Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire Flash : 2 décembre - François Fillon veut six fois moins de communes et zéro départements Lire
Accueil Actualité

Glaziev : face aux sanctions, la Russie prépare sa mobilisation économique

La rédaction
visites
3071
JPEG - 165.5 ko
L’économiste russe Sergueï Glaziev est en contact avec l’économiste américain Lyndon LaRouche depuis plusieurs années. Il est aujourd’hui conseiller du Président russe pour l’Intégration économique régionale.
Crédit : Ria Novosti

Sergueï Glaziev, l’un des économistes russes les plus talentueux, conseiller important aujourd’hui auprès de Vladimir Poutine, a déclaré à Bloomberg le 9 août que la Russie répondra à l’escalade des sanctions et à la guerre économique déclarée par les États-Unis et par l’Europe contre la Russie, en renforçant sa production nationale et son autosuffisance et en créant « un système monétaire souverain... permettant de soutenir le progrès dans la science et la technologie ».

Dans l’entretien publié par Bloomberg sous le titre « Une guerre mondiale dans la pensée russe, un duel pour l’Ukraine selon les USA », Glaziev présente clairement la réorientation en cours de la Russie vers ce que nous pourrons appeler à juste titre une « économie de guerre », avec comme orientation centrale la science et la technologie avancée en tant que moteurs de développement de son économie physique. En tant que tel, ce projet neutralise, en effet, les scénarios cauchemardesques que font circuler depuis quelques jours des tueurs à gages politiques de l’Empire britannique et leur valet Obama, tels que Wolfgang Munchau du Financial Times ou Ambrose Evans-Pritchard du Daily Telegraph. Ceux-ci ont appelé à « écraser l’économie russe en plusieurs semaines », en lui niant tout accès aux systèmes de paiement internationaux, acte équivalant aux « bombes atomiques de la guerre financière ».

Glaziev a déclaré à Bloomberg : « Tâche N°1 : bloquer ces menaces contre notre sécurité économique qui nous viennent des États-Unis, les neutraliser en réduisant la dépendance de notre activité économique extérieure, aujourd’hui à la merci des politiciens américains dont l’agressivité menace le monde entier. »

Ce qui pourrait constituer notre principale riposte est la mise en œuvre d’un plan de développement à marche forcée de l’économie russe fondé sur un nouvel ordre technologique. Ce projet inclut une transition vers un nouveau système monétaire national, fondé sur des sources de crédit intérieures, une politique active d’innovation et un soutien au progrès dans la science et la technologie.

Selon Glaziev, ajouta Bloomberg, « afin de protéger son économie, la Russie devrait abandonner l’utilisation du dollar US comme monnaie de réserve. La Russie, dont les réserves internationales sont les cinquièmes du monde, a besoin de diversifier ses avoirs, en y incluant le yuan chinois, la roupie indienne et le réal brésilien.

Glaziev, rapporte encore Bloomberg, souligne l’importance pour la Russie d’une coopération économique avec la Chine, notant que « les États-Unis essaient de se renforcer aux dépens des autres, faisant obstruction à l’intégration eurasiatique et mettant en échec l’influence de la Chine. » Glaziev « perçoit le monde comme allant vers la guerre. Une guerre est menée contre la Russie, avec des sanctions économiques et des conflits militaires déboulant depuis l’Ukraine jusqu’à l’Irak. » Glaziev dénonce dans cette « série de guerres régionales », la volonté des États-Unis « de s’assurer le contrôle de toute l’Eurasie du Nord », afin de « renforcer sa position contre la Chine. »

Cette tentative se « retournera » contre eux, prédit Glaziev, pour qui les Occidentaux pourraient perdre jusqu’à 1300 milliards de dollars. Ceci inclut, selon l’économiste, la faillite possible de plusieurs banques et compagnies européennes, la hausse des prix de l’énergie, les pertes de compétitivité. « Les pertes rien que pour l’Allemagne pourraient atteindre 250 milliards d’euros, alors que les trois pays baltes seraient poussés au bord de la ‘catastrophe économique’  », a-t-il dit, « ajoutant que la Lituanie et la Lettonie perdraient l’équivalent de la moitié de toute leur production économique, et que les coûts pour l’Estonie atteindraient 50% de plus que son PIB ».

Bloomberg note que les mesures lancées par les États-Unis et l’Union Européenne contre la Russie, « ont fait à peine plus que durcir la mentalité d’assiégé du Kremlin, poussant des conseillers controversés comme Glaziev à l’avant plan dans le face à face de Poutine contre les adversaires de la guerre froide d’autrefois. » Sa stratégie consiste à construire des ponts avec la communauté internationale pour maîtriser un « leadership politique américain agressif, et paranoïaque ».

Contactez-nous !