Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire Flash : 2 décembre - François Fillon veut six fois moins de communes et zéro départements Lire
Accueil Actualité

Gerry Adams : avec la spoliation des dépôts chypriotes, le Rubicon a été franchi

La rédaction
visites
400

Le président du Sinn Fein et chef de l’opposition irlandaise Gerry Adams a prévenu que la confiscation des dépôts bancaires de moins de 100 000 euros par les autorités européennes « jette une lumière nouvelle sur la déclaration du président de la BCE Mario Draghi en juillet dernier, que sa banque fera tout ce qu’il faut pour sauver l’euro. Il semble maintenant que ceci inclut de saisir les épargnants et possiblement ceux ayant moins de 100 000 euro en banque. »

Adams a critiqué le gouvernement irlandais pour avoir accueilli favorablement cette décision.

C’était une erreur. Le Parlement chypriote l’a rejetée, mais le mal a été fait. Pourquoi les investisseurs, surtout les plus importants, devraient-ils faire confiance à l’Union européenne ou à la BCE ? La peur de voir les comptes en banque pris d’assaut (bankrun) à l’avenir a été renforcée par le Président de l’eurogroupe, qui a suggéré avant de se rétracter par la suite que le renflouement de Chypre pourrait devenir le modèle pour l’avenir.

Plutôt que d’aider les gens de l’île, on les a intimidés puis accusés d’être les responsables de leurs propres malheurs. Autant pour la solidarité européenne ! On ne voit pas de telles accusations lancées à l’encontre des Etats plus grands lorsqu’ils se retrouvent en difficulté. L’accord de renflouement révisé signifie que les créanciers obligataires vont être frappés aussi bien que les épargnants de plus de 100 000 euros. Même si j’approuve la décision de ne pas s’en prendre aux épargnants de moins de 100 000 euros, la réalité est que le Rubicon a été franchi.

Contactez-nous !