www.solidariteetprogres.org | BP27 92114 Clichy cedex | 01 76 69 14 50

Accueil >Actualité >Empire britannique

Gérard Schivardi, ombre synarchiste sur le mur du Parti des Travailleurs

4415 visites

Parfois avec un peu de honte, généralement la mort dans l’âme, des maires nous ont fait part de leur désolation. Ils, et elles, s’étaient « engagé(e)s sur l’honneur » à accorder leur parrainage pour l’élection présidentielle à Jacques Cheminade.

En dernière minute, ces maires ont cédé suite à des visites impromptues à répétition d’équipes de « militants » au regard impérieux, réclamant une signature, souvent « sans discussion », et calomniant Cheminade. Si l’extrême droite n’a jamais fait dans la dentelle, ses cousins musclés d’extrême gauche ne sont pas en reste.

Pour comprendre ce phénomène, nous avons enquêté ici sur l’histoire du Parti des Travailleurs, dont les 6000 adhérents ont réuni les parrainages de Gérard Schivardi à force de méthodes « insistantes ».

Puisque nous croyons les hommes libres et perfectibles, nous appelons les éléments les plus honnêtes et responsables de ces mouvements - dont les idées qu’ils affichent sont souvent estimables - à procéder à un petit nettoyage de printemps surtout bénéfique à leur propre maison.

Contre Maastricht, contre le pacte de stabilité, pour la défense de la République et des services publics ! Défendons nos communes contre l’intercommunalité forcée ! Défendons l’Etat-nation contre les empires !

Apparence fort trompeuse, bien qu’excellente analyse et prise de position que nous partageons en grande partie, si elle n’était pas formulée uniquement en vue de capter et émasculer ceux qui s’y reconnaissent !

Voilà la raison d’être de ce que certains considèrent comme une particularité de l’exception française : l’étonnante existence de trois « chapelles » trotskystes distinctes au pays de Descartes.

Ce qu’elles ont de commun, c’est la dissimulation. Si les partis trotskystes prétendent que leur ligne politique est le fruit d’une discussion collégiale « entre camarades », la réalité est tout autre.

Chez Lutte ouvrière (LO), derrière Arlette Laguiller, « la petite employée de banque », on trouve la poigne de Robert Barcia, alias Hardy ; chez la Ligue communiste révolutionnaire (LCR), derrière le « petit facteur » Olivier Besancenot veille le renard rusé Alain Krivine ; et chez le Parti des Travailleurs (PT), derrière le « petit maire » Gérard Schivardi se trouve Daniel Gluckstein, lui-même faux nez de Pierre Lambert, alias Boussel.

Est-ce un crime d’être, ou d’avoir été, trotskyste ? Non, d’ailleurs l’économiste démocrate américain Lyndon LaRouche n’a jamais caché son appartenance pendant un temps au Socialist Workers Party (SWP) américain à l’époque où ce courant s’opposait avec un courage certain à la psychose anti-communiste du sénateur Joseph McCarthy.

Pierre Boussel, alias Lambert

Cependant, Pierre Boussel n’est pas vraiment de la même espèce. Né en 1920 dans une famille d’émigrants russes, il rejoint à l’âge de 14 ans les jeunes socialistes de la Seine et se fait recruter par la maigre petite centaine de trotskystes qui peuplent alors le paysage politique français. Boussel travaille à l’époque comme facteur auxiliaire tout en poursuivant ses études d’histoire. En 1938, il rejoint le Parti communiste internationaliste (PCI) fondé par Raymond Molinier. Ce dernier, avec Pierre Frank, avait rencontré Léon Trotsky en Turquie en 1929.

Les trotskystes pratiquent l’entrisme à tout va, c’est-à-dire la politique de l’agent double, reposant sur l’idée que celui qui pénètre peut influencer sans se faire influencer. Il ne s’agit jamais de gagner l’autre à sa conviction, mais d’infiltrer pour posséder, contrôler, dominer, et à défaut, diviser et détruire. Au nom de cette doctrine cynique, tout deviendra possible.

« Défaitisme révolutionnaire »

1940. Pendant que la plupart des dirigeants trotskystes français fuient à l’étranger, Henri Molinier, frère aîné de Raymond (parti en Angleterre), prend le contrôle du PCI et se lance dans la pénétration des mouvements collaborationnistes « de gauche » sans oublier ceux de droite et d’extrême droite. Molinier pense que le pacte germano-soviétique a ouvert une nouvelle voie vers le socialisme révolutionnaire. Il ne « voit de solution que dans les organisations fascistes et staliniennes qui naîtront du triomphe du pacte germano-soviétique. »

Le 15 février 1940, Pierre Boussel, alors soldat de deuxième classe, est arrêté avec d’autres militants se réclamant de la quatrième Internationale trotskyste. Boussel sera condamné à trois ans de prison, mais libéré à la faveur de l’invasion allemande.

Selon la police, il se réclame du « marxisme-léninisme intégral », du « défaitisme révolutionnaire » et de « l’anti-militarisme ». Cette doctrine est développée par le PCI qui refuse toute participation à la Résistance et affirme que « derrière un soldat nazi se cache un travailleur allemand » et qu’une « insurrection de la France contre l’oppresseur allemand ne peut être aujourd’hui qu’une insurrection de la classe réactionnaire » (La Seule Voie n°4, août 1942). La presse trotskyste, comme d’ailleurs la presse collaborationniste, n’hésite pas à qualifier De Gaulle d’agent de la City de Londres à la solde de l’impérialisme britannique.

Boussel sera encore aux côtés de son maître à penser Henri Molinier quand celui-ci pénètre le Rassemblement National Populaire (RNP) de Marcel Déat. Henri Molinier réussit à gravir les échelons et prendra même la parole lors d’un congrès du RNP. Marcel Déat était un député socialiste de la SFIO (courant « néo ») qui passera du socialisme au collaborationnisme et terminera sa carrière en 1944 comme ministre du Travail et de la Solidarité du gouvernement de Vichy.

Se disant d’inspiration socialiste et européenne, le RNP se destine à « protéger la race » et à collaborer avec l’Allemagne nationale-socialiste. Les nazis imposeront par la suite une fusion entre le RNP de Marcel Déat et le Mouvement social révolutionnaire (MSR) d’Eugène Deloncle, héritier de cette métastase de la synarchie qu’était le mouvement d’extrême droite dénommé la Cagoule. On y trouve également l’industriel Eugène Schueller, fondateur de L’Oréal, qui sera relaxé en 1945 grâce aux témoignages de François Mitterrand et d’André Bettencourt.

Si cette fusion entre ex-socialistes et fascistes peut nous surprendre aujourd’hui, il faut savoir que Marcel Déat et son RNP ont bénéficié d’un soutien massif de l’épine dorsale de la synarchie française, la banque Worms. Le directeur de cabinet de Déat était d’ailleurs Georges Albertini, qui sera récupéré par Hippolyte Worms en 1948 pour reprendre l’Institut d’Histoire sociale (IHS), fondé par l’anti-bolchevique Boris Souvarine en 1935.

Notons qu’Allan Dulles, aux commandes des services secrets américains dans l’après-guerre, a récupéré un certain nombre de criminels nazis et de collaborationnistes de toute sorte. Ce fut également le cas pour Marcel Déat du RNP. On peut lire dans les archives des RG (du 11 avril 1946, GA, S 3), que « ...Marcel Déat, après s’être réfugié dans le Tyrol autrichien, se trouve actuellement à Rome, placé sous la protection des autorités américaines... »

C’est sans doute en pénétrant le RNP-MSR que Boussel a pris un certain goût à valser avec le diable. Et avec le diable, on ne discute pas, on crée des rapports de force.

Création de Force ouvrière

Après la guerre, du fait de son comportement « trouble » pendant cette période, Boussel, accusé d’être un « hitléro-trotskyste », sera exclu de la CGT. Dans cette période, le « groupe Molinier » deviend un instrument de la synarchie financière anglo-américaine, pour lutter contre le contrôle exercé sur le Conseil national de la Résistance (CNR) par l’alliance entre gaullistes et communistes. Pour contrer le « péril communiste », la synarchie financière met sur pied un réseau de confédérations syndicales « libres », un effort qui va de pair avec celui de la « guerre froide culturelle » menée par le Congrès pour la liberté de la culture (CLC). L’homme charnière de cette opération est le mafieux Irving Brown, simultanément délégué en Europe de la puissante American Federation of Labor (AFL) et du CLC. Brown, qui opère directement de concert avec Allan Dulles, de la CIA, lance la Confédération internationale des syndicats libres (CISL).

Ainsi, quand, en 1947, la CGT est secouée par de fortes dissensions internes, Brown prend contact avec son secrétaire général, Léon Jouhaux, de retour de déportation. Défenseur de la Charte d’Amiens (1906), favorable à l’indépendance syndicale vis-à-vis des partis politiques, c’est Jouhaux qui, avec le soutien de Brown, provoque la scission qui donnera naissance à CGT-Force Ouvrière, dont il sera le premier président.

Un article de Paul Labarique affirme qu’« un groupe de militants anti-soviétiques joue un rôle central dans cette scission : il s’agit de trotskystes récupérés par le stay-behind. [1]

Pendant la Seconde Guerre mondiale, après la rupture du pacte germano-soviétique, ils avaient fait le choix, autour d’Henri Molinier, de la lutte contre Staline en adhérant à l’ultra collaborationniste Mouvement social révolutionnaire (MSR) d’Eugène Deloncle et Eugène Schueller. Sous l’impulsion d’Irving Brown, ils constituent en 1953 un nouveau parti, le MPTT [ancêtre du PT], autour de Pierre Boussel-Lambert. Ces militants obtiennent bientôt des emplois dans les Caisses d’assurance-maladie et se consacrent à l’encadrement de FO. »

Notons au passage qu’Irving Brown se vantait fièrement d’avoir présidé à la formation de Jean-Christophe Cambadélis (« Kostas »), ancien président du syndicat étudiant UNEF-ID, et à celle de Lionel Jospin (« Michel »), formé par le freudo-marxiste Boris Fraenkel, disciple de Wilhelm Reich, plus tard voué aux gémonies par un Boussel plutôt petit père la pudeur.

Le Parti des travailleurs sur tous les Fronts

Le passé multicolore et caméléonesque de Pierre Boussel a conduit le journaliste Christophe Bourseiller au constat pertinent qu’on peut très bien être « lambertiste » sans jamais avoir été trotskyste. Au sein même du Parti des travailleurs cohabitent des courants multiples, et à l’extérieur, la nébuleuse lambertiste semble avoir réussi à pénétrer l’ensemble des partis politiques.

Les lambertistes ne sont pas, en effet, à une contradiction près. Bien qu’ils ne jurent que par la défense de la République, Maurice Joyeux, un des grands architectes de la Fédération anarchiste (FA), structurée autour du journal Le Monde libertaire, est connu comme un « copain » de Boussel...

Mais les liaisons entretenues par certains courants lambertistes avec l’extrême droite et avec des éléments de la Libre-Pensée sont plus troublantes encore. Le cas du sulfureux Alexandre Hébert, secrétaire général de l’Union départementale de FO Loire-Atlantique, de 1947 à 1992, est révélateur de ces courants.

Vieux compagnon de route de Boussel et réputé toujours membre du comité central du Parti des travailleurs, Hébert est, avec Joachim Salamero, l’actuel président de la Fédération nationale de la Libre-Pensée, le fondateur de l’Union des anarcho-syndicalistes (UAS).

Pourtant, Hébert n’a jamais caché ses sympathies pour le Front national ni pour son ami Jean-Marie Le Pen. L’Union rationaliste qui présente Hébert comme le « fondateur de la CGT-Force ouvrière », « héritier à la fois de Proudhon, Bakounine, Poget et Stirner » et comme « un des derniers représentants historiques de l’anarcho-syndicalisme en France. », publie sur son site une interview du même Hébert à la revue du Front national, Français d’abord !

Ajoutons que la biographie d’Hébert fut écrite par un certain Joël Bonnemaison, ancien responsable du Front national devenu depuis dirigeant du PT... et animateur avec Hébert et Joachim Salamero de l’Union des anarcho-syndicalistes. Lors du mariage de Joël Bonnemaison, on s’étonna que les témoins des mariés fussent Alexandre Hébert et Jean-Marie Le Pen !

Ses liens avec Le Pen n’interdisent pas ceux avec son frère ennemi, Philippe de Villiers. En effet, après avoir été écarté de FR3 Nantes, c’est à la demande de Philippe de Villiers que Bonnemaison aurait été affecté en Vendée (Libération du 1 février 99). Notons que la pratique courante de l’entrisme donne à ces milieux de puissants relais dans les médias. Si Bonnemaison officiait à FR3, Hébert fut aussi rédacteur en chef de l’Ouest syndicaliste, une revue de Force ouvrière, et responsable national du Syndicat général des journalistes (SGJ). François Boussel, fils de Pierre, fut pendant un temps délégué FO à l’AFP.

N’oublions pas, enfin, l’amitié de Hébert pour feu Robert Hersant, qu’il a connu aux Jeunesses socialistes en 1936 et qu’il continua à fréquenter lorsqu’il devint propriétaire et directeur du Figaro.

Face à ce mélange des genres, la direction nationale de FO a été obligée de corriger le tir et de rappeler qu’ « aucun dirigeant de FO n’est habilité à entretenir des contacts avec le FN, dont elle dénonce régulièrement le racisme, l’antisémitisme et la xénophobie ».

Libre-Pensée contre Cheminade ?

Revenons à Joachim Salamero, président de la Fédération nationale de la Libre-Pensée. Rien d’étonnant à ce que les marxistes entretiennent des liens avec les libres-penseurs, car sur le plan historique, ce mouvement fut instrumental dans la création de la Première Internationale à Londres 1864, celle de Marx, Bakounine et Engels. Mais, selon certaines sources, les lambertistes auraient pris le contrôle de la Libre-Pensée, dont on les soupçonne même d’avoir récupéré d’importants biens immobiliers. On dit même qu’Hébert et Bonnemaison ont mis la main sur la section départementale de l’Union rationaliste de Loire-Atlantique (44).

Or, pure coïncidence ou pas, c’est au sein de l’Union rationaliste que l’on voit une petite poignée d’individus s’agiter contre Jacques Cheminade et le courant associé à Lyndon LaRouche. Deux cas méritent d’être signalés :

  • Catherine Picard, présidente de l’ADFI (une ex-trotskyste, selon certains) et Anne Fournier, de la MIVILUDES. Toutes deux grandes combattantes anti-sectes, elles trouvent dans l’Union rationaliste auditoires et opportunités de publication. (Voir la revue de l’Union rationaliste, Raison présente, n° 143 sur les sectes.) Si en privé elles affirment combattre Cheminade parce qu’elles le croient (à tort) « d’extrême droite », en public elles le présentent comme le gourou d’une « secte ».
  • Guillaume Lecointre, chercheur et professeur au Musée d’histoire naturelle et ancien chroniqueur scientifique pour Charlie Hebdo, où il écrivait en juillet 2003, avec Jérôme Ségal, un article attaquant le travail scientifique de Cheminade et LaRouche sous le titre « Science, la revue des confusions... distribuée dans les facs ! » Son travail est mis de l’avant sur le site de l’Union rationaliste où l’on trouve aussi un éloge de sa démarche sous la plume de Michel Naud, grand ami d’Alexandre Hébert, l’ami de Le Pen...

So Bright !

Comme Alexandre Hébert, Guillaume Lecointre a récemment fait son « coming out » (on révèle au monde sa nature intime), en tant que « Bright », c’est-à-dire adepte d’une secte darwinienne pseudo-scientifique se prétendant les héritiers des « Lumières ». Le réseau des Brights, qui réunit naturalistes, athées et rationalistes, fait de Darwin un dieu et refuse toute critique du modèle darwinien de l’évolution. Une des figures animant cette nébuleuse est l’évolutionniste athée anglais Richard Dawkins, surnommé le « rottweiler de Darwin ». Auteur du livre Le gêne égoïste, Dawkins est vice-président de la British Humanist Association, filiale de l’International Humanist and Ethical Union (IHEU) fondée par Julian Huxley. A son tour, la Libre-Pensée française se réfère à l’IHEU.

Ainsi le 24 janvier 2005, Alexandre Hébert, écrivait dans sa revue L’Anarcho-syndicaliste : « Je suis un anarchiste individualiste... Je suis un Bright ».

L’attachement d’Hébert au darwinisme social ne devrait surprendre personne si on lit attentivement la citation de « la lettre aux anarchistes » de Fernand Pelloutier, qu’Hébert donne en introduction à son article : « Nous sommes en outre ce qu’ils ne sont pas : des révoltés de toutes les heures, des hommes vraiment sans dieu, sans maîtres, sans patrie, les ennemis irréconciliables de tout despotisme, moral ou matériel, individuel et collectif, c’est-à-dire des lois et des dictatures (y compris celle du prolétariat) et les amants passionnés de la culture de soi-même. »

Philosophiquement, et certains de nos amis communistes, anarchistes et trotskystes devraient y réfléchir, nous condamnons sans hésiter cette philosophie individualiste orientée vers soi-même et non vers l’élévation de l’autre. Car c’est le pessimisme inhérent à cet individualisme dévoyé qui enferme l’homme dans un monde de rapports de force et de violence au lieu de le libérer.

Concernant le Parti des travailleurs, l’hypothèse séduisante d’un animateur (méfiant) de la CNT nous semble assez proche de la vérité :

Un service de renseignement n’aurait-il pas tout intérêt à infiltrer un tel groupe ? Quoi de mieux pour observer et diviser syndicats et autres organisations que de pénétrer un collectif qui justement applique une telle stratégie ? On ferait ainsi d’une pierre deux coups en infiltrant le parti lambertiste et les associations que lui-même infiltre...

Biographie succincte :

  • « Le national-trotskysme » (internet).
  • Site internet de l’Union rationaliste, section de Loire-Atlantique.
  • Michel Naud, note de lecture d’« Alexandre Hébert, 50 ans de luttes syndicales », de Joël Bonnemaison.
  • Annie Lacroix-Riz, La Banque Worms, Boris Souvarine, Georges Albertini et l’Institut d’Histoire sociale.
  • Paul Labarique, « AFL-CIO ou AFL-CIA ? », site internet du Réseau Voltaire.
  • Entretien avec Alexandre Hébert, site internet des Jeunes laïques.
  • Christophe Forcari et Didier Hassoux, « Quand l’Elysée s’acoquine avec les trotskistes », Libération, 6 février 2002.
  • Christophe Bourseiller, Cet étrange Monsieur Blondel. Enquête sur le syndicat Force Ouvrière.

[1Le réseau de Stay-behind est une structure clandestine de l’OTAN créé après la Deuxième Guerre mondiale pour parer à une menace d’invasion soviétique. Connu aussi sous le nom du Glaive, ou Gladio en Italien. Irving Brown en faisait partie.

  • 2525€
  • 5050€
  • 100100€
  • 250250€
  • 500500€
  • 10001000€
  • 20002000€
 
Page spéciale
Guerre mondiale, il est minuit moins cinq

La City et Wall-Street fomentent la guerre pour éviter la refonte des institutions financières. Il nous faut changer la donne afin d’empêcher que la situation dégénère en catastrophe nucléaire.

En savoir plus
Le choix de l'auteur
Autres articles
Plus d'articles

« Le parti a pour objet de combattre, en France et dans le monde, pour la paix par le développement économique et l'égalité des chances et contre l'usure financière et les idéologies du sol, du sang et de la race. Il défend pour chacun et entre les peuples le progrès matériel, intellectuel et moral. A cet effet, il participe à la vie politique de notre pays, notamment lors des échéances électorales. Il peut apporter son soutien politique et financier à des partis et associations dont l'objet concorde avec celui-ci. »

Extraits des statuts - Article 2 - Objet