Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire Flash : 2 décembre - François Fillon veut six fois moins de communes et zéro départements Lire
Accueil Actualité

Dissuasion nucléaire et risque de conflit au Moyen-Orient

La rédaction
visites
1243

Alors que se tient à Brest l’Université d’été de la Défense, le coût et le maintien de notre dissuasion nucléaire est l’une des principales discussions, même si l’exécutif a déjà tranché. Toutefois, ce débat intervient dans un moment politique où la stratégie anglo-américaine de conflit au Moyen-Orient, à laquelle la France s’adapte plutôt que de dire non, nous pousse dangereusement vers une conflit nous opposant à la Russie et la Chine.

Pas de « détente » entre les trois grands arsenaux nucléaires

D’une part, il ne faut pas craindre de regarder la réalité en face : l’Otan et l’administration Obama, avec leur projet de bouclier anti-missile en Europe de l’Est, menacent de rendre obsolète la force de frappe russe et poussent ainsi le Kremlin et son état-major militaire à envisager une doctrine de première frappe. Même chose de l’autre côté du continent eurasiatique, où l’administration Obama installe un bouclier semblable visant les missiles balistiques chinois et poussant aussi Pékin à devoir envisager une doctrine de première frappe. La Russie et la Chine ne plieront pas car elles ne peuvent pas accepter de se retrouver désarmées et soumises.

Le Moyen-Orient, nouveaux Balkans ?

Cette tension stratégique ignorée du grand public trouve son paroxysme dans le risque d’éclatement d’une guerre régionale au Moyen-Orient, où la Maison-Blanche, opposée par son propre état-major interarmées, pousse à une intervention militaire en Syrie et ne semble pas retenir le Premier ministre israélien Bibi Netanyahou de déclencher une attaque contre l’Iran. Là non plus, la Russie et la Chine ne céderont pas : elles ont vu ce que cela a donné lorsqu’elles ont donné leur feu vert à une opération humanitaire en Libye où Obama, Cameron et Sarkozy ont mené une politique brutale de changement de régime digne d’un Tony Blair. Face à la menace permanente d’agression militaire, il s’agit dès lors pour elles d’accepter le principe de soumission au plus fort et au plus véhément, ou bien de défendre le principe de souveraineté et d’indépendance des nations, valeur fondamentale pourtant inscrite dans la Charte des Nations unies ainsi que dans notre propre Constitution.

Le « prix » de la Paix mondiale

Dès lors la question fondamentale n’est pas de rester paralysé devant le danger ou bien de s’aveugler en pensant qu’un conflit nucléaire ne surviendra pas car « personne n’y a intérêt ». La Paix mondiale ne se gagnera que par le développement mutuel des peuples autour de grands projets, de coopérations technologiques et de défis scientifiques transformant les conditions de vie sur Terre. Cette ambition de progrès pour tous ne pourra se mettre en œuvre qu’en soumettant le financier à son impératif. C’est la monopolisation du crédit par des prédateurs financiers au bord de la faillite qui est le principal obstacle à la Paix et le moteur de la guerre.

Nous vous offrons ici une sélection de films pour affronter ces enjeux stratégiques fondamentaux :

1- Sans Retour , une vidéo sur le risque d’affrontement thermonucléaire pour l’humanité :

2- Brève histoire de l’Initiative de défense stratégique, sur le projet d’armes à énergie dirigée des années 1980 pouvant neutraliser les têtes nucléaires :

3- Contre la guerre, l’Initiative de défense de la Terre, sur la proposition russe de 2011 de raviver l’IDS sous une forme nouvelle :

Contactez-nous !