www.solidariteetprogres.org | BP27 92114 Clichy cedex | 01 76 69 14 50

Accueil >Actualité >Espace

Gravity : l’espace plombé par Hollywood

1575 visites | 4 commentaires
JPEG - 79.1 ko

Rien que pour échapper à cette nouvelle sortie-propagande d’Hollywood, on aimerait pouvoir s’enfuir dans l’espace...

En féru d’exploration spatiale, je me précipite pour voir le film Gravity dès sa sortie, pour me retrouver pour la énième fois face à un flot d’invectives juste bon à démoraliser la jeune génération qui cherche une sortie par le haut – c’est bien le cas de le dire – à une « crise » qui n’a pas lieu d’être.

Avec, cerise sur le gâteau, un filon anti-russe et implicitement anti-chinois parfaitement prévisible.

L’histoire est d’une simplicité enfantine, comme tout ce qui sort de Hollywood.

Dans la bonhomie et la sérénité, une équipe d’astronautes américains effectue de la maintenance sur le télescope spatial Hubble... jusqu’à ce que les affreux Russes tirent un missile contre un de leurs propres satellites, provoquant une réaction en chaîne de débris spatiaux. Les conséquences vont naturellement se révéler apocalyptiques.

A chaque période de 90 minutes – le temps qu’il faut pour faire un tour d’orbite à l’altitude où se déroulent les événements – une vague de débris spatiaux portés par une énergie démoniaque détruit tout sur son chemin. A chaque tour d’orbite, quelque chose de nouveau vole en éclats, vient accroître la somme des débris. Après la navette américaine Explorer, c’est au tour de la Station spatiale internationale (ISS) d’être entièrement détruite, avant la station spatiale chinoise qui se désintégra dans un « glorieux » spectacle lors de son entrée dans l’atmosphère. Tous les grands équipements construits en orbite se trouvent balayés en 180 minutes : un nouveau 11 septembre en quelque sorte !

Tout ça, la faute aux Russes. Of course !

Dans le monde réel, se sont pourtant les Américains et l’OTAN qui construisent des systèmes de missiles intercepteurs, en dépit des protestations russes et chinoises.

A quelle réalité répond ce film ?

Tout d’abord, la diplomatie menée par une faction de militaires, d’industriels et de scientifiques tant aux Etats-Unis qu’en Europe occidentale, qui souhaiteraient répondre positivement aux propositions de collaboration mises sur la table par la Russie pour la mise en place d’une Initiative de défense de la Terre. L’idée est de faire face à diverses menaces, que ce soit des tirs de missiles, des astéroïdes ou des comètes. La chute récente de débris d’un astéroïde sur Tcheliabinsk illustre bien le problème auquel se trouve confrontée la planète.

C’est aussi la faction qui, en s’opposant à l’axe Obama-Hollande-Emir-du-Qatar, vient d’empêcher qu’un conflit local, en l’occurrence en Syrie, dégénère en affrontement mondial, y compris thermonucléaire.

Or, tout investissement dans l’industrie, dans la recherche ou dans l’espace représente des flux financiers qui n’iront pas au renflouement de banques se croyant omnipuissantes. Ces banques sont farouchement opposées, cinquante ans après l’assassinat de John F. Kennedy, à une renaissance de la pensée et de l’effort scientifique où que ce soit dans le monde, y compris en Inde, en Russie ou en Chine.

Parmi les armes déployées par ces financiers : Hollywood et sa fabrique à haine et à peurs irrationnelles.

Si les coûteux effets spéciaux mis en œuvre dans le sont remarquables et donnent envie de se rendre dans l’espace, le message est que l’exploration spatiale ne doit pas relever de la coopération internationale ni bénéficer à l’intérêt général. L’espace sera réservé au tourisme privé, aux ultra-riches blasés de leurs safaris en Afrique et à la recherche de nouvelles sensations fortes.

Avec ce nouveau monument de propagande cinématographique, Hollywood est descendue bien bas, plus bas que le cinéma russe à l’époque de Staline ou l’américain à l’époque du maccarthysme.

  • 2525€
  • 5050€
  • 100100€
  • 250250€
  • 500500€
  • 10001000€
  • 20002000€
 
Explorez les travaux de notre Groupe espace
Page spéciale
Non à la COP21, le sommet de la dépopulation !

Si le monde est réduit aux seules énergies renouvelables, qui par leur faible densité et leur caractère intermittent permettent de produire beaucoup moins que les combustibles fossiles et le nucléaire, la capacité d’accueil de la Terre se réduira brutalement à un milliard d’êtres humains !

En savoir plus
Le choix de l'auteur
Autres articles
Plus d'articles

Voir les 4 commentaires

Vos commentaires

  • Le 28 octobre 2013 à 00:33
    par xamdam

    Assez d’accord avec les commentaires précédents. Seule incongruité majeur que j ai relevé si les débris viennent de satellites sur la même orbite ils devraient tourner à la même vitesse... Je doute de la volonté d’y mettre un message subliminal, je le mettrai sur le même plan que les classiques grands films catastrophes. Grand écran 3D c’est géant la prouesse technique est remarquable,

    Répondre à ce message

  • Le 28 octobre 2013 à 11:05
    par tobby

    Merci de me raconter le dénouement, je voulais voir le film !
    Sinon, M. Samir, il semblerait qu’Odile Mojon a apprécié le film, à l’inverse de M. Chalifoux. L’avis de celui-ci ne représente donc pas celui de solidarité et progrès. Et, c’est tout à l’honneur de la rédaction de s et p que d’éditer des avis divergents au sein de leur mouvement.

    Répondre à ce message

  • Le 27 octobre 2013 à 20:41
    par Eric

    Contrairement à ce qu’a écrit Benoit Chalifoux, je trouve que ce film ne dénonce pas la coopération internationale, puisque l’héroïne doit son salut à son passage dans l’ISS sous contrôle russe (elle va même jusqu’à revêtir une combinaison d’astronaute russe sur laquelle le drapeau russe est bien visible et elle sait même lire le russe), puis à son arrivée dans une station spatiale chinoise.

    Répondre à ce message

  • Le 27 octobre 2013 à 19:20
    par Aouam Lyamine Samir

    Je suis vraiment triste pour vous, vous êtes incapable de voir un film sans lui plaquer votre grille de lecture basée sur des considérations géopolitiques. L’origine de l’effet boule de neige qui provoque les évènements de Gravity est un micro détail tellement sans importance face à la prouesse du film, la beauté des plans, le jeu des acteurs, le drame personnel du personnage principal, la réalisation révolutionnaire... et pourtant il prend les deux tiers de votre article. Moi aussi étant pro-russe ça m’a fait tiquer juste un poil de seconde mais pas au point d’en faire un monomanie.
    Et puis il faut arrêter de voir Hollywood comme une entité une et indivisible, c’est tellement enfantin et indigne de Solidarité et Progrès. il y’a des multitudes de personnalité différentes et en l’occurrence Alfonso Cuaron en est une ! Regardez son "Children of Men" !! Ce Monsieur est à part et totalement à l’opposé des idées néo cons.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Notez que votre message n'apparaîtra qu'après avoir été validé par notre équipe.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Vous pouvez utiliser les boutons pour enjoliver votre texte. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Déplier les commentaires||Replier les commentaires

« Le parti a pour objet de combattre, en France et dans le monde, pour la paix par le développement économique et l'égalité des chances et contre l'usure financière et les idéologies du sol, du sang et de la race. Il défend pour chacun et entre les peuples le progrès matériel, intellectuel et moral. A cet effet, il participe à la vie politique de notre pays, notamment lors des échéances électorales. Il peut apporter son soutien politique et financier à des partis et associations dont l'objet concorde avec celui-ci. »

Extraits des statuts - Article 2 - Objet