Solidarité & progrès

Le parti du travail humainTel. 01 76 69 14 50

AccueilActualité

France-Chine, ensemble contre la géopolitique ?

PNG - 1.2 Mo
Les président français et chinois lors de la signature de plusieurs accords de coopération.
Crédit : NewAreva

Avant-propos

JPEG - 529.8 ko
Nouvelle Solidarité N°2/2017 - s’abonner.

Lors de son voyage en Chine, du 8 au 10 janvier, Emmanuel Macron a jeté un véritable pavé dans la mare de ses amis occidentaux, en apportant son soutien enthousiaste à l’initiative chinoise de Nouvelle Route de la soie.

Ayant porté cette idée sur les fonts baptismaux, Solidarité & Progrès soutient cette politique avec laquelle M. Macron montre une réelle empathie – un soutien cependant sans complaisance.

Vous avez, Monsieur Macron, dans votre dialogue avec Xi Jinping, reconnu les excès du capitalisme mondialisé et la fatigue d’un monde occidental incapable d’imaginer de nouvelles épopées.

Vous n’avez jamais, cependant, dénoncé les responsables de cette crise ni ébauché la moindre approche pour la combattre. Pire encore, par un courrier livré par Bruno Le Maire, vous avez appelé les principaux prédateurs financiers de Wall Street à venir « soutenir » les investissements en France ; vous leur avez même offert des conditions exceptionnelles pour s’installer dans notre pays.

Quant à cette Europe dont vous avez annoncé le retour à Beijing, c’est aussi une Europe livrée, à Bruxelles, aux lobbyistes financiers, tandis qu’à Francfort, la Banque centrale européenne n’est que la courroie de transmission d’un système financier occidental dédié au sauvetage d’institutions bancaires en faillite virtuelle depuis la crise de 2007-2008.

Or, à en croire les propos de votre ministre Bruno Le Maire, publiés dans Le Point, c’est sur cette Europe-là, sans la moindre réforme, que vous comptez pour rebâtir nos rêves, en unifiant le marché des capitaux, en obligeant les nations à adopter une Union bancaire qui, en cas de crise, les dépouillera de leurs dépôts bancaires, en abandonnant notre souveraineté fiscale en échange d’un budget européen géré par un ministre européen des Finances, pour financer l’innovation.

Vous ne pourrez pas, Monsieur Macron, construire un multilatéralisme équilibré sans, en même temps, combattre ce capitalisme dévoyé. Au risque de perdre tout crédit auprès de notre allié chinois, qui pourrait nous soupçonner de stratégie de domination…

JPEG - 305.3 ko

En marche sur les Nouvelles Routes de la soie

Nous vivons un temps où la France et la Chine peuvent se permettre de rêver ensemble. (Emmanuel Macron à Xi’an)

Emmanuel Macron a saisi l’occasion de son voyage en Chine pour apporter tout son soutien, au nom de la France et même de l’Europe, au projet de Nouvelles Routes de la soie de la Chine, percée qui aura un impact certain sur une Europe et un monde occidental qui n’avaient jusqu’ici exprimé que frilosité et inquiétude à l’égard de ce grand projet.

C’est en 2013 que le président chinois Xi Jinping avait proposé au monde ce projet magnifique, prévoyant d’ouvrir les anciennes routes de la soie de la Chine vers l’Europe, par voie terrestre via l’Asie centrale et par voie maritime vers la Méditerranée, en passant par la mer de Chine méridionale, l’océan Indien, la mer d’Arabie et le canal de Suez.

Xi Jinping proposait d’investir pas moins de 1000 milliards de dollars dans les infrastructures permettant d’accroître massivement les échanges commerciaux, mais aussi culturels et scientifiques entre la Chine, l’Europe et l’Afrique, en construisant routes, chemins de fer, infrastructures portuaires, ponts, parcs industriels, gazoducs et oléoducs, centrales énergétiques, et en promouvant les échanges universitaires. Un vaste projet de paix et de développement mutuel dans toutes ces zones, avec des centaines de milliers d’emplois à la clé !

JPEG - 544.7 ko
Nouvelle Solidarité N° 7/2017 - Pour s’abonner cliquez ici.

En mai 2017, lors d’un Forum Une ceinture, une route à Beijing, le président Xi Jinping renouvela son appel à participation à tous les pays.

Depuis cependant, à quelques rares exceptions près, la seule réponse venue des principaux pays d’Europe a été un barrage d’articles signés par des « géopoliticiens », souvent porte-paroles des pires courants néoconservateurs anglo-américains, condamnant ce projet et accusant la Chine de velléités hégémoniques sur le monde.

Ce sont ces peurs que le président Macron s’est employé à calmer tout au long de ce voyage de trois jours, où un effort minutieux de pédagogie fut déployé. « Vous avez su, en une génération, trouver en vous la force de devenir l’une des toutes premières puissances au monde ».

Or, « c’est précisément, la rapidité de ce changement [qui] peut susciter des craintes, parce que tout ici est plus massif, plus fulgurant, plus assertif qu’ailleurs. »

Feuille de route pour une coopération franco-chinoise et sino-européenne

Une crainte que ne partagent pas Emmanuel Macron ni la plupart des gouvernements ayant succédé à Charles De Gaulle, qui, en 1964, avait été le premier chef d’Etat d’une puissance occidentale à rétablir les relations avec la Chine, admiratif de ce pays qui avait été pendant des siècles, disait-il, la « principale puissance de l’univers ».

C’est dans son intervention à Xi’an, point de départ des anciennes routes de la soie vers l’Occident, qu’Emmanuel Macron a lancé un véritable plaidoyer en faveur d’une coopération gagnant-gagnant avec la Chine :

Depuis longtemps, la Nation française s’est contemplée au miroir de la Chine, en elle se sont agrégés au fil des siècles la pensée, la poésie, l’art, mais aussi une réflexion sur la guerre, le pouvoir, la vie humaine et tout un imaginaire d’aventures et de voyages autour de marchandises extraordinaires et de découvertes singulières.

Emmanuel Macron s’est alors employé à dessiner les contours et les règles réciproques d’une relation nouvelle avec la Chine qui soit gagnant-gagnant. Il l’a fait en tressant dans son discours les concepts d’intelligence, de justice et d’équilibre partagés qui devraient désormais fonder le nouveau partenariat franco-chinois.

L’intelligence au service de tous

D’abord il appela la Chine, la France et l’Europe à mettre leur intelligence « au service du meilleur », une intelligence comprise au sens politique large, mais aussi un appel à aller ensemble dans des domaines qui intéressent au plus haut point leurs nations : l’éducation, la formation, la recherche, un grand partenariat dans le numérique et dans l’intelligence artificielle.

Emmanuel Macron a proposé la création d’un grand institut européen conjoint de sinologie, inspiré de la tradition d’excellence de la sinologie française, et la multiplication de projets culturels conjoints comme l’exposition du Musée Guimet à Paris sur les trésors de la dynastie des Han, et de projets consacrés à l’histoire et l’actualité des Routes de la soie qui pourraient voir le jour prochainement à Paris.

Il a aussi fortement encouragé l’étude du français, cinquième langue la plus parlée au monde et qui sera parlée par 700 millions de personnes au milieu du siècle, dont 85 % en Afrique.

Un impératif de justice dans le monde

C’est ici que notre président est allé le plus loin dans l’autocritique occidentale. Mettant l’accent sur la justice sociale, il a reconnu que la Chine avait effectivement réussi à sortir de la pauvreté 700 millions d’habitants. La lutte contre la pauvreté est aussi un défi pour le monde occidental, a-t-il noté, « qui vit aujourd’hui une crise du capitalisme mondialisé, qui a, durant les dernières décennies, fait exploser les inégalités sociales et la concentration des richesses ».

Emmanuel Macron a ensuite évoqué la politique de la Chine en Afrique, plaidant, là encore, pour plus de justice. « La Chine y a beaucoup investi ces dernières années, sur les infrastructures, les matières premières, avec une force de frappe financière que les pays européens n’ont pas. »

S’il « appelle de ses vœux cet engagement de la Chine en Afrique », c’est pour bâtir des projets « utiles à la croissance du continent, financièrement soutenables, (…) parce que nous ne devons pas reproduire les erreurs du passé consistant à créer de la dépendance politique et financière, sous prétexte de développement. (…) La France a l’expérience d’un impérialisme unilatéral en Afrique qui a parfois conduit au pire, et aujourd’hui, alors que ces Nouvelles Routes de la soie sont en train de s’ouvrir, je pense que le partenariat entre la France et la Chine peut permettre d’éviter de répéter ces erreurs. »

Déséquilibre mondial,
rétablissement du droit international

Évoquant un passé émaillé de périodes de tension, d’hégémonie, voire même de volonté impérialiste des deux côtés, Emmanuel Macron souligne cependant que c’est leur rapport à « l’universalisme » qui unit nos deux pays et qui fait « qu’ils sont toujours conduits à penser les équilibres du monde. »

Après un tour d’horizon sur la question de la Corée du Nord, où les positions sont proches, il a traité de la lutte contre le terrorisme, faisant là aussi son mea culpa et renonçant aux « politiques de changement de régime » sous prétexte d’ingérence humanitaire :

La France ne défendra pas des solutions militaires qui se feront contre la souveraineté des peuples. (…) Nous devons tirer tous les enseignements des erreurs du passé. A chaque fois que nous avons voulu porter le vrai ou le droit contre les peuples eux-mêmes, nous nous sommes trompés et avons parfois produit des situations pires encore. Ce fut l’Irak, la Libye aujourd’hui.

Nouvelles Routes de la soie :
contre toutes les suprématies

Emmanuel Macron a gardé pour la fin le plat de résistance des Nouvelles Routes de la soie, sous forme d’un plaidoyer pour un nouveau multilatéralisme, une coopération équilibrée qui devrait être la base même de la coopération avec ce grand projet chinois.

S’adressant aux principaux acteurs de la politique mondiale, Macron a, à sa manière, plaidé pour un ordre débarrassé de toute géopolitique et régi par des relations gagnant-gagnant :

Il ne saurait être une suprématie déguisée et il ne saurait être le conflit entre des suprématies concurrentes. Tout notre art (…) ne sera pas là un art de la guerre mais un art de la coopération équilibrée pour assurer sur le plan géostratégique, politique et économique cette harmonie dont notre monde a besoin.

M. Macron s’est dit prêt à travailler aux objectifs de la Nouvelle Route de la soie, proposant même la méthode pour vaincre les méfiances : « C’est une confiance qui se définit à tâtons. C’est le fait de dire qu’on décide de faire un pas puis l’autre et qu’on le décide ensemble. »

Ce projet de Nouvelles Routes de la soie peut rejoindre nos intérêts, si nous nous donnons vraiment les moyens d’y travailler ensemble.

Car, a-t-il expliqué,

ces routes sont toujours en partage. Il doit y avoir des allers et des retours (…) Je suis ainsi prêt à travailler aux objectifs affichés. Les programmes d’infrastructures routières, ferroviaires, aéroportuaires, maritimes, technologiques le long des Routes de la soie peuvent apporter des éléments de réponse au déficit d’infrastructures, notamment en Asie, et créer des perspectives dans des secteurs tels que le transport, la gestion de l’eau et des déchets, la ville durable, l’économie verte. La mise en commun de ressources financières, publiques et privées, autour de projets transfrontaliers peut renforcer la connectivité entre l’Europe et l’Asie et, au-delà, jusqu’au Moyen-Orient et en Afrique, permettre de mieux intégrer, structurer, décloisonner par le commerce la croissance.

Face à la fatigue occidentale,
un nouvel imaginaire de civilisation

Pour Emmanuel Macron, l’un des grands mérites de ces Routes de la soie est qu’elles « réactivent un imaginaire de civilisation [et] montrent à tous ceux qui pensaient que nous étions dans un monde fatigué, post-moderne, où les grandes histoires étaient interdites, que ceux qui décident de vivre des grandes histoires peuvent faire rêver les autres. »

Au cœur de cet imaginaire, le petit panda offert par la Chine à la France, au nom des plus évocateurs : Yuang Meng, c’est-à-dire « l’accomplissement d’un rêve ».

Nous vivons un temps où la France et la Chine peuvent se permettre de rêver ensemble, a conclu Emmanuel Macron.

Nous sommes la mémoire du monde, il nous appartient de décider d’en être l’avenir.

Une avalanche d’accords

JPEG - 252.7 ko
A Beijing, au centre spatial chinois, Emmanuel Macron se fait offrir une maquette du satellite franco-chinois d’observation océanique.

Comme à chaque voyage présidentiel, la presse française s’interroge : combien cela va-t-il nous rapporter ?

En effet, cela va se concrétiser par la vente d’airbus, d’une usine de retraitement de déchets nucléaires et la levée de l’embargo sur la viande bovine dans les six mois à venir.

En clair, entre 30 et 40 milliards d’euros de profits en perspective et des milliers d’emplois pour les Français, en France et dans le monde.

Mais lorsqu’on regarde en détail, il y a tellement plus et de plus excitant en termes de partenariats à nouer et de champs de connaissance et de coopération à conquérir ensemble.




Accords commerciaux signés en présence des Présidents Xi Jinping et Emmanuel Macron :

  • Memorandum of Commercial Agreement relatif à une coopération dans une usine de retraitement dans le nucléaire civil (AREVA/CNNC) ;
  • Protocole pour le développement d’une coopération stratégique globale (AREVA/CNNC) ;
  • Accord de coopération dans la recherche nucléaire (CEA/CGN) ;
  • Accord de coopération dans le domaine spatial (Dassault Systèmes/CASC) ;
  • Accord de concession d’un projet d’énergie à Sanya (EDF/municipalité de Sanya) ;
  • Accord-cadre pour le déploiement de solutions intelligentes de téléassistance aux personnes âgées sur un réseau télécom base-consommation (SIGFOX).

Accords institutionnels :

  • Memorandum d’entente relatif à la création d’un Conseil d’entreprises franco-chinois ;
  • Arrangement administratif relatif à l’établissement de dispositifs de parcs nationaux en Chine ;
  • Lettre d’intention pour la coopération sur la construction d’une usine de retraitement et de recyclage en Chine (CEA/Chinese Atomic Energy Authority - CAEA) ;
  • Accord-cadre entre le CNES et la CAS (Académie des sciences chinoise) sur la promotion des activités en coopération dans l’espace ;
  • Accord relatif à la coopération pour la promotion des échanges de talents et de la coopération entre les deux pays ;
  • Plan d’action (2018-2020) en matière de protection de l’environnement ;
  • Protocole d’entente entre l’Agence Française de Développement (AFD) et la China Development Bank (CDB) ;
  • Arrangement administratif en matière de coopération dans le domaine de la santé ;
  • Mémorandum de coopération entre Airbus SAS et la Commission Nationale pour le Développement et la réforme (NDRC) sur l’activité industrielle concernant l’A320 ;
  • Déclaration conjointe en matière de l’intention de l’approfondissement de coopération dans le domaine agricole ;
  • Accord de coopération entre la Standardization Administration of China (SAC) et l’Association française de normalisation (AFNOR) ;
  • Mémorandum d’entente en matière de coopération sur l’économie du vieillissement ;
  • Arrangement administratif dans le domaine de la protection du patrimoine ;
  • Mémorandum de coopération pour l’établissement d’une université franco-chinoise de l’aviation à Hangzhou (Ecole Nationale d’Aviation Civile).

Accords commerciaux signés en présence des ministres :

  • Memorandum de coopération entre EUTELSAT et CHINA UNICOM pour l’établissement d’un réseau Wifi global pour l’aviation ;
  • Memorandum d’entente entre BPI, CHINA DEVELOPMENT BANK et CATHAY CAPITAL relatif au lancement d’un fonds d’investissement conjoint ;
  • Memorandum de coopération entre SCHNEIDER ELECTRIC et China National Machinery Industry Corp. (SinoMach) ;
  • Accord-cadre de coopération du projet base nature, écologique, scientifique et culturelle des Pandas géants à Chengdu (MUSEE DEYROLLE) ;
  • Contrat de fourniture de services par SODEXO pour HUAWEI ;
  • Contrat de construction d’une unité de production de gaz industriels pour SEMI MANUFACTURING INTERNATIONAL CORPORATION (SMIC) – fabrication de circuits intégrés ;
  • MoU en vue de la création d’une société de crédit à la consommation (BNP PARIBAS) ;
  • Partenaire stratégique entre l’OREAL et le parc industriel de SUZHOU pour une usine neutre en carbone ;
  • Création d’une co-entreprise entre ECM Technologies et Ganshang Technology dans le domaine du photovoltaïque ;
  • Accord de concession à EDF d’un réseau de chaleur par biomasse à Sanmenxia-Lingbao (province du Henan) ;
  • Accord de coopération stratégique entre ORPEA et Taiking Life Insurance portant sur la création et la gestion des structures existantes et l’extension des capacités d’accueil de l’EHPAD de Nanjing ;
  • Accord de coopération industrielle entre AIRBUS et les autorités de Tianjin pour augmenter la production de la chaîne d’assemblage finale d’A320 de 4 à 6 appareils par mois ;
  • Vente de moteurs aéronautiques turboréacteurs CFM (SAFRAN) à Xiamen Airlines ;
  • Contrat d’achat, de services et de maintenance entre CFM (SAFRAN) à Spring Airlines ;
  • Vente de moteurs aéronautiques turboréacteurs CFM (SAFRAN) à Hainan Airlines ;
  • Contrat de fourniture par Thales du système de divertissement en vol (IFE) pour 60 avions de Hainan Airlines ;
  • Protocole d’intention (LOI) entre Quechen Silicon Chemical International Development Company Ltd, GRAND PORT MARITIME DE MARSEILLE, Kem One et Provence Promotion ;
  • Parc franco-chinois d’enseignement scientifique (CCI FINISTERE) ;
  • Mémorandum de coopération avec LinYang Energy portant sur le développement de réseaux photovoltaiques distribués dans la province du Jiangsu (ENGIE)

Source : Site de l’ambassade de France à Beijing

Fusion nucléaire

JPEG - 1.8 Mo
Signature d’une déclaration intergouvernementale : debout, à gauche, le ministre français des Affaires étrangères M. Jean-Yves Le Drian et, debout, à droite, Mme Yandong Liu, vice-présidente de la République populaire de Chine. Assis, à gauche, l’Ambassadeur de France, M. Jean-Maurice Rippert et, à droite, M. Zhigang Wang, Vice-Ministre du Most.

A cela il faut ajouter la signature à Beijing, les 23 et 24 novembre, en marge de la réunion de haut niveau préparant le voyage d’Emmanuel Macron, d’un accord majeur sur la coopération franco-chinoise dans le domaine de la fusion thermonucléaire contrôlée, pour la création entre le CEA, les autorités chinoises et les instituts de recherche les plus avancés dans ce domaine en Chine, d’un centre franco-chinois sur l’énergie de fusion (SIFFER, Sino-French Fusion Energy Center).

Accompagnée d’une Déclaration politique intergouvernementale signée en présence de M. Jean-Yves Le Drian, notre ministre des Affaires étrangères, et de Madame Liu, vice-présidente de la République populaire de Chine, cet accord promeut la recherche dans ce domaine au plus haut niveau politique, renforçant ainsi la coopération déjà engagée par le CEA et les instituts chinois de recherche travaillant sur la fusion nucléaire, notamment sur ITER à Cadarache en France.

Rappelons qu’à masse égale, la fusion d’atomes légers comme l’hydrogène libère une énergie près de quatre millions de fois supérieure à celle d’une réaction chimique telle que la combustion du charbon, du pétrole ou du gaz, et quatre fois supérieure à celle des réactions de fission nucléaire.

Écrire un commentaire

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Déplier les commentaires||Replier les commentaires
Rejoignez la mobilisation !

La chronique du 23 mai le monde
en devenir

Le forum des 14 et 15 mai à Beijing sur la « Nouvelle route de la soie » nous rappelle que le monde est réellement en marche ! Par-delà la frénésie des médias toujours prêts à vous vendre la peur de la Chine, vous devez comprendre la portée de cette dynamique.

En savoir plus

Don rapide