Solidarité & progrès

Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race.

29 juin - Les maires signataires de la nouvelle déclaration d’Arzviller exigent la séparation bancaire Lire 28 juin - Emmanuel Macron dans le piège des armes chimiques en Syrie Lire 28 juin - Bassam Tahhan : à qui profite le Fake News sur les armes chimiques en Syrie ? Lire
AccueilActualité

Draghi se félicite de l’élargissement à l’Est de l’OTAN... euh pardon, l’euro

La rédaction
visites
778
commentaire
JPEG - 23.4 ko
Mario Draghi
Crédit : E.P.

Le président de la BCE Mario Draghi a confirmé que le programme de rachat de titres adossés à des actifs (ABS) détenus par les banques (famille des titrisations dont font partie les subprimes), est bel et bien destiné à piller les contribuables. Lors d’une audition le 22 septembre à la Commission des affaires monétaires du Parlement européen, en réponse à une question du député vert Sven Giegold sur les ABS, Draghi a prétendu que la BCE n’achèterait que les titres les plus sûrs, qualifiés de « tranches seniors », avant d’ajouter que si sa banque venait à étendre ses rachats aux tranches dites « mezzanine », c’est-à-dire aux plus risquées, des garanties publiques seraient nécessaires.

Autrement dit ce sont les contribuables qui paieront, sous forme de garanties fournies par les États.

Une autre question gêne plus encore Draghi. Marco Valli, porte-parole de la faction M5S (le groupe de Beppe Grillo), lui a demandé : « Pour arrêter une fois pour toutes cette fraude et faire quelque chose d’utile pour les citoyens et pas seulement pour vos amis à la City et à Wall Street, que pensez-vous de séparer les activités bancaires et financières afin d’isoler les spéculateurs ? »

Le banquier a esquivé cette question épineuse en répondant que la BCE prépare une prise de position là-dessus, pour insister : « Incidemment, quand je prends des décisions de politique monétaire, je ne pense vraiment pas à mes amis à la City et à Wall Street. Je pense aux citoyens européens. »

Trois jours plus tard, Draghi s’est rendu en Lituanie pour présider la cérémonie d’entrée de ce pays au sein de la zone euro, à compter du 1er janvier prochain, et s’adonner à un véritable exercice de novlangue orwellienne. Après avoir reconnu que les études montrent que seule la moitié de la population est favorable à l’introduction de l’euro, il a estimé que les Lituaniens changeront bientôt d’avis. Nous n’avons qu’à leur expliquer, a-t-il dit, qu’en « rejoignant la zone euro, la Lituanie regagnera effectivement une partie de la souveraineté qu’elle a précédemment perdue », puisque « partager la souveraineté signifie gagner en souveraineté » !

Il a par ailleurs présenté l’euro comme moyen de « procurer de la stabilité dans l’actuel environnement géopolitique », démontrant par là, sans s’en rendre compte probablement, que l’euro et l’OTAN ne sont qu’un seul et unique instrument de pillage global, et que Jacques Cheminade a raison de demander la sortie de la France de l’euro, de l’UE et de l’OTAN.

Écrire un commentaire

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Déplier les commentaires||Replier les commentaires
Vous avez adoré cet article ? Rejoignez-nous !

Soutenons la résistance de la Grèce face aux puissances de chantage du fascisme financier. Il est temps de bâtir un monde sans la City ni Wall Street.

En savoir plus

Don rapide