Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 11 décembre - Miracle économique chinois : l’importance de la séparation stricte des banques Lire Flash : 8 décembre - Référendum en Italie : une nouvelle claque pour l’UE Lire Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire
Accueil Actualité

Etats-Unis : anciens ambassadeurs et militaires mettent en garde contre le bellicisme de l’OTAN

La rédaction
visites
1409
commentaire
JPEG - 26.1 ko
Le secrétaire général de l’OTAN Anders Fogh Rasmussen, surnommé par certains "Fogh of War" (Brouillard de guerre). En 2003, lorsqu’il était Premier ministre du Danemark, répétant les mensonges de Tony Blair, il avait déclaré que « l’Irak a des armes de destruction massive. Ce n’est pas quelque chose que nous croyons. Nous le savons. » Aujourd’hui, on salue son départ.
Crédit : questionscritiques.free.fr

Dans une tribune libre publiée le 8 septembre dans le New York Times intitulée « Donnons une chance à la diplomatie avec la Russie », Jack Matlock, Thomas Pickering et James Collins, trois anciens ambassadeurs américains à Moscou dénoncent la politique d’Obama envers la Russie. Venant de trois diplomates de haut rang, ces propos, affirme Business New Europe, sonnent comme « une des critiques les plus explicites de l’échec de la politique américaine en Ukraine en provenance de l’intérieur de l’establishment ».

Les trois ambassadeurs affirment notamment que :

Le bras de fer autour de la crise ukrainienne a quasiment gelé la communication entre les Etats-Unis et la Russie. La réaction russe à la contestation à Kiev, l’incorporation de la Crimée et l’intervention armée en Ukraine orientale, ainsi que les réponses américaines à ses actions, ont quasiment mis un terme au dialogue normal entre Washington et Moscou. Les relations entre les deux capitales se sont réduites au niveau des pressions, à des réponses du tac-au-tac, à des déclarations de propagande éhontée et au recul des engagements mutuels…

(...) Les efforts diplomatiques devraient viser à offrir l’Ukraine et ses voisins un avenir capable d’assurer la paix et la sécurité pour l’ensemble de la région ; de rétablir le respect pour les principes essentielles de l’ordre politique européen et d’ouvrir la voie à des relations américano-russes plus productives.

(...) En tant qu’anciens ambassadeurs des États-Unis ayants été en poste à Moscou, nous pensons que le temps est venu pour la direction américaine de s’engager dans une effort diplomatique sérieux afin d’obtenir ses résultats. Chacun de nous a pu voir le prix élevé qu’on paye lorsque le dialogue entre Washington et Moscou s’effondre.

Anciens militaires et agents du renseignement

Pour sa part, le directoire de l’association Veteran Intelligence Professionals for Sanity (VIPS), qui regroupe d’anciens professionnels du renseignement américain, a envoyé le 2 septembre une lettre ouverte à la chancelière Angela Merkel, l’avertissant que l’OTAN est sur le point de prendre des actions sur la base de faux renseignements, tout comme cela s’est passé avant la guerre d’Irak. Ils rappellent à Merkel :

Il y a douze ans, l’ancien chancelier Gerhard Schröder, conscient de la légèreté des éléments de preuve sur les armes de destruction massive irakiennes, a refusé de se joindre à l’attaque contre l’Irak. A notre avis, vous devez vous méfier comme il se doit des accusations lancées par le Département d’État américain et certains responsables de l’OTAN faisant état d’une invasion russe en Ukraine.

Quant à la crédibilité du secrétaire général de l’OTAN, Anders Fogh Rasmussen, ils la démolissent en notant qu’il avait déclaré en 2003, lorsqu’il était Premier ministre du Danemark, que « l’Irak a des armes de destruction massive. Ce n’est pas quelque chose que nous croyons. Nous le savons. »

« Surtout en raison de l’importance et de la crédibilité apparente données à des renseignements que nous croyons être faux, nous pensons que la possibilité de voir les hostilités s’étendre au-delà des frontières de l’Ukraine a augmenté considérablement ces derniers jours », écrivent les anciens de la CIA, la NSA, etc. Concernant l’éventuelle adhésion de l’Ukraine à l’OTAN, ils estiment qu’« il faut dire sans ambages à Porochenko et à Iatseniouk que l’adhésion à l’OTAN est hors de question et que l’OTAN n’a pas l’intention de mener une guerre par procuration contre la Russie ».

L’un des signataires de la lettre, Ray McGovern, ancien officier du renseignement de l’Armée et ancien analyste de la CIA, tient la position de Merkel pour si importante qu’il s’est rendu à Berlin la semaine dernière pour deux événements publics les 4 et 6 septembre, en plus de différentes interviews.

Écrire un commentaire

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Déplier les commentaires||Replier les commentaires
Contactez-nous !

Don rapide