Plus d'articles

Voir les 2 commentaires

Vos commentaires

  • Le 25 octobre 2012 à 20:57
    par Elie

    Si Obama est une marionnette, et bien on a perdu les fils. Obama n’est pas un va-t-en guerre, c’est une évidence. Dieu sait qu’on a vu bien pire...
    La Russie ne possède plus qu’un seul port sur la méditerranée, vous savez très bien où il est, et elle n’a pas envie de le perdre pour les raisons que vous connaissez. Donc la destinée du peuple syrien lui est totalement indifférent et seul Bachar El Assad doit être sauvé. A chacun sa marionnette et il est évident que le dictateur Poutine tient beaucoup à sauvegarder la sienne. Ca lui en fait au moins deux avec l’autre chef mafieux qui sème la terreur en Tchétchénie.
    Nous assistons donc à une réplique de guerre froide ou chacun bombe le torse et menace en criant : La guerre, la guerre, la guerre !!!!!

    Répondre à ce message

  • Le 25 octobre 2012 à 01:15
    par petite souris

    Le Président Obama a toutefois dit clairement à ses proches conseillers que s’il était réélu le 6 novembre prochain, il accélérerait rapidement la cadence, peu importe les conséquences stratégiques.
    Gouverner, c’est prévoir !
    Obama agit donc sans prévoir, sans réfléchir à l’avenir du pays qu’il est censé gouverner.
    C’est clair et net.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Notez que votre message n'apparaîtra qu'après avoir été validé par notre équipe.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Vous pouvez utiliser les boutons pour enjoliver votre texte. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Déplier les commentaires||Replier les commentaires

« Le parti a pour objet de combattre, en France et dans le monde, pour la paix par le développement économique et l'égalité des chances et contre l'usure financière et les idéologies du sol, du sang et de la race. Il défend pour chacun et entre les peuples le progrès matériel, intellectuel et moral. A cet effet, il participe à la vie politique de notre pays, notamment lors des échéances électorales. Il peut apporter son soutien politique et financier à des partis et associations dont l'objet concorde avec celui-ci. »

Extraits des statuts - Article 2 - Objet