Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire Flash : 2 décembre - François Fillon veut six fois moins de communes et zéro départements Lire
Accueil Actualité

Elevage, lait, agriculture : Non aux tueurs financiers !

visites
1002
JPEG - 169.2 ko

Les agriculteurs ont raison : ce ne sont pas des aides qu’il leur faut, mais des prix, c’est-à-dire le droit de vivre dignement de leur travail. Or, le plan d’urgence du gouvernement français visant à les « aider » est pire qu’un leurre, c’est un piège.

En proposant aux surendettés de s’endetter encore plus, on ne fait que leur offrir le même traitement qu’aux Grecs : régler, pour un jour, sa dette et mourir dans l’indignité.

C’est bien l’opposé de notre modèle productif et social européen. Bruxelles a provoqué le boycott russe de nos exportations de porc et le traitement infligé à la Grèce la conduit à renoncer à nos productions bovines. C’est encore l’UE qui a cédé aux demandes britanniques et allemandes de supprimer les quotas laitiers.

Ainsi, au lieu de re-réguler les marchés internationaux, François Hollande ne fait qu’accompagner une dérégulation imposée par une Commission européenne devenue courroie de transmission de la City et de Wall Street.

Cette capitulation est à l’origine de toutes les contradictions de sa politique. Au lieu de lever l’embargo contre la Russie, Hollande propose une plate-forme pour favoriser l’exportation. Alors qu’il réduit les dotations des collectivités territoriales, il leur demande d’acheter, de préférence, de la nourriture française, politique contraire à la « liberté de contracter » que nous impose les traités européens.

Alors qu’il prône l’alliance franco-allemande, il livre nos abattoirs à une concurrence germanique dopée par une main d’œuvre venue d’Europe de l’Est, sous-payée et logée dans des campements de fortune. Hollande en appelle au dialogue, mais sans la moindre pression fiscale sur les centrales d’achat, nos producteurs resteront livrés à l’arbitraire, comme des poules à la merci du renard dans le poulailler.

Cette politique du renoncement doit cesser. Aucun producteur ne pourra croire à la bonne volonté des intermédiaires et de l’État si ce dernier ne fait pas preuve d’autorité pour arrêter les tueurs financiers qui se gavent en nous détruisant.

Contactez-nous !